La colère d’Esus : première partie (2020)

Ludovic Careau (Auteur)

Nombre de pages : 105

Ecrire votre avis 0

2 votes

Notre vidéo pour lire facilement

Thème : Fantastique

( Version du 19 janvier 2020 )

 Le mot de Ludovic Careau pour La colère d’Esus : première partie

La colère d’Esus : première partie

En l’an 1605, proche du village de Candé, une énorme faille terrestre s’est entrouverte, libérant ainsi des forces du mal vieilles de plusieurs milliers d’années. Des créatures maléfiques, commandées par un ancien dieu sanguinaire répondant au nom d’Esus, essaiment le chaos à travers toute la contrée et menacent l’intégrité du royaume ainsi que les fondements mêmes de la foi chrétienne.
Le capitaine Symphorien Damon ainsi que les Chevaliers de l’Ordre de la Vraie Croix d’Anjou, épaulés par le mage Carniveau, vont une fois de plus unir leurs forces pour contrer cette infâme pandémie.
En outre, un complot visant à attenter à la vie du roi Henri IV se met en place. Celui-ci vise à déclencher une nouvelle guerre de religions pour affaiblir davantage le pouvoir salvateur de la Sainte Relique, seule capable de s’opposer aux armées ténébreuses…

Quatrième de couverture :

Il faisait nuit noire ce soir-là. Le vent était tempétueux et la pluie cinglante. Non loin de la luxuriante forêt de feuillus d’Halatte, apparaissait aux visiteurs, qui auraient eu la malchance ou bien l’heureux hasard de se trouver dans ces parages, le massif château de Verneuil en Beauvaisis, colossal ensemble de trois bâtiments Renaissance, ramassé en épaisseur, organisé autour d’une cour carrée et flanqué de plusieurs pavillons coiffés de dômes.
Dans l’intimité de la galerie sans étage qui finissait de fermer cette cour centrale, une porte, qui semblait insignifiante, s’entrebâilla dans un long et sinistre grincement. Sur le parquet lissé, au milieu des boiseries, des luxueux luminaires, des dorures et des riches ornements, une jeune femme, grande et charmante, affublée d’une simple chemise de nuit couleur amande et le cheveu blond défait, s’avança d’un pas hésitant vers le centre de la pièce.
Son maigre visage blême et son regard alerte soulignaient le degré d’inquiétude qui l’étreignait. Sa respiration était haletante, ses yeux épiaient frénétiquement les alentours et sa poitrine se soulevait de façon cadencée, tant la tension était palpable.
Bientôt, de cette même porte, laissée entrouverte, surgit un homme de son âge, chevelure de feu, haute stature, vêtu d’une ample chemise au collet dentelé et d’un sombre haut de chausses. Ce dernier la rejoignit dans le silence et patienta à ses côtés. Ces deux êtres paraissaient s’attendre à une visite annoncée. Alors que la pluie ruisselait sur les carreaux des hautes fenêtres à croisée, qu’au dehors le vent hululait une lugubre mélopée, le couple se donna doucement la main, comme pour se réconforter.

 Analyse du sens avec l'assistant personnel à la rédaction Cordial

Dans la thématique de ce texte, la perception est une notion particulière. D'une façon plus précise, l'analyse des thèmes généraux de ce texte indique une prédominance des thèmes suivants : «intelligence et mémoire», «image de soi», «manières d'agir», «jugement et valeurs», «évolution et histoire», «participation», «comportements» et «sentiments».  

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.


Découvrez Ludovic Careau :
 Titre honorifique : Ambassadeur francophone d’Edition999

La France  est à l'honneur avec l'auteur francophone Ludovic Careau
" Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec des noms... "

 Lire son interview avec Edition999

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message



  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.