Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Philosophie et spiritualité > Le Vouloir du Véridique

Le Vouloir du Véridique

Le Vouloir du Véridique

Sébastien Junca (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 309

Version publiée le 15 décembre 2023

Les statistiques du livre

154 lecteurs ont feuilleté le livre

75 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Le Vouloir du Véridique"

2 votes

Note Moyenne

5/5 sur 2 votants

Thème : Philosophie et spiritualité

  

La quatrième de couverture

Quelle est la juste mesure de l’homme ? Comment faire de l’univers la continuation de son propre corps ? Le monde est-il son propre créateur ? Pourquoi Dieu est-il faible et fort à la fois ? A-t-on retrouvé sa dépouille ? Quel lien entre Peter Falk et Pythagore ; Darwin, les cerfs-volants et la tarte Tatin ; un philosophe, un coléoptère et un plongeur en apnée ? Qu’est-ce qu’une peinture surnaturelle ? L’affirmation de soi est-elle le mal du siècle ? Rousseau était-il stalinien et le facteur Cheval nietzschéen ?
Sur une période de sept années et à travers trente sept chroniques, l’auteur remet ici en question nos plus profondes certitudes sur l’identité, la nationalité, la société, la civilisation et la vie elle-même. Des questions comme autant de coups de sang et de coups de fouet sur le dos des conventions ; des coups de cœur aussi, à travers des lectures, des voyages et des rencontres. Mais toujours le portrait sans concession d’une époque que Paul Lafargue, déjà, appelait l’âge de la falsification. Une époque de type carcéral et contre laquelle le vouloir du véridique apparaît comme l’ultime antidote.

La première page

Dans quelque domaine que ce soit, la nature et le monde de manière générale ne suffisent plus à satisfaire nos exigences, nos envies, nos désirs de nous distinguer, de nous singulariser du reste du troupeau. Tous les moyens sont bons pour faire preuve d’originalité au risque d’en oublier nos origines. Mais la raison de cette ruée à la consommation est-elle véritablement à chercher chez le client, le demandeur, toujours insatiable ? L’origine de cette boulimie consumériste n’est-elle pas plutôt à chercher chez les « marchands du temple », les industriels, les financiers, les annonceurs… tous à la solde de groupes toujours plus énormes et protéiformes qui font l’économie et allant jusqu’à dicter leurs lois aux gouvernements les plus inflexibles ?
Pour susciter de nouveaux achats, pour continuer de faire marcher la planche à billets ; pour que notre sacro-sainte économie puisse continuer de subvenir aux besoins et apparentes nécessités que nous nous sommes nous-mêmes créés, pas d’autre solution que de continuer d’inventer, de produire et de subdiviser à l’infini le réel en autant de nouveaux produits de consommation. Les plantes, les animaux, les aliments ne font pas exception à la règle qui préside à la fabrication des téléviseurs, des automobiles, des téléphones, des programmes de remise en forme, des régimes, des produits financiers, des médicaments, des assurances-vie et autre conventions obsèques. Pour vendre, il faut immanquablement créer de la nouveauté. Une nouveauté que la nature, depuis plus d’un siècle, ne suffit plus à fournir. Ainsi, il faut attirer l’œil, susciter la convoitise, l’envie, le rêve. Offrir à chacun la possibilité de croire qu’il peut être différent de son voisin tout en continuant d’endosser la parfaite panoplie de la réussite sociale, de l’appartenance au groupe et à toutes ses certitudes de carton-pâte. Ainsi nous nous perdons, chemin faisant, au milieu d’une kyrielle de nouveaux produits de consommation et concepts qui, à défaut de nous rendre heureux, sont au contraire autant de leviers, d’emprises et d’occasions de nous créer de nouvelles dépendances, de nouveaux manques et de nouvelles servitudes. Chaque plaisir associé à la possession de ces nouveaux objets du quotidien n’est là que pour masquer la présence d’un éternel mal-être, d’un manque, d’une nausée et d’une incapacité à vivre sa vie de la manière la plus authentique possible. Nous pensons que cette nouveauté permanente contribue à entretenir notre bonheur. Elle ne fait que farder et masquer notre répugnance à vivre.

Biographie de Sébastien Junca

Autodidacte épris de philosophie, je suis l’auteur d’une dizaine d’ouvrages. Mon premier et dernier livre publié par un éditeur, AU CŒUR DE LA CRISE (2014), paru chez Demopolis, a été préfacé par Gérard Mordillat. Réédité en 2020 en auto-édition il est librement accessible en ligne. J’ai...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Effondrement : une question de survie

Effondrement : une question de survie

Si les systèmes s’effondrent, c’est parce qu’ils sont prêts pour cela. C’est parce que leur développement a atteint le maximum de ses possibilités. Une impasse qui appelle une autre organisation à même de relancer leur évolution. Toute décomposition (…)

2024

Le Totem et l'atome

Le Totem et l’atome

Comme l’a démontré Émile Durkheim, la religion est un fait exclusivement social. Elle est donc en prise directe avec les forces et les mécanismes qui, depuis 13,7 milliards d’années, ont contribué à façonner les différentes complexités atomiques, (…)

2024

La Sensation du gouffre

La Sensation du gouffre

Écrire pour sauver sa vie. Écrire pour se prémunir contre la médiocrité, la faiblesse, la lâcheté qui partout s’insinuent et pénètrent les planches disjointes de notre bien fragile embarcation de chair et de sang. Écrire comme on brûle de l’encens, comme (…)

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Philosophie et spiritualité

L'envers du monde

L’envers du monde

Entre toi et moi il n’y a rien et il n’y a personne. Il n’y a même pas cet "entre" qui sous-entend un quelconque espace vide qu’il faudrait combler. Nous ne sommes pas séparés les uns des autres si ce n’est par la conscience qui isole, différencie et (…)

La foule

La foule

La foule est mon dernier livre ; c’est un thème lourd, la foule. La foule se méprend de tous et de moi. Je n’aime pas la foule. La foule est méchante. La foule est seule et sort un peu le soir. la foule sort si souvent.

Le Totem et l'atome

Le Totem et l’atome

Comme l’a démontré Émile Durkheim, la religion est un fait exclusivement social. Elle est donc en prise directe avec les forces et les mécanismes qui, depuis 13,7 milliards d’années, ont contribué à façonner les différentes complexités atomiques, (…)