Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Poésie > Doux poèmes du rien

Doux poèmes du rien

Antoine BAVE-CROULARD (Auteur)

Nombre de pages : 37

 Remercier Antoine BAVE-CROULARD

Les statistiques du livre


84 Lectures

5 /5 sur 5 votants

159 visites

Evaluer le livre


Ajouter votre avis pour le livre : Doux poèmes du rien

Thème : Poésie

( Version du 7 novembre 2020 )

 La quatrième de couverture

Ces poèmes, volontairement limités en nombre, représentent la pensée profonde de l’auteur.

 La première page

C’était une ville

C’était une ville
Détruite par l’ennui
Et la guerre,
Qui s’achevait paisible
En jardin sur la mer.

J’y marchais délivré
De ceux qui sont partis,
J’y marchais
Nourri de la caresse des vents
Qui s’accrochaient aux grilles.

On entendait parfois
Dans les maisons ouvertes
S’effondrer de grandes glaces.

C’est alors qu’elle vint
Du fond tout plat,
Emergeant
Du rêve d’une nébuleuse.

Je m’allongeais sur elle,
Tel un chiot
Dans la poussière.

Je murmurais à son oreille
Ma déchirante plainte,
Lui offrant
Les tripes de mon amour
Enveloppées
Dans un poème de boucherie.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Antoine BAVE-CROULARD

 Ambassadeur Edition999

Né en 1935, d’un officier d’aéronavale et d’une artiste peintre, l’auteur, après avoir suivi ses parents à travers le monde, a mené une carrière d’ingénieur et d’architecte.Parallèlement il a publié sur Internet, sous le pseudonyme d’Antoine BAVE-CROULARD, une trentaine d’ouvrages : biographies familiales, poèmes, récits interviews, lettres et mémoires. Il tente de poursuivre actuellement l’édition de ses carnets (...)

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Ecrits au chronomètre !

Dans ces poèmes, plus "noirs" que ceux des" Doux poèmes du Rien", l’auteur essaye de sonder la motivation de l’homme, face à la dictature du Temps, à la vulgarité de la Realité, aux blessures de l’intériorité et à la représentation qu’il se fait du (...)

2021

Histoire d’un maniaco-dépressif

Fils conçu avant son mariage par l’héroïne de « Si tu m’aimes » (du même auteur) le héros de ce récit contracte au cours de sa jeunesse une grave maladie mentale , qui va par une série de dégringolades, le mener du haut en bas de l’échelle (...)

2020

Voyage autour de ma chambre

Confiné comme tout le monde, l’auteur se livre à un jeu consistant à faire le tour de sa chambre pour en décrire tous les objets inutiles qui s’y trouvent ainsi que les souvenirs qui s’y attachent. Depuis les chambres , quasiment vides au Moyen Age , jusqu’à (...)

2020

Un stage en Afrique (1959-1960)

Relation d’un stage que fit l’auteur au cours de ses études supérieures, dans une entreprise de travaux publics implantés dans un pays francophone , pendant la dernière année de la colonisation.Il y décrit sa vie d’expatrié et la grande autonomie dont il (...)

2020

3 discussions

  • 8 novembre 2020, par Frédéri MARCELIN

    Voici longtemps que je n’avait connu si belle poésie. Foi de mécréant je n’ai cessé de lire qu’à la fin.
    On nous sert tant de mauvaise soupe, qu’un peu de caviar nous remet en appétit.
    Merci pour cet instant de bonheur intense.

    • ^ 9 novembre 2020, par Merci beaucoup

      Cà fait toujours plaisir de voir son travail apprécié et surtout de voir qu’on si’nteresse encore un peuu à la poésie !

  • 9 novembre 2020, par Antoine BAVE-CROULARD

    Merci beaucoup pour ce commentaire encourageant. Je vais publier d’autres poèmes.

Un message, un commentaire ?

 Dans le même rayon : Poésie

Nostalgie

Un ensemble d’émotions, de sentiments, de perception, de vison, de vécu...

Les Vertiges du cœur

La douleur est un moteur. Ce recueil se veut être l’extériorisation des sentiments les plus négatifs éprouvés par l’auteur. Pour ceux qui entreprendront de le lire., ce sera une pure descente dans les abîmes du (...)

Ne te retourne pas

Ce recueil révèle l’un de mes talent pour le thriller . Je me renouvelle chaque fois . Bienvenue dans mon nouvel environnement

Les poèmes oubliés

Des poésies ou ce qui en reste. Des feuilles mortes jonchent le sol. Chacune d’elles était un poème sur la branche encore verte mais l’automne est arrivé pour en dénuder l’arbre et les disperser au gré du (...)