Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Bien pires que la mort

Bien pires que la mort

Delapore (Auteur)

Nombre de pages : 14

 Remercier Delapore

Les statistiques du livre


812 Lectures
1 Lectures / 31 jours


4 /5 sur 5 votants

1240 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

( Version du 21 mars 2012 )

 La quatrième de couverture

Bien que non belliciste, je voue un intérêt à l’histoire militaire, et l’enfer de la guerre de 1914-1918, excellement décrite par la bande dessinée de Tardi m’a donné l’idée de situer mon histoire dans ce décor de cauchemar, le but étant de créer une horreur plus grande encore que la folie meurtrière des hommes. Mon monstre est une vouivre, une créature qui n’a pas beaucoup été exploitée en littérature (d’où mon choix) mais très présente dans le folklore, . En relisant le texte, je réalise que j’ai voulu (inconsciemment, certainement) dénoncer ce conflit fratricide entre humains alors que d’autres horreurs bien pires encore sont susceptibles de nous menacer.

 La première page

en cours de rédaction

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Delapore

J’habite en Alsace depuis toujours, à deux pas de Strasbourg, dans un village appelé Eckbolsheim (cela m’amuse toujours de penser que certains lecteurs auront du mal à épeler ce nom à voix haute !). Mes diplômes en Droit et en Histoire ne m’ont que relativement servis puisque je suis gratte-papier dans...

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le masque de Dimitri Semionovitch

J’ai autrefois beaucoup lu les romans de Léon Tolstoï et de Dostoievski, et j’en ai retenu l’atmosphère de la Russie tsariste du XIX° siècle. J’ai également songé à Jean Lorrain et sa nouvelle "Les trous du (...)

2015

Une inconnue en Rhodésie

J’ai toujours été fasciné par les romans de Ridder Haggard au XIX° siècle, "Les mines du roi Salomon" ou "She". C’est le seul de mes récits qui se déroule en Afrique, et je me suis inspiré des ruines du Grand Zimbabvé pour écrire un conte dans la veine d’Haggard. (...)

2013

DANSE MACABRE

« Danse macabre » date de 1999. Je me suis interrogé sur les prétendues relations entre la musique (et surtout le rock) et le satanisme. Le thème n’est pas nouveau, j’en conviens, mais il était trop tentant de le poursuivre. Le groupe auquel je songe est « Jethro (...)

2013

La tournée

J’avoue sincèrement que c’est l’une de mes connaissances (qui a le plus souvent du mal à terminer ses textes, étant trop perfectionniste) qui m’a inspiré cette nouvelle. Son récit était excellent. Le défi était de le rendre tout aussi palpitant mais en exploitant (...)

2013

1 discussion

  • 24 mars 2012, par Bartleby

    J’ai bien aimé votre histoire, bien menée, surprenante. Les horreurs de la Guerre sont assez bien restituées et le fantastique est amené naturellement. J’ai été un peu surpris par la fin, je voyais moi-même une variante arriver, mais c’est votre récit, pas le mien... Si cela vous intéresse de savoir ce que j’avais imaginé, contactez moi.

    Et effectivement, la vouivre est un folklore assez peu répandu en littérature, le seul autre livre qui en parlait dont je me souvienne est "L’étrange vie de Nobody Owens" de Neil Gaiman je crois. J’avais à l’époque de sa lecture été séduit par ce nom : La Vouivre. C’est un superbe nom de monstre, vous ne trouvez pas ?

    Au plaisir et bonne continuation.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Catch The Cat

Survivre après une Apocalypse. Tous trois s’arrêtent alors dans une ville fantôme, leur nouvelle étape, et c’est là que commencent les ennuis.

Nous les autres

– Est-ce qu’il y a des choses que tu aimes faire avec ta maman ? – Ce n’est pas ma maman. La petite fille, à qui l’on donnerait maximum quatre ans, a répondu d’une petite voix mais sur un ton qui ne laisse transparaître aucun doute, comme si elle énonçait là une (...)

Souvenirs d’homme

Mon premier véritable souvenir d’homme, c’est une veillée autour d’un feu de camp, un de ces soirs d’été où la lune luit d’un éclat fantomatique. Je revois ma mère absorbée par son ouvrage de couture, mais dont le sourire satisfait trahit qu’elle ne perd pas un mot de (...)

Fatalité

Au bout de la piste, le Boeing 747 s’apprêtait à décoller. Debout derrière le grillage qui délimitait le pourtour de l’aéroport, il frotta ses mains gelées l’une contre l’autre afin de les réchauffer. En ce début de matinée, le temps était plutôt gris et triste. La (...)