Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature Erotique > Enlève le haut. Pour le bas, j’arrive

Enlève le haut. Pour le bas, j’arrive

Alfred Anchetain (Auteur)

Nombre de pages : 96

 Remercier Alfred Anchetain

Avertissement : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

Les statistiques du livre


15690 Lectures
175 Lectures / 31 jours


3.89 /5 sur 97 votants

26055 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature Erotique (Interdit aux moins de 18 ans)

 ISBN : A venir  

( Version du 16 octobre 2020 )

 La quatrième de couverture

Être attaché(e) peut augmenter singulièrement le plaisir. Encore faut-il que l’autre sache comment faire… Voici quelques nouvelles qui mettent en scène de belles femmes, de beaux hommes, d’autres nettement moins bien, des vampires, et même Adam et Eve !
Ces histoires m’ont été dictées. J’ai imaginé un personnage et celui-ci m’a raconté son histoire, tout d’une traite. Je pensais que les choses allaient bien se passer… Ce n’est pas toujours le cas. Je n’ai rien pu y faire. Comme dans un rêve, on ne décide pas !
Ces histoires explorent le thème du bondage. J’ai voulu distraire, voire amuser, mais non choquer. Elles sont toutes racontées par la victime. Femme ou homme, celui qui est attaché a beaucoup de chose à dire.
Avec les cordes (et autres accessoires), on ne contrôle plus rien. On donne tout, son corps et même sa pensée, à l’autre, qui en fait ce qu’il veut. Ne rien savoir de l’instant qui vient suscite l’angoisse, et donne au plaisir une singulière intensité.
Tout est décrit dans le détail, les accessoires sont vendus sur Internet. Vous pouvez les tester par vous-même. Mais, attention, les vampires, ça mord !

 La première page

Je suis ce qu’on appelle un « dragueur invétéré ». Le seul (gros) problème est que je m’appelle Jean Dupont. Déjà, dans les quartiers chics, comme le 6ème où j’habite, je perds 20 % de mon potentiel quand je dis mon nom. Mais, dans le Marais, par exemple, c’est 80 ! Je me suis fait des cartes de visite, avec des noms divers, un par jour. Lundi, je m’appelle Lilian Gartner, mardi Mike Sachs, mercredi Marc Pfeiffer, jeudi Jason Hirsch, vendredi Vianney Seidel, samedi, c’est Chabat, alors je me nomme Abraham Koch. Dimanche, dans les rues il n’y a que des familles et des bonnes d’enfant, je me repose, comme le Seigneur !

 Alfred Anchetain sur «Enlève le haut. Pour le bas, j’arrive»

Edition999 : Vous nous avez confié, il y a un an, votre premier recueil érotique « Enlève le haut ; pour le bas, j’arrive ». Il dépasse les 10.000 téléchargements. Vous êtes un auteur heureux !
Alfred Anchetain : Oui, mais certains textes approchent les 25.000 téléchargements ou même dépassent les 55.000. Je suis étonné que vous touchiez un aussi large public, alors que je vous ai découvert presque par hasard.
Edition999 : Nous ne faisons aucune publicité.
Alfred Anchetain : J’ai bien compris votre « tout gratuit », pour celui qui écrit et celui qui lit. C’est le bon choix, avec ce succès magnifique.
Edition999 : Vous êtes un auteur sérieux.
Alfred Anchetain : J’ai publié plus de 25 ouvrages, mais leur tirage était très loin de « Enlève… » alors que je ne pensais avoir aucune compétence en érotisme.
Edition999 : Vous avez aussi écrit des romans historiques.
Alfred Anchetain : Sérieux et documentés, mais avec un résultat modeste. Je me suis dit qu’à mon (grand) âge, si je ne me lâchais pas un peu, je n’arriverais à rien ! D’où ce recueil, un peu déjanté.
Edition999 : Ces textes vous ont été « dictés ».
Alfred Anchetain : Quand je conduisais en voiture ou en faisant du VTT dans les bois, je « disais » à voix haute ces histoires (l’une après l’autre). Je les écrivais en arrivant chez moi, pour ne rien en perdre. Tout cela sans aucun effort, comme si la personne me parlait, me racontait son aventure.
Edition999 : Certaines de vos nouvelles sentent le « vécu »
Alfred Anchetain : Ce ne sont pas des personnes étrangères à moi. Ces récits s’appuient sur mon expérience. Mais finalement assez peu. Je suis beaucoup plus classique…
Edition999 : Vous aimez rire.
Alfred Anchetain : La vie est trop courte pour accepter qu’elle soit triste. Certaines nouvelles sont « énormes », et portent à sourire. Mais j’ai voulu qu’elles soient vraisemblables. Même l’aventure avec les vampires s’appuie sur du vrai, les lieux existent, même si j’ai mélangé deux châteaux, un médiéval et un plus récent. Comme dans Jules Verne, le fantastique doit rester près du quotidien.
Edition999 : Petite question très indiscrète : pratiquez-vous le bondage ?
Alfred Anchetain : Il faut ajouter du « piment » à la sexualité, sinon elle est routinière. L’homme (le mâle) doit savoir égayer les relations, car il peut plus facilement prendre des distances que la femme, souvent trop impliquée pour imaginer un jeu. Encore que maintenant les filles prennent parfois les rênes et les garçons suivent.
Edition999 : Le bondage est surtout pratiqué (dans le couple) par des intellectuels dans la seconde partie de la vie.
Alfred Anchetain : Lisez les journaux féminins. Des jeunes en parlent facilement sans se prendre la tête. Elles semblent bien s’amuser, sans avoir pour autant de mauvaises idées !
Edition999 : Qu’elles enlèvent le haut, et pour le bas vous arrivez !
Alfred Anchetain : Non, je ne suis pas comme ça. Je le raconte…

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Alfred Anchetain

 Ambassadeur Edition999

Je suis arrivé à la retraite. J’ai publié un certain nombre d’ouvrages sérieux chez des éditeurs classiques, et j’ai voulu changer. Je me suis lancé la rédaction de nouvelles érotiques. Je les ai fait lire à mon entourage. Silence total ! J’étais désespéré, car je m’étais beaucoup amusé à les écrire. Je...

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un sac d’embrouilles

Sa prostitution étant découverte, Béryl doit cesser. Albert l’invite à une réunion médicale où elle découvre le milieu de Mickael ainsi qu’un beau repreneur de ses parts, qui lui plaît aussitôt.

2022

Requine de lit

Mickael a un grave accident, il est en réanimation. Béryl cauchemarde, elle ne peut plus rester seule dans son lit. Ses ami.e.s répondent présent.e.s.

2022

Queue d’eau

Béryl poursuit son activité lucrative. Un jeune Italien l’initie aux petits canards dans la baignoire. Elle craque et se rachète au lit. Second client : Henri, alléché par une Agathe vantée par Anaïs, découvre son amie, qui lui saute dessus… Enfin, les deux femmes (...)

2021

La Haute par la bande

Au lit avec le sosie de James Bond, Béryl combat dans la joie. Les autres hommes sont fades et radins, elle s’ennuie. Henri lui indique Anaïs, une Maison de passe très rentable. Mais la police veille…

2021

5 discussions

  • 9 février 2020, par alfred anchetain

    Bonjour,
    Merci pour votre mail. Mais je ne comprends pas le mot "genré".
    Je pense que vous avez voulu dire "sexué" ou "sexiste".
    Si c’est cela, vous avez dû remarquer que ces récits ont trait au bondage, qui est la pratique la plus machiste qui soit.
    J’ai voulu tempérer ce thème en faisant toujours raconter l’histoire par la "victime".
    Mon idée est de montrer que (1) cette pratique n’est pas seulement sadomasochiste, et qu’elle peut être plaisante, même pour cette "victime" et (2) que d’être attaché(e) révélait en nous des sentiments curieux, qui n’ont rien de sexuels.
    Je me suis amusé à raconter ces histoires dans des contextes très divers, pour montrer la richesse possible de ce thème,
    Merci pour votre commentaire,
    Bien cordialement,
    Alfred Anchetain

  • 8 février 2020, par jamanda

    je pense que le commentaire veux dire trop "genré" on aime pas forcement ce genre de pratique, et là il y en a beaucoup !! Sinon l’écriture est agréable

  • 3 février 2020, par loksi

    trop stylé

    • ^ 4 février 2020, par alfred anchetain

      Bonjour,
      Merci pour votre message, mais qu’entendez-vous par "trop stylé" ?
      Est-ce trop sophistiqué ? Trop compliqué ?
      En tant qu’auteur, je suis ravi d’avoir des précisions, pour pouvoir me corriger,
      Bien cordialement,
      A. Anchetain

  • 9 octobre 2021, par Bernard Tellez

    Cher Alfred,
    Veuillez bien m’excuser. Pour des raisons de santé, ainsi qu’ayant perdu le mot de passe, je ne pouvais pas vous répondre. Je n’ai pas trop le temps de lire en ce moment-ci. Très fatigué. Par contre j’apprécie le fait que vous publiez toujours votre saga sur "Oie plate". Bonne continuation à vous, et passez, si je peux me le permettre, une très bonne soirée. Bernard Tellez. En ce qui concerne mes textes, je ne les considère pas essentiellement érotique. L’implication sociale prévaut, mais je dois me tromper.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature Erotique

L’ADOLESCENTE ET MONSIEUR JEAN

Un vieil homme promenant son chien, rencontre une adolescente dans la rue. La nostalgie du souvenir agit sur elle, l’émeut et la séduit à cause du chien qu’il tient en laisse. Ils se rencontrent plusieurs fois et parviennent à sympathiser, au point que (...)

Mon Chalet sur la Montagne

Un soir de tempête en montagne, Xavier Bernard Rosario de la Patenôtre sauve deux randonneuses en grand péril. Il était temps ! Mais lui aussi avait besoin de secours !

Sucer n’est pas tromper (Les chandeliers)

Après son divorce, Véra, trente ans, un enfant, se mua en une authentique « jambes en l’air ». Sûre de son effet sur les hommes, elle se fit facile et avide d’orgasmes. Peut-être pour étouffer sa détresse… Jusqu’au jour où elle rencontra Adrien. Ah Adrien (...)

Mes émois

La découverte du sexe avec deux jumeaux