Coupable d’écrire

Évelyne Thinet (Auteur)

Publié le 26 octobre 2018

 sur une moyenne de 71 votes

Thème : Littérature

 Le mot de Évelyne Thinet pour Coupable d’écrire

Coupable d’écrire

Debout, vigilants, parce que nous sommes dans l’insoutenable fébrilité de l’être à vouloir demeurer dans la crédulité... Vouloir croire à tout prix alors que le savoir est là, mais sait-on jamais ? C’est une souffrance qui est racontée là en quelques mots, quelques mots seulement. Cette souffrance ne pouvait être qu’un écrin pour offrir un recueil de quatorze nouvelles. Quatorze histoires courtes pour saisir l’instant, le moment présent dans l’insignifiance de la réalité. Dans une salle d’attente, les transports, une chaise longue ou un fauteuil confortable, le lit avant le sommeil...Ne prendre qu’un instant pour lire...
Mais l’instant c’est l’éternité....

Code ISBN : 978-2-9563503-1-6  

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Gabriel Bartok et j’écris depuis plusieurs heures, le jour se lève. Mes cervicales sont douloureuses, mes yeux brûlent de fatigue. Avant d’aller plus loin je l’écris tout de suite : je n’ai rien fait, RIEN. J’ai laissé les marchands du Temple agir. Je n’étais pas contaminé, j’étais porteur de cette bactérie la pire qui soit. LE CYNISME. Ça y est c’est écrit. Je me suis levé brusquement, les mots sont là qui attendent. Trois heures du matin, je suis sorti de mon lit à trois heures du matin.

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Découvrez Évelyne Thinet :  Auteur ambassadeur chez Edition999

La France est à l'honneur avec l'auteur francophone Évelyne Thinet

 Lire son interview avec Edition999

  • Avis (11)

    Vos commentaires

    • Le 27 octobre 2018 à 18:42, par Benoit En réponse à : Coupable d’écrire : le livre dans le livre

      Un beau principe que ce livre, ce n’est pas un recueil de nouvelles mais une mise en abyme : une auteure qui se cache derrière une auteure pour raconter ces quelques nouvelles douces amères. À découvrir !

      • Le 30 janvier à 08:58, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire : le livre dans le livre

        C’est fabuleux d’avoir des avis lorsque l’on écrit. Est-ce qu’il y a une crainte de soi quand, enfin, les auteurs consentent à publier et donc à être lus ? Merci infiniment Benoit, j’ai été très touchée. Zinon

      Répondre à ce message

    • Le 29 octobre 2018 à 10:42, par DUWATEZ En réponse à : Coupable d’écrire

      Excellent livre. Accrocheur très bien écrit. Je le conseille fortement

      • Le 30 janvier à 09:02, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire

        Merci infiniment. Je suis émue par ce commentaire. C’est merveilleux de savoir que mon livre est apprécié. Merci. Miline

      Répondre à ce message

    • Le 29 octobre 2018 à 11:28, par Christelle En réponse à : Coupable d’écrire

      Une pure merveille. On plonge dans le livre et on n’a plus envie d’en ressortir...A découvrir sans modération

      • Le 30 janvier à 09:09, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire

        Prendre le temps de taper quelques mots c’est un formidable cadeau pour l’ouvrière de l’écrit que je suis. Les lecteurs savent-ils que la fébrilité en devient quasiment douloureuse lorsque je vois des commentaires à découvrir ? Ce n’est pas la douleur de la critique, non absolument pas, c’est la douleur de trop de joie. La joie d’être lue.

      Répondre à ce message

    • Le 27 octobre 2018 à 19:56, par gras En réponse à : Coupable d’écrire

      excellent, on ne s’ennuie pas. cinq étoiles

      • Le 30 janvier à 09:11, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire

        Merci, merci, merci… C’est un véritable réconfort. Évelyne

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 03:46, par Jean-Baptiste En réponse à : Coupable d’écrire

      Conseil gratuit : on n’empoie jamais le subjonctif après "après que"...

      • Le 20 janvier à 14:26, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire

        Mais où se situe cette faute impardonnable ? Et merci de le signaler. Évelyne Thinet.

      • Le 21 janvier à 14:14, par Évelyne Thinet En réponse à : Coupable d’écrire

        "Après que " n’est pas obligatoirement suivi de l’indicatif. La conjonction "après que" induit un événement passé, donc l’indicatif est requis. Vous n’êtes certainement pas sans avoir que beaucoup d’écrivains du XXème siècle ont ignoré cette règle établie au XVIème siècle… ( Camus, Mauriac, Colette…) Dans l’Olympe des Immortels le débat est encore loin d’être clos.
        Voilà la phrase scélérate : "Des textes défunts, jamais publiés ou en Ebook après que l’auteur ait reçu quelques manuscrits version papier." Le subjonctif signale aussi le doute, l’hypothèse de l’arnaque se diffuse ici… Une syntaxe qui se risque, qui ose franchir les limites de l’interdit, révèle peut-être un sens caché ? L’essentiel est de ne pas demeurer statufié de honte au pilori de la faute. Nous nous trompons certes, mais nous apprenons avant toute chose. Zinon

      Répondre à ce message

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.