Nombre de pages : 10

82 vues

Thème : Policier et suspense

Le mot de Le Radis Noir pour L’Autre

L’Autre

Jeudi 20 octobre 1960. Comme chaque matin, Landrieux allait prendre son train. Il passait tous les jours devant une cabine de photomaton. Un jour, ayant besoin de photos d’identité, il s’y arrêta et pénétra à l’intérieur. Trois pièces de 1 franc et une de cinquante centimes dans la fente, il ne restait plus qu’à se mettre sur son meilleur profil. Un vif et bref éclair de flash l’aveugla une fraction de seconde. Il sortit de la cabine et attendit patiemment ses photos à venir, dans le petit réceptacle qui leur était destiné.

Quatrième de couverture :

Ecrit par Le Radis Noir :

Monsieur tout le monde qui s’intéresse à tout. Qui fait de la musique imaginaire sans connaître le solfège, de la Photographie idem avec maintenant 40 ans d’expérience, graphiste de créatures imaginaires sans jamais avoir appris le dessin et l’écriture idem. Ce qui m’intéresse c’est d’avoir aucune connaissance dans divers domaines artistiques ou intellectuels et de pouvoir quand même démontrer que seulement avec sa sensibilité on peut créer. Cela ne m’intéresse pas de me lancer dans une aventure nouvelle en ayant les connaissances nécessaires pour les réaliser. L’intérêt pour moi est d’agir uniquement sur ma sensibilité, mes idées etc.

 Signaler un problème de lecture
  • AVIS (0)

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En relation avec L’Autre