Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Classique > La capitaine Fracasse

Le capitaine Fracasse

La capitaine Fracasse

Théophile Gautier (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 286

Version publiée le 15 octobre 2012

Les statistiques du livre

1048 lecteurs ont feuilleté le livre

557 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 4.25/5 sur 4 votants

Evaluer le livre


Thème : Classique

La quatrième de couverture

Le capitaine Fracasse

Sur le revers d’une de ces collines décharnées qui bossuent les Landes, entre Dax et Mont−de−Marsan, s’élevait, sous le règne de Louis XIII, une de ces gentilhommières si communes en Gascogne, et que les villageois décorent du nom de château.
Deux tours rondes, coiffées de toits en éteignoir, flanquaient les angles d’un bâtiment, sur la façade duquel deux rainures profondément entaillées trahissaient l’existence primitive d’un pont−levis réduit à l’état
de sinécure par le nivelage du fossé, et donnaient au manoir un aspect assez féodal, avec leurs échauguettes en poivrière et leurs girouettes à queue d’aronde. Une nappe de lierre enveloppant à demi l’une des tours
tranchait heureusement par son vert sombre sur le ton gris de la pierre déjà vieille à cette époque.

La première page

en cours de rédaction
  

Biographie de Théophile Gautier

Théophile Gautier est né à Tarbes en 1811. Sa participation à la bataille d’Hernani, alors qu’il se range ostensiblement du côté de Hugo, montre bien qu’en 1830 les sympathies de Gautier le portent vers les romantiques. D’ailleurs, lors de ses études à Paris, au collège Charlemagne, il avait...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le roman de la momie

Le roman de la momie

« J’ai un pressentiment que nous trouverons dans la vallée de Biban-el-Molouk une tombe inviolée, disait à un jeune Anglais de haute mine un personnage beaucoup plus humble, en essuyant d’un gros mouchoir à carreaux bleus son front chauve où perlaient (…)

2012

Jean et Jeannette

Jean et Jeannette

La marquise de Champrosé est à sa toilette ; ses femmes l’accommodent. Le galant édifice de sa coiffure touche à sa fin.

2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Classique

L'Écornifleur

L’Écornifleur

C’est un homme de quarante ans, un peu raide et lourd, convenablement vêtu. On sent qu’il n’a pas lui-même soin de sa personne, qu’il ne s’habille pas seul. Madame Vernet le boutonne, l’épingle, le peigne.

Le proces

Le procès

L’un des soirs suivants, comme K. passait dans le corridor qui séparait son bureau de l’escalier principal – il avait été l’un des derniers à s’en aller et il ne restait plus à la banque que deux domestiques en train de liquider les dernières expéditions (…)

Fort comme la mort

Fort comme la mort

Le jour tombait dans le vaste atelier par la baie ouverte du plafond. C’était un grand carré de lumière éclatante et bleue, un trou clair sur un infini lointain d’azur, où passaient, rapides, des vols d’oiseaux.