Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Classique > Supplément au voyage de Bougainville

Supplément au voyage de Bougainville Supplément au voyage de Bougainville

Supplément au voyage de Bougainville

Denis Diderot (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 63

Version publiée le 9 septembre 2018

Les statistiques du livre

1025 lecteurs ont feuilleté le livre

556 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Supplément au voyage de Bougainville"

4 votes

Note Moyenne

5/5 sur 4 votants

Thème : Classique

  

La quatrième de couverture

Les protagonistes du dialogue de Diderot, A et B, discutent du Voyage autour du monde du navigateur français Louis Antoine de Bougainville récemment paru (en 1771). B propose de parcourir un prétendu Supplément qui en remet en question certaines soi-disant évidences énoncées par Bougainville. Deux passages de ce supplément sont enchâssés dans la discussion : Les adieux du vieillard, et le long Entretien de l’aumônier et d’Orou.

La première page

A – Cette superbe voûte étoilée sous laquelle nous revînmes hier et qui semblait nous garantir un beau jour, ne nous a pas tenu parole1.
B – Qu’en savez-vous ?
A – Le brouillard est si épais qu’il nous dérobe la vue des arbres voisins.
B – Il est vrai ; mais si ce brouillard qui ne reste dans la partie inférieure de l’atmosphère que parce qu’elle est suffisamment chargée d’humidité, retombe sur la terre ?
A – Mais si au contraire il traverse l’éponge, s’élève et gagne la région supérieure où l’air est moins dense et peut, comme disent les chimistes, n’être pas saturé ?
B – Il faut attendre.
A – En attendant, que faites-vous ?
B – Je lis.

Biographie de Denis Diderot

Né à Langres et fils d’un maître coutelier, Denis Diderot suit ses études chez les Jésuites, puis au lycée Louis-Le-Grand et devient maître ès Art en 1732. Il mène jusqu’à son mariage, en 1743, une vie de bohême qui lui fait perdre la foi. Pendant cette période, il fait la connaissance de...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Jacques le fataliste et son maître

Jacques le fataliste et son maître

Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien (…)

Les bijoux indiscrets

Les bijoux indiscrets

Zima, profitez du moment. L’aga Narkis entretient votre mère, et votre gouvernante guette sur un balcon le retour de votre père : prenez, lisez, ne craignez rien. Mais quand on surprendrait les Bijoux indiscrets derrière votre toilette, pensez−vous qu’on (…)

2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Classique

Les contemplations

Les contemplations

Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d’étoiles ;

La Maison du chat qui pelote

La Maison du chat qui pelote

Au milieu de la rue Saint-Denis, presque au coin de la rue du Petit-Lion, existait naguère une de ces maisons précieuses qui donnent aux historiens la facilité de reconstruire par analogie l’ancien Paris.

Carmen

Carmen

J’avais toujours soupçonné les géographes de ne savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils placent le champ de bataille de Munda dans le pays des Bastuli-Pœni, près de la moderne Monda, à quelque deux lieues au nord de Marbella.