Essais

Mandelkorn (Auteur)

Publié le 30 mars 2017

 1 vote

Thème : Autobiographie

 Le mot de Mandelkorn pour Essais

Essais

C’est un mélange de vécu, et de commentaires après et avant mon service militaire, un procès. J’évoque les abus psychiatriques, et les vicissitudes vécues.

Quatrième de couverture :

Je démarrais plutôt bien mes études supérieures, je voulais réussir au moins, des études que j’avais entrepris d’abord avec un cycle court (cap) puis Baccalauréat (1er de ma classe de terminale)), puis je voulais mon diplôme de technologie. Mais à en croire la politique de cette époque (1973), on ne me voulait pas dans une université, fallait partir à l’armée et tout arrêter au risque de jamais revoir les études.

J’étais sur le point de m’inscrire en IUT, après mon baccalauréat J’avais vraiment bachoté, effectué beaucoup d’efforts, je prenais des cours particuliers d’algèbre, j’étais capable de réussir tous les exercices, mon copain n’était pas censé partir au service militaire, il venait de réussir son permis. Après le baccalauréat, nous sommes partit à la neige, dans un centre de vacances, nous avons bien profité, joué de la guitare, de l’harmonica, chanté avec les enfants, etc. Puis nous nous sommes peu revus. de mathématiques de pratiquement tous les bacs, excepté celui de sciences, il n’y avait pas en gestion, de cours de physique et chimie. Je suis parti du lycée environ un mois avant la fin des cours, chez un autre lycéen de la même classe. On a étudié toutes les annales de comptabilité analytique et des sociétés, son père avait divorcé, il avait un problème avec l’alcool, j’appris qu’il était décédé d’une cirrhose du foie. Mon voisin d’école faisait du rugby avec moi, parfois pour représenter le lycée, parfois une commune où lui habitait. Il était chargé de famille. J’ai mal démarré mon temps d’armée après trente ans d’un procès intenté à l’armée, on me signalait au quatrième jour de service après l’incorporation, des troubles du comportement. J’ai su cela 30 ans après la fin de ma période, il n’y a qu’en France qu’on voit ça.

 Ecrivez nous si vous avez un problème avec votre ebook gratuit ?

Découvrez Mandelkorn :

  • AVIS (3)

    Messages

    • C’est extrêmement agressif de décider seul de tout simplement sur une dite personnalité, quitter" l’accord d’effectuer un an de service militaire à cause d’un charlatanisme réputée, j explique cela en long et en large. J’ai beaucoup à dire. Ne serait-ce qu’à la personne commis d’office, mandatée par l’Etat pour dire si il y a augmentation d’un taux ridicule qui m’a été octroyé je ne sais comment ? Celui qui m’interviewait pour le procès en appel tire du regisyte névrotique comme un magicien fait apparaitre une colombe de son chapeau. La psychiatrie ou la magicienne sur ma petite enfance. A la veille d’un sommet sur lA PSYCHIATRIE à Paris, les psychiatres eux mêmes prone la vérité sur les cas qu’il traite. Même le président français a interpellé son homologue américain sur sa "responsabilité face à l’Histoire" concernant sa décision de retirer les États-Unis de l’accord de Paris. Confiant, Emmanuel Macron a ajouté être certain que "son ami le président Trump va changer d’avis". Quand on lit les journalistes sur TRUMP, on comprend la désinvolture des médias quand ils s’immiscent sur la personnalité de Trump, mais je ne suis pas président des états unis ni de France, alors à quoi pondre sur des bases théoriques difficiles de telles propos qui nous concernent tous vraiment
      Répondre à ce message
    • L’enfer d’un juge au tribunal de grande instance, non monsieur le juge je ne suis ni en-curatelle, ni en tutelle, je vis sans aucune aide, ce que j’ai vécu de l’intérieur. vous l’avez dit vous même n’est que pure réinterprétation psychique on fait dire à un vocabulaire méticuleux des multiples imprécision, du vague, de l’abstrait et on se contente de juger en droit jamais en fait. la preuve c’est que vous antidaetz la procédure en affirmant que j’avais porté déjà plainte alors que j’étais déjà hospitalisé sous vos drapeaux, c’est donc de pure fadaise . Quand aux Réflexion sur l’inconvénient d’être vulnérable dans un univers qui privilégie la force, combien d’innocents sont morts du terrorisme, mieux vaut se méfier que crever pour rien.
      Les personnes que ciblent les mesures de tutelle-curatelle ne sont ni des terroristes, ni des criminels, ni des déments. Elles souffrent simplement d’invalidités diverses qui les rendent socialement fragiles. Ceci fait-il d’elles des objets ? je n’en suis pas et pourtant l’état se croit normalement apte à m’y confondre, amalgame de fausseté,
      En France, les atteintes aux droits de l’Homme effectués sous le couvert de cette farce juridico-mafieuse de la « protection » sont dénoncées depuis des années, mais sans résultat. Pourquoi ?
      « Il est plus facile, semble-t-il, de sacrifier l’humain isolé, en le réduisant à l’impuissance, que de remettre en question les lois économiques », beaucoup le dénoncent, il y a plein d’essais qui le dénoncent
      Exprimons crûment les choses : pourquoi mettre un terme au fonctionnement d’un système juteux dont les victimes ne sont, au plus, au devenir que « loques » sans intérêt ? Je vous le demande.parce que de faits insignifiants on en fait un drame, un patacaisse
      Répondre à ce message
      • L’abus de substance est un phénomène particulièrement fréquent dans la population psychotique, pouvant atteindre pratiquement un patient sur deux selon certaines études. Je me suis intéressé de prêt à ce phénomène dans le cadre du milieu carcéral, toxicologie d’un hôpital militaire lorsque j’ai effectué 5 mois de rabe sanitaire avec l’armée, j’étais affecté dans un
        service de toxicologie se focalisant sur la dépendance aux opiacés et les traitements de substitution chez les patients psychotiques Répondre à ce message
REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En relation avec Essais