Les jumelles d’Oléron

Jean-Paul Dominici (Auteur)

Publié le 31 janvier 2018

 12 votes

Thème : Policier et suspense

Avertissement : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

 Le mot de Jean-Paul Dominici pour Les jumelles d’Oléron

Les jumelles d’Oléron

— On ne va pas sortir aujourd’hui, mon p’tit gars, tu vas pouvoir rester chez toi et te reposer un peu, ça pourra pas te faire de mal, remarque, après la folle semaine qu’on vient de se payer à cause de ce temps de chien. Allez bye, et passe une bonne journée. Moi, je retourne me coucher, je t’attends demain matin, à six heures, comme d’hab ! Cette damnation devrait bientôt être levée et le temps s’améliorer assez vite, si j’en crois ces enfoirés de la météo, et en admettant qu’ils se soient pas encore plantés !
Le jeune Khaled fut ravi d’entendre cette bonne nouvelle, qui était aussi attendue qu’inespérée, tant Roger était un enragé de la mer, un dur parmi les durs, un de ces courageux marins-pêcheurs qui toujours prêt à sortir en mer, quel que soit le temps. Il appela aussitôt son amie, celle qu’il nommait affectueusement, en son for intérieur, sa mémère Calinou.
Avec ce nouveau thriller l’auteur avignonnais Jean-Paul Dominici nous démontre, et avec quel brio, qu’il se trouve désormais au sommet de son art.
Le comité éditorial des éditions les trois clefs

Quatrième de couverture :

En ces premiers jours du mois de juin 1990, cela il est important que vous le sachiez, le temps était calamiteux ! Et, pour ne rien arranger il s’apprêtait même à virer franchement à la tempête de type tropical !
Les nuages noirs, bas et lourds, vomissaient en effet sur l’île leurs furieuses cataractes, cependant que le vent d’Ouest, tel un pur sang rendu soudainement fou par la piqûre d’un taon, soufflait de plus en plus fort, tout en changeant sans cesse de direction. Les ruades furieuses qu’il projetait en tous sens renversaient tout ce qui sur l’île n’était pas correctement arrimé, les cheminées, les arbres, les panneaux indicateurs, et jusqu’aux malheureux qui se risquaient imprudemment à mettre le nez dehors. L’océan était lui aussi, bien entendu, plus outrageusement agité que jamais et les bateaux, qui d’habitude étaient si placides, soigneusement rangés le long du quai, dansaient une infernale gigue dans les ports tout en s’entrechoquant bruyamment les uns contre les autres ! Parfois, la dent acérée d’un éclair, accompagnée par une puissante canonnade, déchirait le rideau opaque du ciel, qui pour l’heure se présentait plutôt mal, un peu comme s’il était devenu de bronze !

 Ecrivez nous si vous avez un problème avec votre ebook gratuit ?

Découvrez Jean-Paul Dominici :  Auteur ambassadeur chez Edition999

Lire son interview avec Edition999

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En relation avec Les jumelles d’Oléron