Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Classique > Jean et Jeannette

Jean et Jeannette

Jean et Jeannette

Théophile Gautier (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 158

Version publiée le 4 octobre 2012

Les statistiques du livre

737 lecteurs ont feuilleté le livre

433 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 3.8/5 sur 5 votants

Evaluer le livre


Thème : Classique

La quatrième de couverture

La marquise de Champrosé est à sa toilette ; ses femmes l’accommodent. Le galant édifice de sa coiffure touche à sa fin.
Des houppes de cygne s’échappe un nuage de poudre à la maréchale
dont la marquise préserve ses yeux en tenant cachée sa charmante figure dans un cornet de maroquin vert pomme, au grand désespoir de M. l’abbé, qui proteste contre cette éclipse. Enfin l’opération est terminée ! Les cheveux blond cendré de la marquise relevés en hérisson sur le sommet de la tête, crêpés en neige sur chaque face, ont disparu sous cette poussière blanche qui s’allie si bien aux tons de pastel de sa peau. Un long repentir, faiblement bouclé, descend le long de son col et vient
jouer sur sa poitrine un peu découverte.

La première page

en cours de rédaction
  

Biographie de Théophile Gautier

Théophile Gautier est né à Tarbes en 1811. Sa participation à la bataille d’Hernani, alors qu’il se range ostensiblement du côté de Hugo, montre bien qu’en 1830 les sympathies de Gautier le portent vers les romantiques. D’ailleurs, lors de ses études à Paris, au collège Charlemagne, il avait...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le roman de la momie

Le roman de la momie

« J’ai un pressentiment que nous trouverons dans la vallée de Biban-el-Molouk une tombe inviolée, disait à un jeune Anglais de haute mine un personnage beaucoup plus humble, en essuyant d’un gros mouchoir à carreaux bleus son front chauve où perlaient (…)

2012

Le capitaine Fracasse

La capitaine Fracasse

Sur le revers d’une de ces collines décharnées qui bossuent les Landes, entre Dax et Mont−de−Marsan, s’élevait, sous le règne de Louis XIII, une de ces gentilhommières

2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Classique

Le Père Achille

Midi sonne aux cloches des fabriques ; les grandes cours silencieuses s’emplissent de bruit et de mouvement. La mère Achille quitte son ouvrage, la fenêtre où elle était assise, et se dispose à mettre son couvert. L’homme va monter pour déjeuner.

Poil de carotte

Poil de carotte

Je parie, dit madame Lepic, qu’Honorine a encore oublié de fermer les poules. C’est vrai. On peut s’en assurer par la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte ouverte.

La Prisonnière - Partie 1

La Prisonnière - Partie 1

Dès le matin, la tête encore tournée contre le mur, et avant d’avoir vu, au-dessus des grands rideaux de la fenêtre, de quelle nuance était la raie du jour, je savais déjà le temps qu’il faisait. Les premiers bruits de la rue me l’avaient appris, selon (…)