Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Autobiographie - Témoignage - Autofiction

Au cœur de la crise

Sébastien Junca (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 194

Version publiée le 7 octobre 2023

Les statistiques du livre

260 lecteurs ont feuilleté le livre

125 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Au cœur de la crise"

2 votes

Note Moyenne

5/5 sur 2 votants

Thème :
Autobiographie - Témoignage - Autofiction

ISBN : 978-2-35457-062-0  

La quatrième de couverture

En 2007, le numéro un mondial des constructeurs de voiliers passe le milliard d’euros de chiffre d’affaire. Avec 19 filiales et près de 30 sites de production à travers le monde, l’entreprise, créée en 1884 est devenue une référence du yachting international. La quasi-absence de réelle concurrence, un « trésor de guerre » substantiel et un savoir-faire unique en ont fait un véritable empire industriel et familial.
Au cœur d’une crise qui n’épargne personne, l’entreprise fait figure d’exception. Mais pour combien de temps encore ? Désormais à la croisée des chemins, un choix s’impose : rester fidèle aux anciennes méthodes de management et de communication ou au contraire, s’adapter et accepter les changements imposés par la crise. Voilà sans doute l’un des plus grands défis auquel elle se trouve aujourd’hui confrontée.

Au-delà de son témoignage personnel et riche de son expérience ouvrière, l’auteur se livre à de plus larges réflexions sur l’entreprise et le management des hommes et des femmes qui en sont la première richesse. Au cœur de la crise, la coopération, le respect de la personne humaine, l’amour du travail bien fait, la justice, la vérité et la beauté sont autant de valeurs universelles à même de repousser le mal qui nous ronge. Car, si comme l’a démontré Émile Durkheim, la société est le berceau des forces religieuses, l’entreprise aujourd’hui est véritablement le lieu de la création du monde.

La première page

La volonté de dire

Préface de Gérard Mordillat

Selon Zola, s’emportant contre la Commune et les communards dont il craignait qu’ils lui volent ses économies, le peuple serait insensible au beau. Par nature sa condition oscillerait entre l’ivrognerie et la débauche ; il lui apparaît donc non seulement légitime mais nécessaire de le réprimer sans merci, de le dresser, de le mater. Ces propos répugnants d’un bourgeois des lettres ont fait long feu. Encore aujourd’hui une malédiction, voire un atavisme, frapperait le peuple, la classe ouvrière, les salariés, tous ceux qui travaillent de leurs mains. Travailler de ses mains non seulement ne nécessiterait aucun savoir, aucune adresse, mais viderait la tête de toute pensée, le cœur de tout sentiment. Qui n’a entendu tel ou tel ministre de l’Éducation nationale – de droite comme de gauche – professer que les études techniques, l’apprentissage, le compagnonnage étaient la destination naturelle des enfants des banlieues surpeuplées, de ceux de l’émigration, des classes sociales les moins favorisées ? C’est un lieu commun solidement enraciné : le peuple n’a rien sous le crâne, tout dans les bras et pour devoir de « reconstituer sa force de travail » comme dirait Marx, pour recommencer perpétuellement les travaux qu’on lui impose. Cette idée est fondatrice de la prophylaxie policière. Hier comme aujourd’hui, les hommes et les femmes de « la France d’en bas » doivent être attachés à l’usine, au chantier, aux bureaux, aux besognes les plus viles, les plus éreintantes pour qu’épuisés par ces tâches, garrottés par les dettes, les bras gourds, les jambes entravées aucun d’entre eux, aucune d’entre elles, ne songe à s’insurger contre le sort qui lui est fait ; à remettre en cause la hiérarchie dans l’entreprise miroir de la hiérarchie dans la société ; à redéfinir l’organisation du travail, à discuter la répartition des richesses produites et la légitimité du capital.
Bref, à faire travailler sa tête. Sébastien Junca a fait travailler la sienne, bravant la malédiction pesant sur le monde du travail et les présupposés diffamants qui l’accablent. Pendant un an, il a tenu le journal « des faits les plus marquants du management » dans l’entreprise qui l’emploie, un grand groupe de 19 filiales et 30 sites de production, comptant 6143 salariés. Ce n’est pas le voyage au bout de la nuit mais le voyage au bout de la logique néo-libérale où l’individu disparaît tout entier, n’est plus qu’une variable d’ajustement dans les réorganisations perpétuelles des ateliers. Gouverné par la peur, le (ou la) salarié(e) n’est plus rien ni personne, condamné à taire son savoir et sa parole, à faire profil bas et à obéir sans discuter à la hiérarchie sous peine de vexations, de réprimandes, de sanctions pouvant aller jusqu’au renvoi définitif.

  

Biographie de Sébastien Junca

Autodidacte épris de philosophie, je suis l’auteur d’une dizaine d’ouvrages. Mon premier et dernier livre publié par un éditeur, AU CŒUR DE LA CRISE (2014), paru chez Demopolis, a été préfacé par Gérard Mordillat. Réédité en 2020 en auto-édition il est librement accessible en ligne. J’ai...

Autres(s) livre(s) de Sébastien Junca

Effondrement : une question de survie

Effondrement : une question de survie

Si les systèmes s’effondrent, c’est parce qu’ils sont prêts pour cela. C’est parce que leur développement a atteint le maximum de ses possibilités. Une impasse qui appelle une autre organisation à même de relancer leur évolution. Toute décomposition (…)

2024

Le Totem et l'atome

Le Totem et l’atome

Comme l’a démontré Émile Durkheim, la religion est un fait exclusivement social. Elle est donc en prise directe avec les forces et les mécanismes qui, depuis 13,7 milliards d’années, ont contribué à façonner les différentes complexités atomiques, (…)

2024

Le Vouloir du Véridique

Le Vouloir du Véridique

Quelle est la juste mesure de l’homme ? Comment faire de l’univers la continuation de son propre corps ? Le monde est-il son propre créateur ? Pourquoi Dieu est-il faible et fort à la fois ? A-t-on retrouvé sa dépouille ? Quel lien entre Peter Falk et (…)

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Que lire après
Au cœur de la crise

Post-Psy Intermèdes

Post-Psy Intermèdes

Un recueil de poésies et d’autres petits récits narratifs. D’un genre surréaliste ; voir farfelus. Inspirés de mon être et de son mal d’être ; de mes racines et de mes années de parcours en psychiatrie.

L'enfance bafouée

L’enfance bafouée

Avant -propos Cette histoire est une histoire vrai,d’une petite fille battue,maltraiter,humilié par sa mère,cette histoire est la mienne,très émouvante et a lire absolument Je remercie le Docteur Pautrel Claudine Psychiatre et le Docteur Claire Jean ainsi (…)

Confinement : l'impensable est là !

Confinement : l’impensable est là !

Alors que la Chine passait une période sombre déjà avec l’épidémie Covid-19 Coronavirus, et que les pays du monde et particulièrement la France se posaient des questions sur des mesures barrières, moi je faisais ma routine quotidienne...