Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Classique > Double assassinat dans la rue Morgue

Double assassinat dans la rue Morgue

Edgar Allan Poe (Auteur)

Nombre de pages :

 Remercier Edgar Allan Poe

Les statistiques du livre


1704 Lectures

3.36 /5 sur 11 votants

3441 visites

Evaluer le livre


Ajouter votre avis pour le livre : Double assassinat dans la rue Morgue

Thème : Classique

( Version du 19 mars 2012 )

 La quatrième de couverture

Double assassinat dans la rue Morgue

Les facultés de l’esprit qu’on définit par le terme analytiques sont en elles-mêmes fort peu susceptibles d’analyse. Nous ne les apprécions que par leurs résultats. Ce que nous en savons, entre autre choses, c’est qu’elles sont pour celui qui les possède à un degré extraordinaire une source de jouissances des plus vives. De même que l’homme fort se réjouit dans son aptitude physique, se complaît dans les exercices qui provoquent les muscles à l’action, de même l’analyse prend sa gloire dans cette activité spirituelle dont la fonction est de débrouiller. Il tire du plaisir même des plus triviales occasions
qui mettent ses talents en jeu. Il raffole des énigmes, des rébus, des hiéroglyphes ; il déploie dans chacune des solutions une puissance de perspicacité qui, dans l’opinion vulgaire, prend un caractère surnaturel. Les résultats, habilement déduits par l’âme même et l’essence de sa méthode, ont réellement tout l’air d’une intuition.

 La première page

en cours de rédaction

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Edgar Allan Poe

Considéré comme l’inventeur du roman policier, Edgar Allan Poe évolue tout au long de sa vie entre génie créateur et folie destructrice. Fils de comédiens désargentés, Edgar Poe est adopté après leur mort par un riche négociant avec qui il voyage en Europe. Après de brillantes études en Angleterre, le jeune homme intègre l’école militaire américaine de West Point d’où il est rapidement renvoyé. Alcoolique et sujet aux crises hypocondriaques, l’écrivain est fragilisé par la mort de sa femme, âgée de 24 ans, et (...)

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le Scarabée d’or

Il y a quelques années, je me liai intimement avec un M. William Legrand. Il était d’une ancienne famille protestante, et jadis il avait été riche ; mais une série de malheurs l’avait réduit à la misère.

2020

Le corbeau

Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un (...)

2020

La Lettre volée

J’étais à Paris en 18… Après une sombre et orageuse soirée d’automne, je jouissais de la double volupté de la méditation et d’une pipe d’écume de mer, en compagnie de mon ami Dupin, dans sa petite bibliothèque ou cabinet d’étude, rue Dunot, n° 33, au troisième, (...)

2020

Les Aventures d’Arthur Gordon Pym de Nantucket

Mon nom est Arthur Gordon Pym. Mon père était un respectable commerçant dans les fournitures de la marine, à Nantucket, où je suis né.

2020

Un message, un commentaire ?

 Dans le même rayon : Classique

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

Le 8 décembre de l’an dernier, M. Gerbois, professeur de mathématiques au lycée de Versailles, dénicha, dans le fouillis d’un marchand de bric-à-brac, un petit secrétaire en acajou qui lui plut par la multiplicité de ses tiroirs. « Voilà bien ce qu’il me faut pour (...)

Une vie

Jeanne, ayant fini ses malles, s’approcha de la fenêtre, mais la pluie ne cessait pas. L’averse, toute la nuit, avait sonné contre les carreaux et les toits. Le ciel, bas et chargé d’eau, semblait crevé, se vidant sur la terre, la délayant en bouillie, la (...)

La Princesse de Clèves

La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. Ce prince étoit galant, bien fait et amoureux : quoique sa passion pour Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, eût (...)

Le Scarabée d’or

Il y a quelques années, je me liai intimement avec un M. William Legrand. Il était d’une ancienne famille protestante, et jadis il avait été riche ; mais une série de malheurs l’avait réduit à la misère.