Raphaël Coleman

Origine de l'auteur : La France

 Auteur ambassadeur chez Edition999

« Nous sommes bien conscients qu’il y aura des gens qui ne vont pas aimer du tout. Mais… Est-ce que c’est tellement important ? » Romy Schneider, au cours d’une interview accordée à France Roche pour la sortie du film "La passante du Sans-Souci" (1982)

Cette citation pourrait presque être une maxime, tant elle résume ce que tout artiste peut ressentir quand il propose son oeuvre au public et l’expose à la critique, en particulier lorsqu’elle lui tient à coeur, parce que comme on dit, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Mais en même temps, on attend toujours très fébrilement les éventuelles critiques, parce qu’on espère bien évidemment que notre dernier "bébé" plaira au public auquel il est destiné...

Dans la vraie vie, je ne suis pas écrivain professionnel, non, je ne vis pas de ma plume. Je suis un fonctionnaire d’Etat de 45 ans, marié et père de deux enfants (Victoria, 13 ans, et Vincent, 6 ans) ; un cinéphile aussi, vous l’aurez compris... Nouvelliste et romancier à mes heures, je suis avant tout, pour ce qui concerne mes récits, un auteur éclectique, qui écrit aussi bien pour les adultes que pour les enfants, avec une nette prédilection pour le réalisme. Je réside en Savoie, à proximité de Chambéry.


    Edition999 vous présente sa page : Raphaël Coleman

Edition999 rencontre Raphaël Coleman

Comment écrivez-vous ?
A l’instinct le plus souvent. Parfois en réponse à un défi proposé par d’autres auteurs sur une plateforme d’écriture dédiée. Et majoritairement sans plan, excepté si je co-écris...
Pourquoi écrivez-vous ?
Par envie surtout. Par nécessité parfois. Par plaisir, toujours. Parce que j’ai toujours des tas d’histoires à raconter. Alors tant que l’inspiration est là...
D’où vous vient votre passion d’écrire ?
De mon goût immodéré pour la fiction, le cinéma en particulier. Et de Maupassant aussi, je crois. Je ne me souviens plus vraiment à quelle époque de ma vie de collégien on m’a fait découvrir "Le Horla", par obligation scolaire, mais je me rappelle très bien de la réflexion que je me suis faite quand j’ai refermé cette nouvelle : "C’est un génie, ce type !" (en parlant de l’écrivain). Depuis, ce bouquin est presque devenu mon livre de chevet (c’est la seule oeuvre littéraire que je prends plaisir à relire périodiquement sans jamais m’en lasser), une référence absolue. Et peut-être même LE récit qui m’a donné envie par la suite d’écrire.
Comment vous vient le sujet d’une nouvelle ou d’un roman ?
J’ai beaucoup d’inspirations diverses : le cinéma, la littérature, la musique principalement, l’actualité ou même la vie parfois, tout simplement. Mais il y a des sujets sur lesquels j’aimerais écrire et qui me bloquent tant c’est sensible chez moi. J’ai eu beaucoup de difficultés à écrire sur les attentats, j’ai du mal à aborder frontalement la violence conjugale, et le harcèlement scolaire est un thème que je peine à développer.
Quels sont vos écrivains préférés ?
Patricia Mac Donald, parce qu’elle est pour moi la reine du suspense contemporain, Tatiana de Rosnay pour l’élégance de sa plume, Guillaume Musso pour son efficacité narrative... Et s’il fallait n’en retenir qu’un seul : Guy de Maupassant of course !
Quel est votre mot préféré
Hypnotique
Quel est votre drogue favorite ?
L'amour de mes enfants
Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?
Tu n’as pas si mal que ça géré ta vie...
Pensez-vous que les critiques apportent à l’écrivain ?
Bien sûr ! Parce que si l’on écrit, c’est pour être lu, pour faire partager notre univers et embarquer nos lecteurs dans nos histoires. Et leur avis, sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas, est important. Parce qu’on peut avoir une intention d’auteur précise et ne pas parvenir à la transmettre telle qu’on voudrait qu’elle soit comprise. Parce que toute critique constructive, négative ou positive, permet d’avancer, de se remettre en question, même s’il est nécessaire parfois de prendre du recul pour l’analyser et ne pas réagir à chaud. Libre à l’auteur ensuite de "l’entendre", et de la prendre en considération ou non.
Pourquoi avez-vous choisi de publier sur Edition999 ?
J’avais envie d’une plus grande visibilité pour mes récits que ce que peuvent offrir d’autres plateformes d’écriture dédiées, de façon à être lu davantage et à échanger, peut-être, avec mon lectorat.
Avez-vous des projets en cours ?
Cela fait désormais 6 ans que je suis sur mon projet de roman "Projection privée...". Mais j’avance, j’ai attaqué depuis peu ma troisième partie intitulée "Into the wild", référence implicite au long métrage éponyme de Sean Penn.
Si vous désirez ajouter quelques mots aux lecteurs qui vont vous lire. C’est ici et maintenant.
J’espère que la découverte de mon premier récit publié ici vous donnera envie d’en lire d’autres...

Bibliographie de Raphaël Coleman