Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > L’Ange de pierre

L’Ange de pierre

Laurent Coos (Auteur)

Nombre de pages : 9

 Remercier Laurent Coos

Les statistiques du livre


788 Lectures
11 Lectures / 31 jours


4.22 /5 sur 9 votants

1450 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

( Version du 3 janvier 2008 )

 La quatrième de couverture

Par une lourde chaleur d’été, David, employé modèle dans une importante fiduciaire de la ville, terminait de classer les documents destinés aux archives. Le ventilateur, bruyant, brassait désespérément l’air chaud à travers ses pales mais ne parvenait pas à apaiser la lourdeur atmosphérique. Il devait être l’un des rares employés de tout l’immeuble à ne pas disposer d’un bureau climatisé.

Il prit une pile de classeurs sous le bras afin de les descendre au sous-sol, lorsque la porte de son bureau s’ouvrit brutalement. C’était Jean-Marc, son supérieur hiérarchique. Mince et sportif, on aurait dit que la canicule de ces derniers jours n’avait aucune emprise sur lui, malgré le fait qu’il portait une chemise noire boutonnée jusqu’au col et une cravate trop bien ajustée. D’un geste sec, il posa une chemise cartonnée sur le bureau de son employé en déclarant :

 La première page

Prix : GRATUIT

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Laurent Coos

J’écris des romans fantastiques, et j’en ai publié quatre à ce jour. Je vous joins ma nouvelle intitulée : " Le bonsaï maléfique", dans l’espoir que vous la publierez sur votre site. Celle-ci m’a valu un deuxième prix à un coucours international de nouvelles organisé par la bibliothèque de Silly et les...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Transcendance

Une terreur glaciale s’empare de lui. Il se retourne. Personne.

2011

Texter Exon

Par une douce soirée d’été, comme à l’accoutumée, Pierre aimait se promener en solitaire dans les allées du cimetière de la ville. C’est le seul endroit où il pouvait trouver la paix ; où il avait le privilège de savourer le silence sans que quiconque ne vienne le (...)

2010

Burn-out

Faites venir le directeur dans mon bureau. Immédiatement ! – Mais... Monsieur Kuhn... – Il n’y a pas de "Mais" qui tienne, je veux le voir tout de suite ! Nicole, la jeune stagiaire de direction obtempéra. Elle s’était bien dit en arrivant ici qu’elle était (...)

2010

L’homme au sept couleurs

Ce matin-là, après un réveil tardif, je jetai un coup d’œil par la fenêtre de la cuisine, tout en préparant mon café. Le temps était maussade et de fines gouttelettes de pluie projetées par des rafales de vent s’accrochaient désespérément aux (...)

2007

2 discussions

  • 10 janvier 2008

    j’ai beaucoup aimé. çà me rappelle un peu Oscar Wilde. Félcitations

    • ^ 10 janvier 2008, par Coos Laurent

      Merci beaucoup pour votre commentaire. Savoir que j’apporte un bon moment à mes lecteurs fait toujours plaisir !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

URBANITES II

Contes qui n’en sont pas tout à fait puisque le lecteur pourra trouver dans chacun d’eux des éléments qui les relient les uns aux autres ce qui en fait un tout.

Échappée

Une écriture à trois mains Une jeune femme disparaît mystérieusement sous les yeux d’Antoine, l’homme sans verbes. Une enquête commence sous la coupole du cirque qui a bloqué la vision du satellite. Les liens entre les protagonistes se font et se défont, en ce (...)

L’ Hibiscus Noir

Illusion. Et si la vie n’était qu’illusion ? Noérah Rorhms, seize ans va être prise d’une vision effrayante : elle voit venir à elle une petite fille décédée depuis plusieurs années. Elle s’effondre. A son réveil un mystérieux jeune homme lui explique qu’elle est une (...)

Echec et Mat

Recueil de Nouvelles qui aborde l’amour, le couple et la vie avec légèreté et subtilité. Margie, assise sur une chaise, se démaquille devant le miroir de son dressing. Son mari, Axel, gesticule dans son lit en faisant des gestes brusques. — Tu m’as toujours (...)