Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
 Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Accueil > Fantastique > Chiens de guerre

Chiens de guerre

Delapore (Auteur)

 Ce livre est un "Coup de cœur des lecteurs"

Nombre de pages en A4 : 5

Publication le 19 octobre 2022

(Premère publication : 29 août 2011)

Les statistiques du livre


1209 Lectures
9 Lectures / 31 jours


4.67 /5 sur 9 votants


2641 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

 La quatrième de couverture

"Chiens de guerre" (originellement "Les chiens de guerre") a été écrit en 1991, puis révisé en 1999. Mon intérêt pour l’histoire militaire (bien que je sois pacifiste, mais je n’en suis pas à une contradiction près !) m’a inspiré cette nouvelle, ainsi que le film "Croix de fer" de Sam Peckinpah. A l’instar de ce film, ce n’est ni une apologie, ni une dénonciation des soldats de la Wehrmacht ayant combattu en Russie (mon père, Alsacien comme moi, y a été enrôlé de force). Je me suis simplement demandé ce que pouvaient vivre des soldats engagés dans une cause perdue, mais qui ont fini par s’accoutumer au danger et à la mort, et qui appréhendent bien plus le retour dans leurs foyers où ils sont devenus des étrangers aux yeux de leurs familles. Et si un destin surnaturel satisfaisait leurs espoirs secrets ?

 La première page

“Il se sentait calme et viril, tranquille mais solide, animé d’un sang vigoureux. Il savait qu’il ne tremblerait plus devant ceux qui le guidaient, et qu’il irait où on l’enverrait. Il était allé toucher du doigt la grande mort, il avait découvert qu’elle n’était, après tout, que la grande mort”.

Stephen Crane : “L’insigne rouge du courage”.
Un jour de l’année 1943. A en croire les feuillages florissants sur les feuillus avoisinants, on pourrait penser à l’été. A en croire cette brume discrète qui noie le paysage sous ses lambeaux blanchâtres, lesquels font pâlir tout ce qu’ils touchent, on pourrait penser à l’hiver. Une petite colonne de silhouettes fantomatique progresse lentement vers le petit hameau de Semenovskoië, dont les premières isbas leur semblent maintenant devenues familières…

L’endroit se creuse en cuvette, cerné par une nuée de monticules derrière l’immensité déserte d’une steppe semi-aride, dont l’horizon se fige en rejoignant un ciel fermé. Le sergent Ostbeck juge préférable de faire conserver à sa patrouille une distance relativement respectueuses des masures en rondins et en torchis qui peuvent toujours dissimuler quelques partisans aux aguets.

Ostbeck arrête un moment sa marche pour laisser le temps à ses hommes de le rejoindre, et il souffle dans ses mains dans l’espoir de les réchauffer.
“- Un temps de merde !” grommelle-t-ilà l’adresse de son subalterne, le caporal Hoffmann qui se tient à sa hauteur.
“- Un temps idéal pour mourir !” ricane ce dernier, en imitant le geste de son supérieur. “Je n’ai jamais vécu un froid pareil en cette saison !”

Biographie de Delapore

J’habite en Alsace depuis toujours, à deux pas de Strasbourg, dans un village appelé Eckbolsheim (cela m’amuse toujours de penser que certains lecteurs auront du mal à épeler ce nom à voix haute !). Mes diplômes en Droit et en Histoire ne m’ont que relativement servis puisque je suis gratte-papier dans...

 Lire son interview

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le masque de Dimitri Semionovitch

J’ai autrefois beaucoup lu les romans de Léon Tolstoï et de Dostoievski, et j’en ai retenu l’atmosphère de la Russie tsariste du XIX° siècle. J’ai également songé à Jean Lorrain et sa nouvelle "Les trous du (...)

2015

Une inconnue en Rhodésie

J’ai toujours été fasciné par les romans de Ridder Haggard au XIX° siècle, "Les mines du roi Salomon" ou "She". C’est le seul de mes récits qui se déroule en Afrique, et je me suis inspiré des ruines du Grand Zimbabvé pour écrire un conte dans la veine d’Haggard. (...)

2013

DANSE MACABRE

« Danse macabre » date de 1999. Je me suis interrogé sur les prétendues relations entre la musique (et surtout le rock) et le satanisme. Le thème n’est pas nouveau, j’en conviens, mais il était trop tentant de le poursuivre. Le groupe auquel je songe est « Jethro (...)

2013

La tournée

J’avoue sincèrement que c’est l’une de mes connaissances (qui a le plus souvent du mal à terminer ses textes, étant trop perfectionniste) qui m’a inspiré cette nouvelle. Son récit était excellent. Le défi était de le rendre tout aussi palpitant mais en exploitant (...)

2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

2 discussions

  • 2 janvier 2012, par DELAPORE

    Merci pour votre commentaire. Je mettrai plus d’application à l’orthographe, le vérificateur installé sur Word 2007 s’avérant apparemment insuffisant. A moins que vous ne fassiez allusion à des erreurs du genre :
    "-Bonjour, Ostbeck." ! lui répondit le lieutenant. Alors qu’il fallait mettre à L majuscule à "lui". Ce sont les seules fautes que le vérificateur a systématiquement relevé.

  • 1er janvier 2012, par Guy ROM1

    Bon essai, qui mériterait une deuxième lecture (les petites fautes d’orthographe sont comme des cailloux sur lesquels on trébuche en marchant/lisant)
    Merci pour ces lignes évocatrices.

 Dans le même rayon : Fantastique

Cours Particulier

Je me présente : je m’appelle Daniel Sandet, mais tout le monde m’appelle Dan. Avant, on m’appelait Danny, comme dans Shining, mais je ne le supporte plus depuis que mes parents, qui m’appelaient ainsi, sont morts. Je suis orphelin depuis presque un an. Ma (...)

Une ombre dans le noir

Ce petit essai, résume une histoire simple, lugubre, et jusqu’à ce jour incompréhensible. J’ai voulu traiter ces phénomènes d’une façon légère. Mais cela me restera " Comme une ombre dans le noir.

Effet de drogue

Je restais allongé sur le lit, contemplant le plafond, d’un air macabre. J’avais l’impression que deux petits yeux me fixaient distinctement et sans relâche, qu’ils me persécutaient. J’avais l’impression que mon crâne se creusait, que quelque chose me dévorait la (...)

Délire ou le récit d’une femme éperdue

C’est une nouvelle qui se présente en deux récits. Les personnages sont deux femmes qui se rencontrent dans un train. Elles parlent de leur expérience amoureuse respective, douloureuse... L’une confie à l’autre son histoire, intacte, qu’elle (...)