Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Littérature Erotique > L’orchestre chair

Littérature Erotique

L’orchestre chair

Alfred Anchetain (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 11

Version publiée le 29 avril 2023

Les statistiques du livre

5299 lecteurs ont feuilleté le livre

2651 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "L’orchestre chair"

6 votes

Note Moyenne

4.33/5 sur 6 votants

Thème :
Littérature Erotique

La quatrième de couverture

Troisième volet de la recherche du Docteur Anchetain sur « Comment une femme retire-t-elle sa culotte en public ? » Après maints échecs, notre bon médecin est au désespoir, craignant ne jamais avoir de réponse. La Providence veille : un orchestre de musique classique où les filles jouent toutes nues. Elles se déshabillent sur scène, suffisamment lentement pour qu’il voit bien tout.


AVERTISSEMENT : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs
 Saga.

La première page

– Bonjour, Docteur Anchetain. Cela me fait plaisir de vous revoir. Vous avez l’air très en forme aujourd’hui. Pourquoi souriez-vous ?
– Ma recherche sur la femme qui retire sa petite culotte en public est maintenant terminée. Je n’ai plus qu’à écrire mon rapport final.
– Des filles ont accepté de se déshabiller devant vous ?
– Elles ont été un peu vite à mon goût, mais j’ai bien vu.
– Vous avez senti chez elles le grand frisson ? Comme vous sur la plage grecque ?
– Elles s’étaient entraînées, mais la tâche restait difficile, surtout le faire devant des hommes. Leur gêne, très visible, leur hâte à en finir, je l’ai trouvée charmante.
– Vous êtes un gros voyeur !
– Moi, pas du tout ? Me déshabiller en public, je l’ai fait avant elles. C’est un défi, une victoire sur soi-même. Dépasser sa pudeur, ses propres limites.
– Vous avez vraiment tout regardé ? Les seins, les fesses ? Leur petite fourrure ? … Est-ce qu’elles en avaient une, au moins ? Ou rasées de près ?
– Probablement épilées. En bas, elles étaient toutes pareilles. J’aurais aimé plus de variété. Très noirs, dense. Des poils, à peine sur le côté. Travail propre, au final.
– Les filles ? Minces ? Jolies ?
– Toutes jeunes, agréables à regarder.
– Vous avez été dans une boite de striptease ?

Le plus de Alfred Anchetain

Edition999: Docteur, vous nous livrez un troisième volet de votre recherche sur : « Comment une femme retire-t-elle sa culotte en public ? ». Avec « Tout nu, est-ce bien érotique ? » et « J’ r’tire tout vite fait », vous avez déjà rencontré un grand succès avec des moyens réduits.
Alfred Anchetain : Être parmi les plus téléchargés sans parler de sexe ! Écrire près de 70 pages A5 sur une femme qui baisse son slip, reconnaissez qu’il faut un certain savoir-faire…
Edition999: J’en conviens, mais vous avez eu beaucoup de chance.
Alfred Anchetain : Je n’ai rien inventé. L’angoisse, le questionnement, la frustration, c’est du vécu.
Edition999: Vous n’auriez pas une idée fixe, une obsession ?
Alfred Anchetain : Ce n’est pas ma faute. Rappelez-vous : je suis nu sur une plage naturiste. Deux jolies filles arrivent à côté de moi. Elles sont à poil avant que j’aie compris comment. Je n’ai rien vu de leur méthode. Je suis frustré ! Je m’inscris à Maillol, pour une visite nue de l’exposition sur l’hyperréalisme. 70 personnes des deux sexes se déshabillent dans la même pièce. Occasion rêvée. Rien du tout : les femmes sont nues avant que j’ai tourné la tête.
Edition999: Vous y retournez…
Alfred Anchetain : L’organisateur de la visite m’avait prévenu : inutile que je m’excite, je ne verrai jamais rien.
Edition999: Les naturistes n’aiment pas ce moment, ils doivent se cacher.
Alfred Anchetain : Si on veut être nu, il faut en accepter les contraintes.
Edition999: Ils craignent le côté porno.
Alfred Anchetain : Le striptease ? L’inverse de ce que je recherche : une femme normale retire normalement une culotte normale, en public.
Edition999: Demandez à votre épouse.
Alfred Anchetain : Elle refuse, ça ne se fait pas. Contre ses principes.
Edition999: Et Béryl ? Elle est prête à vous aider. En plus, elle est jolie.
Alfred Anchetain : Elle ne retire jamais sa culotte devant un homme qu’elle ne connaît pas. Elle non plus.
Edition999: S’il lui enlève, c’est plus facile.
Alfred Anchetain : Elle contourne le problème, elle l’évite. Les femmes le disent toutes : elles bloquent, elles paniquent à l’idée de faire ça. Même si les gens sont nus autour d’elles.
Edition999: À Maillol, la seconde fois, vous avez vu…
Alfred Anchetain : Quasiment rien. Furtivement. Culotte de travers, sans élégance.
Edition999: Vous avez maintenant eu ce que vous attendiez, avec l’orchestre.
Alfred Anchetain : Des filles jeunes et jolies. Tout une troupe. L’une après l’autre. Du naturel. Certaines avaient même des sous-vêtement très moches, style vieille dame. Dépareillés : culotte chair montant haut, soutien-gorge renforcé bleu ciel. À jeter ! Mais j’ai trouvé ça très bien. La fille faisait comme si je n’étais pas là.
Edition999: Le trou de la serrure.
Alfred Anchetain : Il y en avait aussi des mieux. Dentelles, petites fleurs, strings, décolletés plongeants.
Edition999: Malheureusement, elles les ont retirés vite…
Alfred Anchetain : Elles avaient un timing. Elles partaient de peu de choses. Châle autour du cou, robe de soirée, collant, culotte et sout’. En une minute, c’était fini. Heureusement qu’elles étaient nombreuses.
Edition999: À Maillol, anorak, manteau ou imper. Plus long…
Alfred Anchetain : À peine. Je ne sais toujours pas comment elles font. Les femmes doivent apprendre à retirer sa culotte. Cela nécessite de la méthode, du savoir-vivre. Elles doivent pénétrer le sens de leur geste.
Edition999: Vous voyez de l’érotisme partout.
Alfred Anchetain : Se déshabiller est certes nécessaire pour avoir une relation sexuelle. Mais la femme ne se livre pas à l’homme si elle le fait sur scène. Elle ne baisse pas les armes, encore moins ses défenses. Elle brave un interdit social, elle le dépasse, elle s’en libère. D’où la réaction de victoire des filles derrière le rideau de la salle de concert. Personne n’a voulu m’accompagner à Maillol. Ni sur une plage nudiste. Il faut du courage, pour un homme comme pour une femme.
Edition999: Le frisson. Beau sujet de recherche scientifique.
  

Biographie de Alfred Anchetain

Ambassadeur Edition999

Je suis arrivé à la retraite. J’avais publié un certain nombre d’ouvrages sérieux chez des éditeurs classiques, et j’ai voulu changer de cadre, avec des nouvelles érotiques. Je les ai fait lire à mon entourage. Silence total ! J’étais désespéré, car je m’étais beaucoup investi, et les écrire...

Lire son interview

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Oh pieu !

Oh pieu !

Béryl rentre des obsèques pour Mickael. Grave conflit avec Hortense, sa maîtresse, jalouse de Sherine, la tôlière de Paris, demi-nue lors de la cérémonie. Gestion difficile. Le Labo est en ébullition, malgré son directeur, latino coriace de belle taille. (…)

2023

Nu et froid

Nu et froid

Vous êtes seul à Paris, en plein mois d’août, vous êtes adepte du naturisme et vous voulez voir de jolies filles nues. Il y a beaucoup de solutions. En principe. Pas toutes bonnes. Faites preuve d’initiative, d’obstination, d’esprit monastique et emmenez (…)

2023

Deux veuves, sur le même

Deux veuves, sur le même

"Mickael finit par mourir. Les problèmes commencent. La vie secrète de Béryl éclate, tout se sait. Chacun se venge. Même les copines, au lit. Au travail, ce n’est pas la joie. Quelques espoirs avec le nouveau directeur"

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

1 discussion

Dans le même rayon :
Littérature Erotique

Marie, sans pudeur (Histoire vraie)

Marie, sans pudeur (Histoire vraie)

Jérémie, le patron, SANS HARCELER son employée, rêve de la voir dans cet élégant sous-vêtement. Face à cette insistance, Marie décide de prendre les devants : de son propre chef, elle passe la pièce de lingerie et s’expose résolument. Il s’agit pour Marie (…)

Les jumelles d'Oléron

Les jumelles d’Oléron

On ne va pas sortir aujourd’hui, mon p’tit gars, tu vas pouvoir rester chez toi et te reposer un peu, ça pourra pas te faire de mal, remarque, après la folle semaine qu’on vient de se payer à cause de ce temps de chien

La Maitresse et les lèvres

La Maitresse et les lèvres

Une initiatrice sexuelle parfaite, une totale liberté dans notre relation basée uniquement sur le sexe, sans aucun plan de vie à deux. Virginie m’accompagna donc, comme ça, de la fin de mon adolescence jusqu’à mon passage à l’âge adulte et à mon départ de (…)