Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Il y a soixante ans : L’hiver 1956

Il y a soixante ans : L’hiver 1956 (2016)

Roger GAU (Auteur)

Nombre de pages : 6

Cliquer sur l'image Pdf, Epub ou Mobi pour télécharger votre livre.

Les statistiques du livre


407 Lectures

3.78 /5 sur 9 votants

642 visites

Evaluer le livre


Ajouter une critique

Thème : Littérature

 ISBN : 979-10-94768-05-1  

( Version du 20 janvier 2021 )

 Le mot de Roger GAU pour Il y a soixante ans : L’hiver 1956

En février 1956, une vague de froid exceptionnelle a paralysé la France tout entière. Cet essai donne des témoignages vécus, dont le mien, sur cet épisode dans la région toulousaine.

 Quatrième de couverture

J’ai dix-neuf ans et je suis en classe de Mathématiques supérieures, pensionnaire au Lycée Fermat à Toulouse. La neige apparaît le jour de la Chandeleur et tombe en abondance. La température reste entre -18° et -19° pendant 10 jours, la Garonne et le canal sont gelés durant plusieurs jours. En 1956, nous sortions d’une période de guerre et de pénurie ; chacun se contentait de peu et vivait de manière beaucoup plus rude et autonome qu’aujourd’hui. Les classes sont chauffées à une température voisine de 15°, mais vu la température extérieure nous considérons que nous sommes bien chauffés. Le dortoir était assez vaste et nous avions chacun une petite cabine, avec lavabo individuel. La cabine isolée du couloir par un rideau était isolée du voisin par une demi-cloison. Le dortoir n’était pas chauffé, mais cinq jours après le début de la vague de froid, nous avions de l’eau chaude au lavabo de notre cabine. Cela ne dura que trois ou quatre jours. Un matin, le surveillant général s’aperçut que l’évacuation des lavabos qui se faisait directement dans le caniveau de la cour dégageait une vapeur d’eau suspecte.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Roger GAU

 Ambassadeur Edition999

J’ai une formation d’ingénieur de l’École Centrale de Paris. Passionné par l’Histoire avec un H majuscule, je suis passé à l’écriture à ma retraite. J’ai publié deux livres papiers, le premier avec un éditeur (750 exemplaires), le deuxième en compte d’auteur (350 exemplaires). Après cela, j’ai publié uniquement sur Internet. J’ai une trentaine de manuscrits à publier.

 Lire son interview

 Dernières parutions de l'auteur

Nos ancêtres vicomtes de Couserans

En 1970, nous avons acheté un chalet à Guzet dans le Couserans. Ainsi, sans le savoir, nous avons rejoint une terre de nos ancêtres, mais pas n’importe lesquels. Il s’agit des vicomtes de Couserans, depuis le premier Roger Ier jusqu’à Raymond Roger III, avant (...)

2015

Aliénor d’Aquitaine L’incroyable destin

Aliénor d’Aquitaine, est reine de France à quinze ans par son union avec Louis VII en 1137 et reine d’Angleterre aux côtés d’Henri II Plantagenêt en 1154. À compter de son premier mariage (pendant lequel elle a participé à la deuxième croisade), elle joue un rôle (...)

2020

Guillaume le Conquérant

Guillaume le Conquérant est le fils de Robert le Magnifique et d’Arlette de Falaise. Il est l’arrière-arrière-petit-fils du chef viking Rollon. À la mort de son père, il devient duc de Normandie à huit ans. Après une période de forte instabilité, il parvient à (...)

2020

Un message, un commentaire ?

 Dans le même rayon : Littérature

SOMBRES CRÉTINS (essai critique sur les relations sociales)

" Les relations sociales constituent une perversion des relations humaines. Tout ce qui de gré ou de force vous est imposé dans votre environnement et institué par le pouvoir ne vise qu’un seul et unique objectif : votre (...)

Méléna

Méléna n’est plus là pour vous dire son récit. Depuis longtemps sa voix s’est perdue dans l’oubli. Le vent l’a recherchée dans les bois frémissants, sur les dunes fuyantes et les monts réticents. Nulle part il n’a trouvé l’empreinte de ses (...)

Réflexions oisives sur le monde

Il arrive souvent que l’on se trompe sur les individus. Les gens sont rarement conformes à l’idée que l’on se fait d’eux car derrière l’apparence, il y a toujours le moi indéfinissable.