Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Autobiographie - Témoignage - Autofiction > Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle.

Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle. Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle.

Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle.

Frédéric Sahner (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 44

Version publiée le 24 mars 2016

Les statistiques du livre

622 lecteurs ont feuilleté le livre

408 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle."

12 votes

Note Moyenne

4.75/5 sur 12 votants

Thème : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

  

La quatrième de couverture

Cette réflexion a pour but de sensibiliser le commun des mortels à la situation à laquelle sont confrontés les malades atteints de maladies orphelines non reconnues. Ces "laissés pour compte" vivent une double, voire, triple peine.Outre leur pathologie, souvent dégénérative, qui les fait souffrir chaque jour, ils sont confrontés à l’incompréhension de leur entourage personnel et professionnel. Pire encore, ils sont traités comme des marginaux par la plupart des institutions qui, en principe, sont là pour les soutenir et les aider. Bienvenu dans un combat qui pourrait sembler perdu d’avance.

La première page

Loin de moi l’idée de rédiger cet « exutoire » dans le seul but de faire un plaidoyer larmoyant sur ma condition en espérant que l’on s’apitoie sur mon sort.
 
Certainement pas…, dans la mesure où il est évident que, par rapport à d’autres personnes bien plus mal en point que moi sur le plan physique ou psychologique, je m’en tire, à ce jour encore, relativement à « bon compte ».
 
En revanche, quelle que soit la pathologie dont vous souffrez, dès lors qu’elle est exceptionnelle, « hors normes » et, surtout, lorsqu’elle n’entre dans aucun des standards répertoriés, les malades concernés doivent, tout comme moi, se rendre à l’évidence qu’ils sont livrés à eux-mêmes vis-à-vis des instances et administrations qui, en principe, devraient leur « faciliter » la vie.
 
Une assurance ne doit-elle pas assurer, un expert, expertiser et un service publique ne devrait-il pas toujours servir le publique ? Ces questions méritent d’être ouvertement posées !
 
Pire encore, faute d’aide, on vous met même en difficultés avec, dans certains cas et si vous deviez y être confronté, des conséquences qui pourraient être dramatiques (on verra ce point un peu plus loin).

Biographie de Frédéric Sahner

Ambassadeur Edition999

Né en 1962, marié depuis près de 30 ans avec ma sublime femme Cathy, je suis l’heureux papa de deux filles extraordinaires et ai vécu une vie bien remplie jusqu’il y a 2 ans. Aimant la musique et ma région d’adoption, je fais partie d’un groupe de rock dans lequel j’assure le chant et l’écriture...

Lire son interview

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

6 discussions

  • 12 mai 2016, par bernard Herrbach

    Merci Fred pour ce témoignage. La France s’était émue après la publication du livre de Jean Dominique Bauby "le scaphandre et le papillon", et dont on pouvait légitimement penser qu’il contribuerait à réhumaniser les rapports avec les patients (qui n’ont jamais aussi bien porté leur nom) atteints de maladies rares, il n’ne est finalement rien, et le côté ubuesque de ta mésaventure est sans doute à ranger au rayons des exceptions culturelles dont le pays des lumières ne lasse pas de s’enorgueillir ! Bon courage à toi, en toute amitié

  • 6 mai 2016, par annick

    On ne peut pas comprendre, ni se mettre à ta place ; on ne peut que te souhaiter le meilleur, et surtout se battre avec les administrations qui font tout et surtout n’importe quoi !!
    une sclérosée en plaques qui te soutiens avec les moyens du bord !!

  • 21 avril 2016, par Gaston Haller

    Ce livre montre à quel point dans certaines administration en France comme la CPAM, la CAF ou autre, on marche sur la tête.
    Vous êtes juste bon à payer, à cotiser durant toute une vie et quand vous êtes en droit d’attendre des aides en retour vous êtes laissé pour compte. Ce récit peut éclairer certaines personnes qui se retrouvent dans des situations similaires et contribuer à ce qu’elles se sentent moins seules mais ne va malheureusement pas faire changer les pratiques au quotidien de nos administrations. En tout cas bravo et bon courage à l’auteur.

  • 14 avril 2016, par Elisa Poncelet

    Prise par les tripes, en lisant ces mots, Je suis passée par plusieurs sentiments différents...
    Dur réalité, mais réalité tout de même.

    Belle leçon pour les lecteurs. Merci.

  • 25 mars 2016, par Paul SCHELCHER

    Beau témoignage. Intéressant, et plein de pudeur.

  • 24 mars 2016, par grinan joachim

    Tout d’abord comme il était mentionné dans le préambule,je n(ai rien trouvé qui prêtait ne serait-ce qu’à sourire.Je le soutient dans sa lutte contre les institutions qui ne servent que les profiteurs de tout bord reflétant peut-être leur propre image.La justice de ce pays n’a d’égale que dans sa logique ou contre logique bref l’égalité devant la maladie est surtout destinée aux gens qui ne vivent pas et qui se saignent pour cette France qui laisse creuver ses enfants ; ; ;

Dans le même rayon : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

Veni, vedi, Venezia

Un récit écrit il y a 5 ans... Exhumé, rafraîchit. Le timbre…. C’est le timbre qui avait attiré mon attention quand j’avais ouvert la boîte aux lettres. Ni une facture, ni le signe quelconque d’emmerdements dont notre bon maire ou la préf’ savaient nous (…)

AFIF mon frère

AFIF mon frère

AFIF MON FRERE est le compte rendu à bâtons rompus d’un pèlerinage en Terre Sainte que nous avons effectué, mon épouse et moi-même, du 10 au 20 mai 2011. AFIF est le prénom du chauffeur arabe qui a conduit notre autocar de pèlerins sur les routes d’Israël (…)

Cahier N° 21 du Journal d'Urane

Cahier N° 21 du Journal d’Urane

Je relis toujours mes vieux cahiers. Je suis stupéfaite d’y contempler le reflet de mon âme. C’est incroyable ! C’est comme si je voyais l’autre partie de moi-même dans un miroir, celle que l’on ne voit habituellement pas dans la glace, car elle n’est pas (…)