Sang

Jean-Michel Pailherey (Auteur)

Publié le 27 décembre 2018

 sur une moyenne de 7 votes

Thème : Fantastique

 Le mot de Jean-Michel Pailherey pour Sang

mp3
00:00
/ 00:00
A écouter gratuitement pour la nuit de la Lecture 2019

Sang

Quel est ce décor blanc et froid ? Qui est cet homme un couteau à la main ? Ou va t-on ? Que fait-on ? En quelques lignes, sèches et rugueuses, entrez dans l’univers macabre de Jean-Michel Pailherey.

Quatrième de couverture :

Murs blancs tachés de billes rouges
Sol ruisselant de liquide
Lumière blanche et froide
Des morts sur des tables d’inox
Un homme un couteau à la main
Son visage est couvert d’un masque
Son corps est habillé d’un uniforme vert
Sa main ne tremble pas

 Analyse du sens avec l'assistant personnel à la rédaction Cordial

Ce texte est vraiment court. L'analyse de contenu en est rendue d'autant plus difficile. Sans doute à cause de la taille restreinte de ce texte, aucun domaine ne prédomine réellement. Dans la thématique de ce texte, le corps, le physique, occupent une place particulière. D'une façon plus précise, l'analyse des thèmes généraux de ce texte indique une prédominance des thèmes suivants : «image de soi», «participation», «comportements», «intelligence et mémoire», «quantité», «existence», «jugement et valeurs» et «famille».  

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Découvrez Jean-Michel Pailherey :

La France est à l'honneur avec l'auteur francophone Jean-Michel Pailherey
  • Avis (5)

    Messages

    • J’ai aimé , en premiers j’ai cru que vous parliez de Jack l’Éventreur ( ^^’ )mais à en juger par la fin on dirait plus un médecin légiste ^^ .
      Répondre à ce message
    • Vous avez raison. L’idée était de mettre la situation avant l’action. De décrire et d’avancer comme une caméra dévoilant des secrets. Comme "le Voyeur" le fameux film. Merci de votre avis.
      Répondre à ce message
    • Léonard De Vinci disait : "La vague se meut sous l’épiderme de l’eau." Il percevait l’indicible, l’invisible. Imaginez un peu : ne garder que la vague sans le fracas et le mouillé de l’eau ! Dans ce que je viens de lire de Jean Michel Pailherey, il y a la houle, l’écume, l’âme de la vague humaine. La fascination de l’horreur et le meurtre sont le cadeau naissance de la nature humaine. Plus de quatre mille ans d’évolution et nous en sommes au même point : toujours ce besoin de croire, croire en la bonté, à la charité, à la liberté, l’égalité, la fraternité… Le problème ce n’est pas dieu c’est ce besoin de croire, croire que l’homme n’est pas un monstre.
      Répondre à ce message
    • Une passionnante prose littéraire pleine de suspens Jean-Michel ! J’ai eu une pensée pour "Hannibal" au début du texte, à un Légiste à sa fin.
      Félicitations.
      Répondre à ce message
REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.