Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Littérature Erotique > Petite musique d’été

Littérature Erotique

Petite musique d’été

Claude Lemain (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 10

Version publiée le 27 février 2018 - (Première publication sur Edition999 le 20 février 2018)

Les statistiques du livre

7158 lecteurs ont feuilleté le livre

4095 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Petite musique d’été"

41 votes

Note Moyenne

3.83/5 sur 41 votants

Thème :
Littérature Erotique

ISBN : 978-2-900837-00-9  

La quatrième de couverture

Érotisme. Charme. Elle se sent un peu seule. Elle n’ose pas, lui non plus. Nager dans la piscine, c’est distrayant un moment. Mais ensuite ? Que faire ? Ils aiment tous deux le cinéma. Ils sont de vrais cinéphiles, très compétents. Un quiz, peut-être, pour passer le temps ?


AVERTISSEMENT : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

La première page

– Tu les aimes, mes petits seins ? »
« - Euh… »
« - Langue au chat ? »
Sandra rigole de bon cœur. La blague n’est pas très raffinée ! Ils sont affalés dans l’herbe devant la piscine. Il est en boxer-shorts, elle, dans un adorable bikini rouge. C’est le genre de maillot qui promet bien plus aux garçons qu’il ne cache des filles.
« - Pfft ! Non : Louis Malle, Viva Maria ! »
« - Faux ! Deuxième chance. »
« – Que je suis cloche… »
« – Ça, c’est vrai ! »
Elle rit. Elle s’amuse de plus en plus. Si Bertrand n’était pas allongé, il hausserait les épaules. 
« - Brigitte Bardot, Michel Piccoli, dans Le Mépris, Godard ! Ça te va ? »

Sandra est une chic fille. La mère de Bertrand est prof : longues vacances. Elle est repartie trois jours à Paris. Elle a rejoint le père pour une histoire compliquée. Bertrand est un peu jeune pour rester seul. 
Sandra, c’est la voisine d’à côté. Elle habite là à demeure, à flanc de pente au-dessus du lac d’Annecy. Emplacement magnifique. Elle a accepté de s’occuper un peu de Bertrand quand la mère ne serait pas là.

  

Biographie de Claude Lemain

Ambassadeur Edition999

De famille et de formation scientifiques, rien ne me prédestinait à la littérature. Mais j’aime écrire et raconter des histoires. J’ai d’abord sévi dans le milieu associatif. En 2013, je me suis lancé dans l’auto-édition, sans prétention aucune , par jeu et par défi. L’expérience m’a plu. Tous...

Lire son interview

Autres(s) livre(s) de Claude Lemain

Adélaïde

Adélaïde

Adélaïde et Clotilde sont grandes amies et militantes acharnées de la cause féminine. Jo, le compagnon de la première, est un peu nigaud et ne comprend pas bien leur combat. Survient l’épidémie du Covid. Entre deux périodes de confinement, les trois (…)

2024

Incartades

Incartades

Aux lectrices et lecteurs sérieux mais sans excès est destiné ce recueil de vingt histoires lestes et courtes (parfois peut-être un peu excessives ? ) Tendresse et plaisir, disputes et réconciliations se succèdent au cours de voyages touristiques, de (…)

2022

Les frères - Extraits

Les frères - Extraits

En 2016 déjà, bien avant la crise du coronavirus, les Frères, association laïque aux origines maçonniques incertaines, s’occupent activement des SDF de Gignac, petite ville de Dordogne. Lucas, l’un de ces derniers, est assassiné.

2021

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

7 discussions

  • 22 février 2018, par Raphaël Coleman

    J’ai trouvé ce texte frais, gentiment émoustillant avec cet éveil de Bertrand à la sexualité. Très agréable à lire et bien écrit.
    Mais j’en aurais souhaité davantage, et mon souhait ne concerne pas uniquement la scène érotique. On ne sait rien de la psychologie de Sandra ou de Bertrand, ou si peu, et le constat est le même au niveau de leur ressenti : Bertrand a aimé, c’est sûr, mais Sandra, plus expérimentée ? Et pourquoi s’offre-t-elle ainsi à Bertrand, elle qui semble si sérieuse ?
    Bref, c’est une bonne petite nouvelle, mais trop courte à mon sens. Elle mériterait d’être davantage développée sur l’aspect psycho des persos. Cela étant, j’ai passé un très bon moment de lecture. Et je lirai sans doute d’autres récits de votre plume.

    Bien cordialement.

    RC

    PS : Vous habitez la région annécienne ?

    • ^ 22 février 2018, par Claude Lemain

      Tout d’abord, merci cher ami, de votre aimable commentaire. Sur un point, je suis d’accord avec vous : les protagonistes de cette historiette sont tout juste esquissés, de modestes silhouettes en fil de fer.
      Sandra n’est pas aussi austère que la mère de Bertrand veut bien le croire ; cette dernière se donne bonne conscience quand elle confie son grand fils complexé et boutonneux aux soins dévoués d’une toute jeune femme (ils ont sept ans d’écart, à peine : ça ne garantit rien !) D’autre part, Sandra se relève difficilement d’un chagrin d’amour ; elle n’est pas vraiment éprise de Bertrand, elle l’aime bien, sans plus, mais c’est déjà beaucoup. Alors qu’elle se réconcilie avec la vie, elle déborde d’un immense besoin de tendresse qu’en jeune femme moderne et libre elle est capable d’exprimer érotiquement. Quant à la suite, l’occasion fait d’elle une charmante luronne, mais point pour autant une catin !
      Le but de cet exercice était d’écrire une histoire courte et légère, rapide et coquine, sur un thème qui mériterait peut-être les subtiles analyses d’un Marcel Proust, que je ne suis malheureusement pas.
      Précision : je ne vis pas dans la région d’Annecy. J’ai brodé autour d’une photo de trop brèves vacances.
      Très cordialement, en vous remerciant encore de votre amabilité,
      Claude Lemain

    • ^ 23 février 2018, par Raphaël Coleman

      J’avais bien saisi que la mère de Bertrand n’avait qu’une image biaisée de Sandra, voire que Sandra véhiculait soit à son corps défendant soit en toute conscience, une image sérieuse un brin surfaite (ce qui n’en fait en rien une catin, on est bien d’accord !). Mais je n’avais en revanche pas perçu que son chagrin d’amour (qui semble dater d’une petite année, ou alors j’ai mal compris) surnageait encore dans son coeur et dans sa tête.

      Concernant la région annécienne, j’ai vécu là-bas une bonne dizaine d’années (et aujourd’hui je vis en région chambérienne depuis 13 ans), d’où ma question.

      C’est un plaisir d’échanger en tout cas.

      Bien cordialement.

      RC

    • ^ 25 février 2018, par Claude Lemain

      J’ ai tenu compte de vos observations. J’ ai légèrement remanié mon texte pour donner plus d’épaisseur au personnage de Sandra qui en manque un peu. Cette version corrigée est déjà sur Kobo et je souhaite la mettre sur Édition999, mais je n’arrive pas à accéder à mon compte.

    • ^ 26 février 2018, par Jean-Michel

      Bonjour M. Lemain,
      Vous pouvez nous envoyer par mail votre nouvelle version et nous ferons le nécessaire des modifications dans les plus brefs délais.
      Cela permettra de mettre à jour chacune des versions.
      Nous ferons par la même une remise en page d’accueil gratuitement de votre ebook pour le présenter de nouveau aux lecteurs.
      Merci de votre participation et bonne journée
      Jean-Michel
      Service de Lecture Edition999

    • ^ 27 février 2018, par Raphaël Coleman

      Je serai ravi de découvrir cette nouvelle version lorsqu’elle sera en ligne ici.

      Bien cordialement.

      RC

  • 27 février 2018, par Jean-Michel

    Une nouvelle version de l’ebook a été mise en ligne gratuitement.
    Merci à Claude Lemain pour ses corrections.
    Jean-Michel
    Service de Lecture Edition999

Que lire après :
Petite musique d’été

L'ADOLESCENTE ET MONSIEUR JEAN

L’ADOLESCENTE ET MONSIEUR JEAN

Un vieil homme promenant son chien, rencontre une adolescente dans la rue. La nostalgie du souvenir agit sur elle, l’émeut et la séduit à cause du chien qu’il tient en laisse. Ils se rencontrent plusieurs fois et parviennent à sympathiser, au point que (…)

Enlève le haut. Pour le bas, j'arrive

Enlève le haut. Pour le bas, j’arrive

Ces histoires m’ont été dictées. J’ai imaginé un personnage et celui-ci m’a raconté son histoire, tout d’une traite. Je pensais que les choses allaient bien se passer… Ce n’est pas toujours le cas. Je n’ai rien pu y faire.

Baise ou biaise ?

Baise ou biaise ?

Un jeune séminariste tombe sous les charmes d’une jeune fille qui, elle, n’avait rien d’une nonne. Début d’une aventure qui bat à la fois le record de la chaleur et de la brièveté...