Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Poésie > Iris

Iris (2019)

Mohamed-Karim ASSOUANE (Auteur)

Nombre de pages : 33

Cliquer sur l'image Pdf, Epub ou Mobi pour télécharger votre livre.

Les statistiques du livre


144 Lectures

4.33 /5 sur 6 votants

189 visites

Evaluer le livre


Ajouter une critique

Thème : Poésie

( Version du 30 mai 2019 )

 Le mot de Mohamed-Karim ASSOUANE pour Iris

Les événements tragiques du 5 octobre 1988, un des printemps algérien de la révolte, ont suscités un élan d’écritures des plus extraordinaire et à l’ombre des régimes sanguinaires et des despotes, que le pas a connu depuis son indépendance politique en 1962. L’amour, l’amitié, le quotidien et le chant des guitars forment le rythme d’une mère e cette résistance. Iris est le second prénom de la poétesse, Akila Mébarki une rose bien frêle, née d’un amour puis une union d’un père Algérien et d’Allemagne de l’Est. Les deux autres poètes ne sont que des amitiés qui perdurent dans le temps.

 Quatrième de couverture

« Bien-être
C’est la présence d’un être cher…
De sourires sans cesse verts
Autour de soi et en soi…
C’est des regards de printemps
Sans cesse découvrant, sans cesse ouverts
Avec dans le cœur une voix
Toujours présents et vivifiante…

 Analyse du sens avec l'optimisation automatisée des mots clés

D'une façon plus précise, l'analyse des thèmes généraux de ce texte indique une prédominance des thèmes suivants : «sentiments», «comportements», «temps et durée», «intelligence et mémoire», «âges de la vie», «manières d'agir», «humains» et «évolution et histoire». Une étude lexicologique et sémantique de l'ensemble des phrases indique que les mots forts du texte sont «maline», «croire», «dire», «inspiratrice», «cœur», «encensoir», «paperassier», «abime», «enverrer» et «sup». Parmi les noms propres, on relève une nette prédominance des mots «Sagesse», «Nature», «Liberté» et «Combat».  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Mohamed-Karim ASSOUANE

Mohamed-Karim Assouane est enseignant de littérature française moderne et contemporaine et membre de l’Equipe de recherche sur les manuscrits de Mohamed Dib du CNEPRU (Alger). Il est auteur de plus de : • Recueil de poèmes : Poème pour une passion, Silex éditions, Paris, 1985.• Paul Robert : Mémoire, dictionnaire et enseignement, publication des Actes du colloque du même nom. Université Hassiba Ben Bouali-Chlef, aux éditions Hibr, Alger, 2011.« Henry Bordeaux et le souverainisme de la langue de (...)

 Dernières parutions de l'auteur

Mohamed Boudia : Une oeuvre inachevée

Il est question d’un des fondateurs du théâtre algérien contemporain, en l’occurrence Mohamed Boudia (1932-1973). Homme de scène, journaliste et militant nationaliste des causes arabes. Depuis sa disparition, aucun lieu ne porte son nom et fini par être frapper (...)

2017

Haro

Ma voix est vainement commune. La vérité des poètes est comme la vérité philosophique. Elle s’impose par les faits, par la vie, par la raison sans compromis, par la raison ardente. Elle est le chant sans défaillance, la flamme qui ne veut pas s’éteindre. (Paul (...)

2019

Au pays du pain et des roses

Au pas du pain et des roses est une biographie politique d’un des composants essentiels du mouvement communiste en Algérie : le PCA-PAGS. Une dénomination que nous devons à son rival, le Parti de la Révolution Socialiste (PRS). Ce n’est qu’une ébauche, voire (...)

2019

Un message, un commentaire ?

 Dans le même rayon : Poésie

Regrets et constats sur un continent

Ce recueil de poèmes restituent en quelques sortes les émotions, les sentiments, les pensées d’un étranger, d’un homme, d’une femme, d’un enfant. Mais c’est surtout l’âme du monde qui parle.

L’ANIMALE-RIE - Dico Rigolo

L’ANIMALE-RIE est un dico rigolo, loufoque et délirant basé sur des jeux de mots pour tous ceux qui aiment l’humour et la fantaisie.

Le clair-obscur ou le berceau déshumanisé

Le clair-obscur ou Le berceau déshumanisé est un recueil de quarante huit poèmes qui s’interroge sur la société tchadienne dont les deux faces semblent difficiles à discerner d’où son côté « clair-obscur (...)