Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Fantastique > L’ombre de Nahash : première partie

L’ombre de Nahash : première partie L’ombre de Nahash : première partie

L’ombre de Nahash : première partie

Ludovic Careau (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 119

Version publiée le 3 mai 2024

Les statistiques du livre

82 lecteurs ont feuilleté le livre

29 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "L’ombre de Nahash : première partie"

1 vote

Note Moyenne

4.98/5 sur 1 votants

Thème : Fantastique

  

La quatrième de couverture

Deux années après les incroyables et tragiques événements qui ensanglantèrent la cité d’Angers, un nouveau péril se profile à l’horizon. Persécutés par une armée de sinistres soudards, surgissant de nulle part, sous l’égide d’un redoutable et redouté inquisiteur et malgré l’Edit de Tolérance, jadis promulgué par le roi Henri IV, les adeptes de l’Ordre de la Vraie-Croix d’Anjou se voient contraints d’abandonner leurs foyers respectifs pour aller se réfugier sur un îlot, morceau de terre émergée, perdu dans les flots ligériens. Un abri de fortune où sommeille la précieuse et sainte relique, une forteresse solidement défendue par les hommes du capitaine Broc et de Maître Fiore…
De leur côté, honorant les termes d’un serment prêté, Symphorien Damon, Baptiste Cormier, Geoffroy de Louvençay, Raoul de Beauval, Charlotte de Verfleur et Hercule de Saint-Aignan poursuivent inlassablement leurs investigations dans toute la contrée, bien décidés à retrouver la dépouille d’Amaury de Vaubrun, feu leur compagnon disparu, et de châtier, comme il se doit, celui qui l’a ravie. Soutenus dans leur quête par la magie ancestrale du druide Carniveau, les chevaliers vont, au gré de leurs diverses et dangereuses pérégrinations, se confronter au malfaisant Nahash, un diable aussi insaisissable que manipulateur…
Pendant ce temps, épaulé par Merlet et la fidélité de ses soldats, le jeune parlementaire Scipion Sardini s’emploie à faire échouer une insidieuse conjuration, fomentée depuis le Louvre, centre névralgique des arcanes du pouvoir. Une vaste et ténébreuse conspiration visant, une fois de plus, à nuire aux intérêts mêmes du royaume…

 Saga.

La première page

Ce fut par une nuit particulièrement houleuse que le voyageur arpentait inlassablement les ruelles désertes de la petite cité endormie...
Cette silhouette encapuchonnée et drapée de noir, progressait d’un pas déterminé, malgré la boue, malgré le vent froid, ses violentes bourrasques et cette pluie glacée qui s’ingéniait à lui cingler le visage.
Parfois, alors que l’obscurité paraissait s’épaissir par endroits, lui parvenaient les pleurs étouffés d’une femme mais aussi les aboiements assourdis d’un vieux chien ainsi que le couinement aigu et répété d’une enseigne qui ne cessait de pivoter sur son axe rouillé, constamment ballottée par les assauts répétés de cette brise tempétueuse.
L’homme s’orienta vers cette même enseigne, promesse d’une possible auberge. Se mettre au chaud était sa priorité. Aussi, maintenant fermement son large chapeau sur sa tête et luttant contre les éléments, il toqua à la porte de son autre main, en manipulant sans ambages son heurtoir argenté. Après quelques minutes à patienter sous des trombes d’eau, la porte daigna enfin s’entrouvrir dans un long et sinistre grincement. Muni d’un bougeoir à la chandelle à demi consumée, un gros bonhomme à l’épaisse moustache, habillé simplement d’une liquette à la propreté relative et coiffé d’un bonnet de nuit en laine, le jaugea avec circonspection.
 C’est pour quoi ? Dit-il sur un ton un tantinet inhospitalier.
 Le gîte et le couvert pour cette nuit. Quémanda l’étranger. - J’ai de quoi payer, mon brave !
 Montrez d’abord patte blanche. Exigea le gaillard.
Obtempérant sans discuter, l’homme, ainsi mis à l’épreuve, farfouilla les plis de son manteau, tâtonna les pans de sa cape avant d’en retirer une bourse en cuir bien fournie. Aussitôt, il la fit sauter dans le creux de sa main gantée pour que les piécettes contenues se mettent à chanter leur cliquetante sérénade. Le bruit ainsi perçu décida l’aubergiste, qui se rangea bientôt sur le côté pour laisser passer le visiteur.
 Donnez-vous la peine, messire. Dit-il d’une voix bien plus aimable.
L’homme ne se fit pas prier pour accepter l’invitation. D’un pas décidé, il franchit le seuil pour pénétrer un vestibule plongé dans une épaisse pénombre.

Biographie de Ludovic Careau

Ambassadeur Edition999

Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec des...

Lire son interview

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le projet Berserkers : suite et fin

Le projet Berserkers : suite et fin

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne.

2023

Le projet Berserkers : deuxième partie

Le projet Berserkers : deuxième partie

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne. Élevant seul son fils Anthony, préservant des liens solides (…)

2023

Le projet Berserkers : première partie

Le projet Berserkers : première partie

Deux années se sont écoulées depuis les événements tragiques de Modeyrot. Revenu à Paris, Alistair Kridge poursuit une vie tranquille d’enseignant au sein de l’illustre université de la Sorbonne. Élevant seul son fils Anthony, préservant des liens solides (…)

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Fantastique

Le Bloody Vlady...

Ingrédients et ustensiles : 4 cl de vodka des Carpates 15 cl de sang de jeune Suédoise vierge et blonde 1 cuiller à café de jus de citron 1 cuiller à café vide 2 traits de Tabasco (Caraï) 1 fiole de 15 cl vide 2 traits de sauce Worcesterch... (…)

Le calendrier de l’après

La vitrine lustrée de la boulangerie de la rue Victor Hugo arborait solennellement cette triste nouvelle. Tous les habitués s’arrêtèrent devant la porte close sur le bord du trottoir, lâchant des « oh » surpris. Une vieille, cachée sous un fichu fleuri, (…)

Petite fille

"Il était une fois une petite fille qui vivait seule dans une immense bâtisse. Tous les soirs, quand le soleil se couchait, elle sortait du placard où elle se terrait des journées entières, pour aller se promener dans la pénombre des grandes salles du (…)