La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Ligués face au Mal : Première partie

Ligués face au Mal : Première partie

Ludovic Careau (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 109

Version publiée le 8 janvier 2020 - (Premère publication sur Edition999 le 21 juin 2018)

Les statistiques du livre


512 Lectures au total

4 Lectures sur les derniers 31 jours

Note Moyenne : 5/5 sur 6 votants

Evaluer le livre

1021 visites de la page

Thème : Fantastique

🖋️ La quatrième de couverture

Au tout début du XVIIe siècle en Anjou, sous le règne du roi Henri IV, le village de Candé et sa région sont les victimes d’attaques répétées de loups affamés. Des enfants sont dévorés ou mystérieusement enlevés lors de ces agressions sauvages. La population est en émoi. Des peurs irraisonnées font leur apparition et des croyances que beaucoup pensaient définitivement enterrées resurgissent dans tout le vallon. On parle de sorcellerie, de maléfices et de diable. Un nobliau local, le chevalier Amaury Langevin appelle à la rescousse l’archer des gardes de la Grande Prévôté d’Angers, un vieil ami nommé Symphorien Damon. Pendant ce temps, une battue est organisée par le puissant seigneur de Bourmont et ses hommes. De nombreux loups tombent sous les balles des chasseurs mais rien n’y fait : les tueries continuent et la contrée tout entière est sur le point de basculer dans l’insurrection et de renouer avec un passé récent durant lequel catholiques et protestants se faisaient une guerre impitoyable...

A découvrir : Ligués face au Mal : Deuxième partie

A découvrir : Ligués face au Mal : Epilogue

🗏 La première page

Ce jour-là, il avait plu toute la nuit. Le ciel était d’un blanc sale et la terre s’était muée en une boue visqueuse et collante. Des odeurs fortes et nauséabondes saturaient l’air ambiant. Cette pestilence émanait d’un sol gorgé d’une eau stagnante qu’une myriade d’insectes bourdonnants s’empressait de coloniser.
Enfourchant un canasson à la robe brune, l’homme fit une halte à l’auberge du Soleil Doré, une ancienne closerie au toit d’ardoise dont le piteux aspect extérieur n’inspirait que tristesse et rusticité. Çà et là, juste devant cette antique bâtisse, quelques gallinacés agités caquetaient et picoraient une invisible pitance sur cette terre détrempée.
L’individu en question était remarquable et contrastait avec le cadre tant par sa prestance naturelle que par ses habits de qualité.

  

⚠️ Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Ludovic Careau

🎓 Ambassadeur Edition999

Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec des...

🎙️ Lire son interview

📖 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le projet Berserkers : suite et fin

Le projet Berserkers : suite et fin

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne.

2023

Le projet Berserkers : deuxième partie

Le projet Berserkers : deuxième partie

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne. Élevant seul son fils Anthony, préservant des liens (...)

2023

Le projet Berserkers : première partie

Le projet Berserkers : première partie

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne. Élevant seul son fils Anthony, préservant des liens (...)

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

3 discussions

  • 19 janvier 2020, par PIERRE ANDREANI

    C’est un livre qui ne vous tombe pas des mains, qui se lit d’une traite et commence mezzo voce avec des enlèvements d’enfants et des loups, on pense à une resucée de la bête du Gévaudan : on est loin du compte. La description de la société de ce début du XVIIème siècle est faite par petites touches impressionnistes, l’auteur décrit les trois ordres qui s’interpénètrent familièrement sans jugement a posteriori, de même que celle subtile de l’après guerre des religions où demeurait un fort ressentiment oublié par l’histoire post édit de Nantes.
    Et l
    La deuxième partie va crescendo en mêlant le flou et le réel mais tout reste plausible, on’y retrouve toutes les craintes passées des gens simples, durs par nécessité et non par choix et celle des soudards dont le description est telle qu’on entend à chaque page le cliquetis de leurs armes.
    Mais ce n’est rien encore : l’épilogue est une chevauchée fantastique, qui n’est en rien manichéenne. Alors chacun fait son choix et c’est la force de ce livre, il peut s’interpréter et se transposer dans notre monde contemporain ou les diables dictatoriaux et plus tard les sectes ne manquent de rien.
    Obscur, Cher Cousin, vous avez dit obscur…

    • ^ 20 janvier 2020, par Ludovic CAREAU

      Votre critique me va droit au coeur et s’avère particulièrement instructive et détaillée. Merci pour vos efforts d’analyse. En souhaitant que mes écritures prochaines puissent autant vous ravir.

      Cordialement,
      Ludovic Careau

  • 8 janvier 2020, par Jean-Michel

    Une nouvelle version corrigée par Ludovic Careau est en ligne pour cette nouvelle année 2019.
    Bonne lecture à tous.

 Dans le même rayon : Fantastique

Un spectre à l'internat

Un spectre à l’internat

Jeunesse. James va vivre des aventures étranges dans un internat.

Elséa

Elséa

Un mois s’est écoulé depuis cette nuit où j’ai scellé ma vie en la rencontrant.

Portail

Portail

Solitude entreposée et calme plat, c’est tout ce qu’il vit d’abord. Il ne trouva devant lui que cette étrange façade de pierres blanches et élimées, et entourée de forêts obscures et touffues. Au centre de la dite façade, se trouvait le relief souligné (...)