Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Délire ou le récit d’une femme éperdue

Délire ou le récit d’une femme éperdue

Joyce ATTAL (Auteur)

Nombre de pages : 40

 Remercier Joyce ATTAL

Les statistiques du livre


257 Lectures

5 /5 sur 3 votants

867 visites

Evaluer le livre


Ajouter votre avis pour le livre : Délire ou le récit d’une femme éperdue

Thème : Fantastique

 ISBN : 978-2-37391-000-1  

( Version du 12 mars 2016 )

 La quatrième de couverture

C’est une nouvelle qui se présente en deux récits. Les personnages sont deux femmes qui se rencontrent dans un train. Elles parlent de leur expérience amoureuse respective, douloureuse... L’une confie à l’autre son histoire, intacte, qu’elle publiera.

 La première page

J’introduis ici un préambule au récit qui va suivre afin de vous éclairer, vous, Lecteur, au sujet de ces choses qui sortent de l’imaginaire lorsque la raison a défailli.
Il y quelques années, j’étais assise dans un train qui me ramenait chez moi puisque je voyageais en direction du Sud de la France J’étais alors en proie à une profonde tristesse, les larmes mouillant mes yeux par moments, et, s’écoulant sur mes joues jusqu’à glisser sur la peau délicate de mon cou que j’essuyais d’un geste machinal.
J’avais à peine conscience du monde qui m’entourait, dans l’état de peine et de morosité que mes voisins de voyage pouvaient constater sans effort, tant aucune pudeur n’arrivait à dissimuler les symptômes apparents de mon chagrin. Ainsi, n’avais-je pas prêté attention à cette femme qui me dévisageait depuis que nous avions pris nos places respectives, l’une en face de l’autre, et, que le train avait démarré, après le retentissement du sifflet du chef de gare annonçant la fermeture des portes.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Joyce ATTAL

 Ambassadeur Edition999

Présidente Association E.L.P.A.J. J’écris des contes et des nouvelles. Je suis un artisan du livre. Je fais écrire les autres, j’écris. Un jour, j’ai eu envie d’enjamber le pont, et de publier. J’ai commencé par "Délire", qui s’est titré avec "ou le récit d’une femme éperdue..." Raconter l’amour c’est aussi vivre une aventure extraordinaire avec ses personnages. Cette nouvelle est triste, certes, mais son message est fort : "IL FAUT AIMER DANS LA MESURE DE SOI (...)

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

3 discussions

  • 24 avril 2017, par Jean Christophe Bernardon

    Bonjour

    Félicitation à Joyce Attal qui a sue retranscrire à la perfection le douloureux chemin de l’amour qui envahit le cœur et l’esprit lorsque, comme un fantôme, il n’est vécu que par une seule personne.

    Toutes les personnes de votre entourage pourront vous dire de changer, de trouver une autre personne, d’oublier cette personne que vous avez tant aimée et que vous aimez toujours mais rien n’y fait, cet amour est toujours présent tel le fantôme qui ne vous autorise pas de vivre autre chose par fidélité.

    Je soupçonne dans ce texte, tout de même, un léger vécu pour Joyce Attal. Si tel est le cas, nous avons d’autant plus de mal à nous débarrasser de cette amour qui nous fait vivre et perdurer notre fidélité.

    Bravo
    Jean Christophe

  • 16 mai 2016, par Joyce

    Si on accepte qu’il eciste plusieurs états qui de superposent, suivant le principe de physique quantique, on peut dire qu’ y aurait plusieurs états de conscience, et que chaque état évolue et communique dans un espace temps qui lui est propre, si on considère qu’il n’y a pas déterminisme, alors on comprendra que l’être suprasensible du personnage rejoigne, dans un univers qui n’est pas physique, l’être suprasensible de l’autre, celui qu’elle aime. La mort provoquant une modification des états, il y a rupture.
    À lire.

  • 13 avril 2016, par Joyce ATTAL

    " J’ai aimé jusqu’ à atteindre la folie. Ce que certains appellent la folie.
    , mais ce qui est pour moi la seule façon d’aimer ".
    De Françoise SAGAN

Un message, un commentaire ?

 Dans le même rayon : Fantastique

Contes d’entre les mondes

EULALIA, L, MARCEL auraient bien pu se débrouiller tous seuls s’ils avaient été indépendants. Mais, voilà ! Ils ne le sont pas. Eulalia n’existerait pas sans son Graviton. L n’aurait jamais su ce qu’était un Horizon si les Évènements ne l’y avait pas poussée. Quant (...)

La maison des Feux Follets : première partie

Marc Merray, fonctionnaire sans histoire, était loin d’imaginer que son emménagement dans leur nouveau domicile, situé au cœur d’un quartier paisible d’Angers, au numéro 26 de la rue des Feux Follets, puisse à ce point les affecter, sa compagne Élise, leur fille (...)

Arème

Cette nouvelle raconte comment une ville fait le pari du tourisme blanc sur un site où les intérêts personnels et l’histoire se sont donnés rendez-vous.

Errance sans étoile

Récit d’un narrateur idéaliste et démuni, sans profession définie, dont le parcours à proximité de Tucson, en Arizona, n’est pas sans risques, à raison des situations qu’il rencontre. Il finirait par servir de bouc-émissaire. Mais le shérif du Comté le prévient à (...)