Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Tuliballe : première partie

Tuliballe : première partie (2015)

Ludovic Careau (Auteur)

Nombre de pages : 111

 Remercier Ludovic Careau

Les statistiques du livre


451 Lectures

5 /5 sur 4 votants

792 visites

Evaluer le livre


Ajouter votre avis pour le livre : Tuliballe : première partie

Thème : Fantastique

( Version du 30 août 2015 )

 Le mot de Ludovic Careau pour Tuliballe : première partie

Au collège, Gédéon Creil fait la connaissance de Geoffroy Barillé, un adolescent fragile et timoré de treize ans. Tous deux partagent le même engouement pour les univers fantastiques et deviennent inséparables. Gédéon découvre que son nouvel ami vit avec ses parents dans une maison cossue du quartier Saint-Maurice. Quartier situé au pied de la cathédrale et que le garçon connaît mieux sous le nom onirique de Tuliballe. Il découvre aussi que cette ancienne demeure était autrefois l’atelier du peintre Avron, son parent. Particulièrement doué pour le dessin et doté d‘une imagination débordante, le jeune Geoffroy a justement le projet de s’inspirer de ce même quartier, en grande partie rasé jadis pour en faire le théâtre de son tout nouveau projet de jeu de plateau, mêlant histoire et légendes gothiques à l’époque victorienne… Pendant ce temps, à Tuliballe, une puissante entité malfaisante parvient à s’extraire de la cathédrale interdite et à passer de l’autre côté du miroir, dans le monde éveillé, depuis les combles de l’atelier du peintre Claude Avron, pour venir hanter la chambre du jeune Geoffroy…

 Quatrième de couverture

- Élèves Creil et Barillé ! Gronda monsieur Allard, un grand type de cinquante ans, costard cravate maculé de craie et crâne dégarni. - Cela fait deux fois que je vous prends en train de bavasser ! Que vous arrive-t-il vous deux ? Vous êtes bien agités aujourd’hui !…
Assis au premier rang, les deux adolescents se mirent alors à rougir tandis que les regards faussement désapprobateurs des autres collégiens se braquèrent sur eux. Aussitôt, les incriminés cessèrent de glousser et, penauds, baissèrent les yeux sur leurs manuels ouverts. - Tenez, pendant que je vous tiens, continua le professeur, vous allez me lire le chapitre concernant la fameuse prise de la Bastille… En quelle année déjà ?… Gédéon bredouilla une réponse. - Je ne vous entends pas, Creil !
« 1789, M’sieur ! » Clama Geoffroy, son acolyte et voisin de table.
Une sonnerie stridente retentit dans la salle de cours, les libérant ainsi de cette torture morale.
- Bon, pour la prochaine fois, relisez bien ce chapitre. Conseilla Allard. Il est fort probable que je vous interroge là-dessus au prochain cours. Mais sa voix soi-disant autoritaire se perdit bien vite, noyée dans un concert de raclement de chaises et dans un chahut, brusque et général. Si bien que le professeur d’histoire-géo finit par renoncer, abandonnant ainsi la partie pour, à son tour, remballer ses affaires pendant que ses trente élèves s’extrayaient de la classe en empruntant l’unique porte donnant sur le couloir.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Ludovic Careau

 Ambassadeur Edition999

Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec des noms d’illustres auteurs tels que Lovecraft, Bloch, Campbell, Lumley, leFanu, Stocker ou Hodgson, Jean Ray, Tolkien, Doyle, Poe, Mary Shelley, Leroux (...) mais aussi quelques autres, plus contemporains : (...)

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

La colère d’Esus : première partie

En l’an 1605, proche du village de Candé, une énorme faille terrestre s’est entrouverte, libérant ainsi des forces du mal vieilles de plusieurs milliers d’années. Des créatures maléfiques, commandées par un ancien dieu sanguinaire répondant au nom d’Esus, essaiment (...)

2020

Tuliballe : épilogue

Au collège, Gédéon Creil fait la connaissance de Geoffroy Barillé, un adolescent fragile et timoré de treize ans. Tous deux partagent le même engouement pour les univers fantastiques et deviennent inséparables.

2016

Les enfants d’Enkidu : première partie

Lors d’une soirée hivernale, dans le confinement d’un pavillon de la banlieue parisienne, la vie d’Alistair Kridge se voit à jamais bouleversée par la mort brutale de sa compagne, Alicia. Celle-ci, brusquement métamorphosée en une féroce créature, en vient à (...)

2020

La colère d’Esus : épilogue

En l’an 1605, proche du village de Candé, une énorme faille terrestre s’est entrouverte, libérant ainsi des forces du mal vieilles de plusieurs milliers d’années. Des créatures maléfiques, commandées par un ancien dieu sanguinaire répondant au nom d’Esus, essaiment (...)

2020

Un message, un commentaire ?

2 discussions

  • 31 août 2015, par Ludovic Careau

    Mille excuses pour tous ceux et celles qui ont déjà téléchargé l’ouvrage. De toutes petites modifications et autres corrections minimes y ont été effectuées depuis (le 31/08/2015 à 15h).
    Cordialement,
    Ludovic Careau (auteur)

    • ^ 15 septembre 2015, par Ludovic Careau

      Nouvelle mise à jour le 15/09/2015.
      L’auteur

 Dans le même rayon : Fantastique

Des suspects sans alibi

Laura et Pierre se rencontrent à Montréal. Elle est une ancienne étudiante obligée de gagner sa vie en fille sexy. Lui, ex-chirurgien, interdit d’opérer après une salle affaire à Marseille. Elle accepte de le suivre à Paris. Le couple rencontrera et surmontera de (...)

Le coursier du temps

Dans la turbulence primordiale engendrée par la fécondation de l’œuf cosmique, Ulm émerge des vibrations infinitésimales des cordes fugitives qui reflètent la matière, le temps et l’espace. D’où vient-il ? Des portes de l’espace ou de celles du temps (...)

Le masque de Dimitri Semionovitch

J’ai autrefois beaucoup lu les romans de Léon Tolstoï et de Dostoievski, et j’en ai retenu l’atmosphère de la Russie tsariste du XIX° siècle. J’ai également songé à Jean Lorrain et sa nouvelle "Les trous du (...)