Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
 Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Accueil > Classique > L’éducation sentimentale

L’éducation sentimentale

Gustave Flaubert (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 323

Publication le 28 décembre 2014

Les statistiques du livre


938 Lectures
3 Lectures / 31 jours


4 /5 sur 4 votants


874 visites

Evaluer le livre


Thème : Classique

 La quatrième de couverture

L’éducation sentimentale

Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, la Ville-de-Montereau, près de partir, fumait à gros tourbillons devant le quai Saint-Bernard.
Des gens arrivaient hors d’haleine ; des barriques, des câbles, des corbeilles de linge gênaient la circulation ; les matelots ne répondaient à personne ; on se heurtait ; les colis montaient entre les deux tambours, et le tapage s’absorbait dans le bruissement de la vapeur, qui, s’échappant par des plaques de tôle, enveloppait tout d’une nuée blanchâtre, tandis que la cloche, à l’avant, tintait sans discontinuer.
Enfin le navire partit ; et les deux berges, peuplées de magasins, de chantiers et d’usines, filèrent comme deux larges rubans que l’on déroule

 La première page

en cours de rédaction

Biographie de Gustave Flaubert

Flaubert est né le 12 décembre 1821 à Rouen. Il est le fils d’un chirurgien. Enfant, ses parents lui préfèrent son frère aîné, qui est un élève brillant que toute la famille admire (d’ailleurs il succèdera à son père en tant que chirurgien-chef). Dans ces conditions, l’enfance de Flaubert va être assez...

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Bouvard et Pécuchet

Au delà du canal, entre les maisons que séparent des chantiers le grand ciel pur se découpait en plaques d’outremer, et sous la réverbération du soleil, les façades blanches, les toits d’ardoises, les quais de granit (...)

2014

Salammbô

Les soldats qu’il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d’Eryx, et comme le maître était absent et qu’ils se trouvaient nombreux, ils mangeaient et ils buvaient en pleine liberté. Les capitaines, (...)

2012

Dictionnaire des idées recues

ACCOUCHEMENT : Mot à éviter ; le remplacer par événement. « Pour quelle époque attendez-vous l’événement ? »ACTRICES : La perte des fils de famille. Sont d’une lubricité effrayante, se livrent à des orgies, avalent des millions, finissent à l’hôpital. Pardon ! il y (...)

2013

Madame Bovary

Nous étions à l’Étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son (...)

2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

1 discussion

  • 19 avril 2015, par Jean-Michel

    C’est un vrai classique que chaque lecteur devrait avoir une fois lu dans sa vie.
    Que les phrases sont belles.
    Quelle justesse dans le choix des mots.
    Flaubert est vrai l’un des fleurons de la langue française.

 Dans le même rayon : Classique

L’Homme qui a vu le diable

Le coup de tonnerre fut si violent que nous pensâmes que le coin de forêt qui poussait au-dessus de nos têtes avait été foudroyé et que la voûte de la caverne allait être fendue, comme d’un coup de hache, par le géant de la tempête. Nos mains se saisirent au fond (...)

Jacques le fataliste et son maître

Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien ; et (...)

La bourse

Il est pour les âmes faciles à s’épanouir une heure délicieuse qui survient au moment où la nuit n’est pas encore et où le jour n’est plus. La lueur crépusculaire jette alors ses teintes molles ou ses reflets bizarres sur tous les objets, et favorise une rêverie (...)

Nana

À neuf heures, la salle du théâtre des Variétés était encore vide. Quelques personnes, au balcon et à l’orchestre, attendaient, perdues parmi les fauteuils de velours grenat, dans le petit jour du lustre à (...)