Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Policier et suspense > Le Sourire des Mascarons

Le Sourire des Mascarons

Bertrand DE MARCILLAC (Auteur)

Nombre de pages : 199

 Remercier Bertrand DE MARCILLAC

Les statistiques du livre


326 Lectures
27 Lectures / 31 jours


5 /5 sur 8 votants

552 visites

Evaluer le livre


Thème : Policier et suspense

( Version du 6 novembre 2021 )

 La quatrième de couverture

Une vieille femme de soixante sept ans, connue sous le sobriquet de "mémé", est une tueuse à gage qui réalise ses contrats sur mesure, à la demande des commanditaires, sous forme d’accidents, de maladie, de disparition et sans jamais utiliser d’arme blanche ou d’arme à feu. Ses commanditaires vont tenter de se débarrasser de cette tueuse gênante mais elle déjouera tous leurs efforts.

 La première page

Afin de libérer ses mains pour fouiller au fond des poches latérales d’un battle-dress d’âge incertain, elle confia à sa mâchoire le port de deux sacs plastiques bourrés de provisions. Son geste était sans hésitation et traduisait une longue habitude. Cependant, cela étonnait toujours ceux qui en étaient les témoins, surtout de la part d’une femme de 67 ans. Les poches étaient profondes, ses bras n’étaient pas immenses, elle se pencha en avant en pliant légèrement les genoux ce qui lui donnait l’allure d’un kangourou avec comme un petit tonnelet de Saint Bernard sous le menton. Après une exploration lente et minutieuse, elle sélectionna, parmi d’autres objets hétéroclites, un trousseau de clefs réunies par un énorme scoubidou dont la mode faisait rage dans les années 50. A nouveau elle se pencha en avant pour mettre son œil à bonne hauteur de la serrure de la boîte aux lettres, et en sortit le paquet habituel de publicité. La mâchoire toujours lestée de ses pochons, elle prit tout son temps pour examiner les prospectus un par un. Sa main s’arrêta un instant sur une lettre à en-tête de la Croix Rouge qu’elle fourra d’un geste vif dans sa poche latérale et se débarrassa des autres dans la poubelle. Ignorant l’ascenseur, elle commença à monter ses trois étages, les sacs plastiques brinquebalant au bout de ses bras gringalets, tandis que ses petites fesses maigrichonnes peinaient à donner du relief au falzar surdimensionné.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Bertrand DE MARCILLAC

Professeur d’éducation physique, licencié en philosophie, en logique, en lettres modernes, sportif de compétition niveau championnat de France en régate de planche à voile, en rameur indoor, en marche de grand fond (100 km, 24h, 48h, 72h, 6 jours). Ecrivain depuis 40 ans : scénarii de films...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Vivre vieux où très vieux... au choix

La mort est d’une grande banalité...sauf notre propre mort est dramatique (Cioran). Alors s’il vous plait n’en faisons pas un drame.

2022

Petit traité d’économie

Rien de tel pour abaisser notre empreinte carbone et la planète nous en remerciera ainsi que nos descendants.

2021

Le voyage extraordinaire de Victorio

Le héros du roman, un jeune garçon de 12 ans, fuit un père cruel et va parcourir le monde. Pour venir à bout des épreuves à venir, un vieil ermite lui a donné avant son départ un bâton de buis qui l’aidera beaucoup. Au cours de son voyage, il découvrira des indices (...)

2020

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Policier et suspense

A la vie, à ma mort

Bartholomé Meyer est un écrivain sur le retour. Quant il se découvre porteur d’une maladie dégénérative incurable, il n’a plus que deux options

Reproduction macabre

Plusieurs cadavres de jeunes femmes disparues plusieurs années auparavant sont retrouvées dans des conditions très particulières, la police enquête.

Que s’est-il passé cette nuit-là ?

La nuit du 15 décembre, la jeune Iris Desquartos a disparu de la circulation. La nuit du 15 décembre, Iris a perdu la vie. Cette même nuit, quatre adolescents ont gâché leur avenir en commettant l’irréparable. Mais quelqu’un sait tout : (...)

L’Autre

Jeudi 20 octobre 1960. Comme chaque matin, Landrieux allait prendre son train. Il passait tous les jours devant une cabine de photomaton.