La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > La violence de l’espoir

La violence de l’espoir

Maamar REKAIBA (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 136

Version publiée le 21 juin 2019

Les statistiques du livre

3301 lecteurs ont feuilleté le livre

330 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 4.89/5 sur 38 votants

Evaluer le livre


Thème : Littérature

🖋️ La quatrième de couverture

Nous sommes dans ce monde à la fois africain et méditerranéen où le conteur, aède ou griot, est au centre de l’information, du divertissement, et de la réflexion. Ceci est un conte, qui n’est pas sans rappeler les fabliaux du Moyen-Age, l’histoire d’un homme simple dont la simplicité atteint la sagesse suprême. Kaddour le simple, qui n’a pas été à l’école, qui n’a jamais eu de chance dans la vie, accède à l’espoir à force de résignation. C’est écrit avec tendresse et humour, et cette histoire constitue le premier niveau du livre.

Ensuite, viennent des personnages attachants : Kaddour lui-même, ss famille, sa femme, ses enfants, ses amis, les gens qui lui veulent du bien - et sur ce plan, on retrouve le profond optimisme de l’auteur, sa foi en l’homme - sans doute soutenue par une foi en Dieu qui, toujours présente, reste discrète. Les personnages, aux antipodes des clichés habituels, permettent d’imaginer une société algérienne en mouvement, traversée de solidarités complexes, et où le lecteur friand d’exotisme a la surprise de trouver des silhouettes reconnaissables en tout pays, comme celle de l’oncle Abderrhamane, l’ancien-combattant-résistant qui a su profiter de la victoire. Les femmes, pareilles à toutes les femmes des deux rives de la Méditerranée, fortes, tendres et dures à la fois, soumises en apparence mais maîtresses des réalités.

🗏 La première page

Quelque chose ne te plait pas à l’école ? Demanda le père.
— Pas du tout, répondit Kaddour, j’aime bien jouer avec les enfants de mon âge, mais l’école est très loin. En été, la journée est longue et je ne risque rien en marchant. En hiver, j’arrive en classe trempé jusqu’aux os ; je pars dans l’obscurité et je reviens dans la pénombre, il fait toujours nuit.
— Mon fils, déclara Ahmed, tu vois les conditions dans lesquelles nous vivons, ta grand-mère, ta mère, tes deux frères et moi. Je n’ai rien à t’offrir que le gîte, de temps en temps le couvert quand la récolte est bonne et le maître généreux. Reste à la maison dans l’attente de jours meilleurs.

  
⚠️ Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Maamar REKAIBA

Retraité, amoureux des lettres, auteur de plusieurs ouvrages de société-fiction

📖 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Taming the river

Taming the river

This slender book is thick with information, reflexion, and humanity. It is about a man. It is about a country. It is about a very wide panorama of contemporary history. It is about good and evil, and how difficult it is to make a choice. How violence (...)

2019

La décrue

La décrue

Dans un pays livré à la barbarie d’hommes sans foi ni loi, Tahar fait figure d’exemple à suivre pour la résistance. Chômeur, il crut à un avenir meilleur en écoutant les promesses des obscurantistes qui n’avait d’autre but que la destruction. Enrôlé (...)

2017

La violence de l'espoir

La violence de l’espoir

La résignation, souvent assimilée au fatalisme, peut engendrer une détermination à lutter contre l’adversité, pour des lendemains meilleurs.

2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

La révolte du pauvre

La révolte du pauvre

J’ai le plaisir de présenter ce nouveau roman au public tunisien,dont la prise de conscience pour la liberté et la justice se développe et s’affirme de jour en jour,surtout au lendemain du changement politique instauré au sein du pays. En vérité,ce n’est (...)

Scratch

Scratch

Une poudre blanche et rosâtre sème la zizanie aux quatre coins du globe

SOMBRES CRETINS

SOMBRES CRÉTINS (essai critique sur les relations sociales)

" Les relations sociales constituent une perversion des relations humaines. Tout ce qui de gré ou de force vous est imposé dans votre environnement et institué par le pouvoir ne vise qu’un seul et unique objectif : votre soumission."