Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Poésie > La Sensation du gouffre

La Sensation du gouffre

La Sensation du gouffre

Sébastien Junca (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 88

Version publiée le 21 octobre 2023

Les statistiques du livre

146 lecteurs ont feuilleté le livre

55 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "La Sensation du gouffre"

2 votes

Note Moyenne

5/5 sur 2 votants

Thème : Poésie

ISBN : 9791034339365  

  

La quatrième de couverture

Écrire pour sauver sa vie. Écrire pour se prémunir contre la médiocrité, la faiblesse, la lâcheté qui partout s’insinuent et pénètrent les planches disjointes de notre bien fragile embarcation de chair et de sang. Écrire comme on brûle de l’encens, comme on sacrifie aux dieux sur l’autel de nos existences insuffisantes. Écrire comme on prie. Écrire pour conjurer le sort et conchier la mort ; lui échapper un peu. Écrire pour tenter de sauver du naufrage annoncé ce qui peut encore l’être : nos idées, nos rêves, nos espoirs, nos sentiments... Tout ce que chacun a en lui de plus précieux. Sa source de vie pour laquelle il est prêt à tout sacrifier pourvu que l’essentiel soit sauf : la beauté.

La première page

Je suis en manque ! En perpétuel état de manque de quelque chose que j’ignore et que je cherche, en vain, comme un ventre affamé. Mon esprit est un puits que je cherche à combler, mais sans savoir de quoi. Un puits sans fond qui avale mes rêves comme le siphon d’une baignoire que je ne parviens pas à remplir.
Rester conscient ! Coûte que coûte. Rester conscient et éveillé, l’œil sans cesse rivé dehors, à guetter, à prévenir les dangers, les pièges du quotidien qui affleurent la surface comme autant de récifs. Rester à tout prix éveillé dans ce demi- sommeil entre rêve et réalité ; entre réalité et quotidien. Entre ce qui est depuis toujours, et ce qui n’est déjà plus car provisoire. Provisoire comme des vagues qui se forment et se diluent au fil du vent et des courants, retournant ainsi à l’océan originel, intact, inchangé, permanent…
Il nous faut lutter et lutter sans cesse contre ce sommeil anesthésique. Contre ce quotidien qu’il nous faut refuser de considérer comme la seule réalité possible. Il nous faut lutter contre la lourdeur de nos paupières qui veulent absolument et irrémédiablement se clore comme les portes d’une prison de chair et d’esprit. Car l’esprit aussi est une prison. Plus pernicieux que la chair car il nous enferme dans nos peurs, nos désirs, nos souffrances, nos souvenirs, nos émotions… Tout ce qui, de près ou de loin, est intimement lié à cette personnalité à laquelle nous nous identifions et nous confondons en croyant
qu’elle est « nous ». Cette personne-là n’est rien ! Elle n’est qu’ombre et poussière ; vent et fumée ; rêves et cauchemars ; dernier soupir et dernier souffle restitué à cette tempête qui nous emporte depuis que nous sommes au monde.

Biographie de Sébastien Junca

Autodidacte épris de philosophie, je suis l’auteur d’une dizaine d’ouvrages. Mon premier et dernier livre publié par un éditeur, AU CŒUR DE LA CRISE (2014), paru chez Demopolis, a été préfacé par Gérard Mordillat. Réédité en 2020 en auto-édition il est librement accessible en ligne. J’ai...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Effondrement : une question de survie

Effondrement : une question de survie

Si les systèmes s’effondrent, c’est parce qu’ils sont prêts pour cela. C’est parce que leur développement a atteint le maximum de ses possibilités. Une impasse qui appelle une autre organisation à même de relancer leur évolution. Toute décomposition (…)

2024

Le Totem et l'atome

Le Totem et l’atome

Comme l’a démontré Émile Durkheim, la religion est un fait exclusivement social. Elle est donc en prise directe avec les forces et les mécanismes qui, depuis 13,7 milliards d’années, ont contribué à façonner les différentes complexités atomiques, (…)

2024

Le Vouloir du Véridique

Le Vouloir du Véridique

Quelle est la juste mesure de l’homme ? Comment faire de l’univers la continuation de son propre corps ? Le monde est-il son propre créateur ? Pourquoi Dieu est-il faible et fort à la fois ? A-t-on retrouvé sa dépouille ? Quel lien entre Peter Falk et (…)

2023

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Poésie

LE BAOBAB NE TOMBE PAS

LE BAOBAB NE TOMBE PAS

Ce texte est écrit à l’occasion du COLLOQUE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL en Hommage au Professeur Gabriel C. BOKO par le Laboratoire d’Expertise et de Recherche en Éducation, Formation et Orientation (LAEREFOR) sur le Campus universitaire d’Abomey-Calavi, (…)

Des dizaines de papiers

Des dizaines de papiers

Des collègues, des moniteurs par dizaines, Certains, certaines, Tous différents, Apparemment !

Écumes suivi de Erratum

Écumes suivi de Erratum

Le présent est la seule vraie question de la littérature il est le symbole de la vie qui est en train de se faire c’est la vie inconnue, Bernard Desportes Pour quoi écrire ? L’écriture risque la boue !