La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Classique > La reine des neiges

La reine des neiges

Hans Christian Andersen (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 22

Version publiée le 3 février 2022

Les statistiques du livre


193 Lectures
12 Lectures / 31 jours


5 /5 sur 4 votants


890 visites

Evaluer le livre


Thème : Classique

 ISBN : 978-2-900837-10-8  

 La quatrième de couverture

La « Reine des Neiges » est un conte publié en 1844 par l’écrivain danois Hans Christian Andersen (1805 – 1875.)
L’auteur y raconte les mésaventures de deux enfants, Kay et Gerda, grands amis opposés à la légendaire Reine des Neiges, fée maléfique indifférente aux malheurs des hommes.
Le diable autrefois a créé un miroir redoutable. Il ne montre que la laideur du monde et la méchanceté des gens. Il a été brisé. Chaque fragment qui entre dans l’œil d’un humain le pervertit. Ce malheur arrive au jeune Kay. Il perd la mémoire. Son cœur se glace. Il devient malfaisant, jouet dérisoire de la reine cruelle.
Son amie Gerda part à sa recherche pour le sauver...
"La reine des neiges" est une œuvre du domaine public.

 La première page

Voilà ! Nous commençons. Lorsque nous serons à la fin de l’histoire, nous en saurons plus que maintenant, car c’était un bien méchant sorcier, un des plus mauvais, le « diable » en personne.

Un jour il était de fort bonne humeur : il avait fabriqué un miroir dont la particularité était que le Bien et le Beau en se réfléchissant en lui se réduisaient à presque rien, mais que tout ce qui ne valait rien, tout ce qui était mauvais, apparaissait nettement et empirait encore. Les plus beaux paysages y devenaient des épinards cuits et les plus jolies personnes y semblaient laides à faire peur, ou bien elles se tenaient sur la tête et n’avaient pas de ventre, les visages étaient si déformés qu’ils n’étaient pas reconnaissables, et si l’on avait une tache de rousseur, c’est toute la figure (le nez, la bouche) qui était criblée de son. Le diable trouvait ça très amusant.
Lorsqu’une pensée bonne et pieuse passait dans le cerveau d’un homme, la glace ricanait et le sorcier riait de sa prodigieuse invention.
Tous ceux qui allaient à l’école des sorciers – car il avait créé une école de sorciers – racontaient à la ronde que c’est un miracle qu’il avait accompli là. Pour la première fois, disaient-ils, on voyait comment la terre et les êtres humains sont réellement. Ils couraient de tous côtés avec leur miroir et bientôt il n’y eut pas un pays, pas une personne qui n’eussent été déformés là-dedans.
Alors, ces apprentis sorciers voulurent voler vers le ciel lui-même, pour se moquer aussi des anges et de Notre-Seigneur. Plus ils volaient haut avec le miroir, plus ils ricanaient. C’est à peine s’ils pouvaient le tenir et ils volaient de plus en plus haut, de plus en plus près de Dieu et des anges, alors le miroir se mit à trembler si fort dans leurs mains qu’il leur échappa et tomba dans une chute vertigineuse sur la terre où il se brisa en mille morceaux, que dis-je, en des millions, des milliards de morceaux, et alors, ce miroir devint encore plus dangereux qu’auparavant. Certains morceaux n’étant pas plus grands qu’un grain de sable voltigeaient à travers le monde et si par malheur quelqu’un les recevait dans l’œil, le pauvre accidenté voyait les choses tout de travers ou bien ne voyait que ce qu’il y avait de mauvais en chaque chose, le plus petit morceau du miroir ayant conservé le même pouvoir que le miroir tout entier. Quelques personnes eurent même la malchance qu’un petit éclat leur sautât dans le cœur et, alors, c’était affreux : leur cœur devenait un bloc de glace.

  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Hans Christian Andersen

Hans Christian Andersen (1805 – 1875) est un romancier, dramaturge, conteur et poète danois, célèbre pour ses nouvelles et « contes de fées ». Il est né dans le bas quartier d’Odense, principale ville de Fionie à une époque où plus de la moitié de la population vit dans une extrême pauvreté. Malgré cela,...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

La Petite Sirène

Une jeune sirène vivait sous la mer auprès de son père, le roi des océans, de sa grand-mère et de ses sœurs. À l’âge de quinze ans, on l’autorisa à se rendre à la surface. Elle aperçut un navire à bord duquel se trouvait un très beau prince. Une tempête se déchaînait, (...)

2022

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Classique

La Maison du chat qui pelote

Au milieu de la rue Saint-Denis, presque au coin de la rue du Petit-Lion, existait naguère une de ces maisons précieuses qui donnent aux historiens la facilité de reconstruire par analogie l’ancien (...)

Le Bon Dieu de Chemillé qui n’est ni pour ni contre

Midi sonne aux cloches des fabriques ; les grandes cours silencieuses s’emplissent de bruit et de mouvement. La mère Achille quitte son ouvrage, la fenêtre où elle était assise, et se dispose à mettre son couvert. L’homme va monter pour (...)

Au Bonheur des Dames

Denise était venue à pied de la gare Saint-Lazare, où un train de Cherbourg l’avait débarquée avec ses deux frères, après une nuit passée sur la dure banquette d’un wagon de troisième classe.