Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Nos ancêtres vicomtes de Couserans

Nos ancêtres vicomtes de Couserans (2015)

Roger GAU (Auteur)

Nombre de pages : 18

Cliquer sur l'image Pdf, Epub ou Mobi pour télécharger votre livre.

Les statistiques du livre


538 Lectures

5 /5 sur 5 votants

782 visites

Evaluer le livre


Ajouter une critique

Thème : Littérature

 ISBN : 979-10-94768-01-3  

( Version du 4 juin 2020 )

 Le mot de Roger GAU pour Nos ancêtres vicomtes de Couserans

En 1970, nous avons acheté un chalet à Guzet dans le Couserans. Ainsi, sans le savoir, nous avons rejoint une terre de nos ancêtres, mais pas n’importe lesquels. Il s’agit des vicomtes de Couserans, depuis le premier Roger Ier jusqu’à Raymond Roger III, avant dernier vicomte de Couserans. Le parcours des vicomtes est parfois banal, parfois glorieux, mais pour certains il est semé d’embûches. Nos ancêtres vicomtes de Couserans sont les principaux protagonistes de cet essai, mais au fil des lignes nous allons rencontrer de nombreux autres ancêtres qui ne sont pas sans intérêts.

 Quatrième de couverture

Le nom de Couserans est déjà indiqué dans un document de 506 qui indique que « Glycérius, second évêque connu de Couserans (après saint Valier), participe au concile d’Agde (comme ses successeurs le feront aux conciles des VIe et VIIe siècles) ». Une source indique que Charlemagne fit du Couserans un comté. Cela est peu crédible, car la plupart des sources indiquent la création du comté (ou vicomté) de Couserans beaucoup plus tard.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Roger GAU

J’ai une formation d’ingénieur de l’École Centrale de Paris. Passionné par l’Histoire avec un H majuscule, je suis passé à l’écriture à ma retraite. J’ai publié deux livres papiers, le premier avec un éditeur (750 exemplaires), le deuxième en compte d’auteur (350 exemplaires). Après cela, j’ai publié uniquement sur Internet. J’ai une trentaine de manuscrits à publier.

 Dernières parutions de l'auteur

Les guerres de religion dans le Tarn ; De François Ier à la Révolution

Après des débuts problématiques, l’accalmie sous le règne d’Henri IV sera de courte durée. Avec Louis XIV, la répression des protestants va s’amplifier. Mais l’Édit de Fontainebleau de 1685 (révocation de l’Édit de Nantes) va encore aggraver la situation des (...)

2016

La station de Guzet Neige dans le département Ariège Pyrénées

Guzet Neige est une station de ski des Pyrénées ariégeoises. Bien sûr, je suis un peu chauvin, mais la station de Guzet, je vous l’assure, ne ressemble à aucune autre.

2017

Les battages : une histoire de famille

Le battage est une opération consistant à séparer de l’épi les graines des céréales. Les techniques employées ont évolué au cours du temps. Depuis le fléau, puis la locomobile à vapeur entraînant la batteuse et enfin la moissonneuse-batteuse une quarantaine d’années (...)

2018

Un message, un commentaire ?

4 commentaires

  • 5 avril 2020, par Didier Sistach

    Heureux de vous lire ! Un vrai plaisir. Et surtout de vous retrouver apres tant d années.
    Je faisait une recherche sur le vicomté du Couserans et suis tombé sur votre site....
    Roger Gau ... Je connais ce nom la... Puis la photo et voila
    Amities.

    • ^ 5 avril 2020, par Roger GAU

      Merci pour votre commentaire.
      Oui, après tant d’années. Mais ce nom là, Didier Sistach, je ne l’ai pas oublié et il m’évoque de bons souvenirs.
      Sur ce même site Edition 999, deux publications qui pourraient vous intéresser :
      – La station de Guzet Neige dans le département Ariège Pyrénées
      – La tempête Xynthia à Guzet Neige
      Et peut-être une troisième, même si ce n’est qu’une fiction :
      – Le mystère du coffre-fort
      Amitiés

  • 27 mars 2020, par Roger GAU

    Cher Michel CANAL,
    Merci encore pour vos commentaires.
    Vous parlez de Gaston III de Foix, j’ai Gaston Ier de FOIX et son fils Roger Bernard Ier de FOIX-CASTELBON comme ancêtre. Ensuite, je remonte à leurs filles.
    J’ai aussi Simon de Montfort, des Trencavel et des seigneurs de Montespan comme ancêtre. Si vous regardez mes ouvrages, vous trouverez ce titre : « Mes ancêtres, Raymond VI, Simon de Montfort, et bien d’autres, dans la tourmente de la croisade albigeoise ».
    Cordialement

  • 26 mars 2020, par Michel CANAL

    Cher Roger Gau, je viens de terminer — avec grand plaisir — la plongée dans l’histoire de vos ancêtres vicomtes du Couserans... une plongée qui donnerait le vertige des profondeurs à quelqu’un étranger à cette partie du Languedoc qui ne manqua pas de soubresauts, de guerres entre héritiers, de mariages d’intérêt pour agrandir les possessions.

    J’ai appris ou approfondi beaucoup de choses, dont les liens avec d’autres noms : Simon de Montfort, Trencavel, Montespan (quelques siècles plus tard). On guerroyait beaucoup à cette époque, avec pour préoccupation majeure la conquête de nouvelles possessions pourtant déjà très vastes. On était loin de la délicatesse et du raffinement des cours d’amour dont Gaston III de Foix dit Gaston Phoebus laissera le souvenir un siècle plus tard.

    Quelle chance vous avez de pouvoir remonter aussi loin la longue lignée de vos ancêtres !

    Mais j’ai remarqué que vous avez aussi d’autres ouvrages susceptibles de m’intéresser sur ce site, auxquels je ne manquerai pas de rendre visite.

    Cordialement. MC

 Dans le même rayon : Littérature

SOMBRES CRÉTINS (essai critique sur les relations sociales)

" Les relations sociales constituent une perversion des relations humaines. Tout ce qui de gré ou de force vous est imposé dans votre environnement et institué par le pouvoir ne vise qu’un seul et unique objectif : votre (...)

Méléna

Méléna n’est plus là pour vous dire son récit. Depuis longtemps sa voix s’est perdue dans l’oubli. Le vent l’a recherchée dans les bois frémissants, sur les dunes fuyantes et les monts réticents. Nulle part il n’a trouvé l’empreinte de ses (...)

Réflexions oisives sur le monde

Il arrive souvent que l’on se trompe sur les individus. Les gens sont rarement conformes à l’idée que l’on se fait d’eux car derrière l’apparence, il y a toujours le moi indéfinissable.