La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Nouveau départ

Christian Péloquin (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 14

Version publiée le 31 octobre 2020

Les statistiques du livre

417 lecteurs ont feuilleté le livre

237 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 5/5 sur 2 votants

Evaluer le livre


Thème : Philosophie et spiritualité

🖋️ La quatrième de couverture

Nouveau départ est ma façon de comprendre les évènements du moment. Nous vivons dans une pandémie et comme tout le monde, je me questionne. Je tente d’analyser la nature humaine qui nous a amenés jusque-là. N’allez pas croire que j’affirme quoi que ce soit. Je cherche simplement à comprendre dans une vision objective le plus que possible.

🗏 La première page

C’est étonnant le comportement humain face à certaines situations ! Je suis certain qu’il y a des spécialistes qui étudient ce fait actuellement. Sans être un expert, j’en fais aussi une petite étude sommaire de la façon d’agir face à une situation de pandémie.

Le je-m’en-foutiste : Au départ, ce n’était qu’une épidémie qui se propageait dans une ville de Chine. Le monde s’en foutait comme de l’an quarante ! Au grand jamais nous aurions pu croire que ça allait dégénérer à ce point ! C’était pourtant très médiatisé ! Les experts se prononçaient nerveusement. C’est quand même fou que lors de la grippe espagnole, les dirigeants fermaient leur clapet sur la pandémie. On ferme sa gueule avec ça pour ne pas faire peur au monde ! De nos jours, c’est de la surmédiatisation à l’extrême et on obtient le même résultat, ou presque. Il faut comprendre que c’est dans l’attitude du je m’en fous que le danger de propagation est le pire ! Au départ, je peux comprendre, car on a tous notre petite vie. Mais quand on annonce que ça devient une pandémie, c’est une tout autre histoire. Ça devient même criminel de ne pas tenir compte du problème, car on en devient une maille de la chaîne. Il est celui qui contamine en plus de n’avoir aucune empathie pour les autres. Le pire, c’est qu’il ne se sentira jamais responsable de la mort de qui que ce soit ! Autrement dit, le je me fous des autres n’est pas très utile en société.

  

⚠️ Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Christian Péloquin

Né en janvier 1965 je suis l’auteur de sept romans. Sans me dire écrivain, je suis davantage un rêveur qui retransmet sur papier. Je me passionne de tout ce qui m’entoure et qui m’inspire. Toucher à tout me permet d’avoir de l’idée. Toutefois, ça empêche d’exceller. Quoi qu’il en soit, la vie...

📖 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Génocide vert

Génocide vert

À l’origine, Eve a été séduite par le serpent. Des milliers d’années plus tard l’humanité comprendra le pacte secret que la femme et la bête ont conclu. Des paroles oubliées depuis l’aube des temps amèneront un génocide sans précédent. L’homme réalisera (...)

2020

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Philosophie et spiritualité

Les Oiseaux de Passage

Les Oiseaux de Passage

La vie d’un jeune contemporain né début XXIe (une trentaine d’années) écrit par un jeune contemporain né début XXIe (une vingtaine d’années). Ses passages, ses messages de fond. Le héros est en quête d’une certaine stabilité, volatile et désabusé, cette (...)

LE PHENOMENE PAUL BIYA

LE PHENOMENE PAUL BIYA. ESSAI DE SEMIOTIQUE ARITHMETIQUE

Cet ouvrage n’est fondé ni sur la magie, ni sur des fantasmes. Il s’articule autour du chiffre 4 dont l’auteur décode le fonctionnement à l’aune d’une grille de lecture fondée sur la sémiotique arithmétique (science dont il annonce l’avènement). Jacques (...)

Rire jaune avec la Bible d'or : Ah ! les femmes...

Rire jaune avec la Bible d’or : Ah ! les femmes...

Qui ne vous a pas dit qu’Adam était un ermite, tranquille comme Baptiste ! Dans sa chaise longue, au cœur d’un pays de Cocagne, non-violent et non-bruyant. Mais la surprise est arrivée : Eve avec sa beauté serpentine vient le réveiller, lui montre tous (...)