Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Classique > Contes

Contes

Contes

Charles Perrault (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 91

Version publiée le 6 décembre 2011

Les statistiques du livre

1804 lecteurs ont feuilleté le livre

778 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 2.5/5 sur 4 votants

Evaluer le livre


Thème : Classique

La quatrième de couverture

Il était une fois un Roi et une Reine, qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés qu’on ne
saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde ; voeux, pèlerinages, menues dévotions, tout fut mis en
oeuvre, et rien n’y faisait. Enfin pourtant la Reine devint grosse, et accoucha d’une fille : on fit un beau
Baptême ; on donna pour Marraines à la petite Princesse toutes les Fées qu’on pût trouver dans le Pays (il
s’en trouva sept), afin que chacune d’elles lui faisant un don, comme c’était la coutume des Fées en ce
temps−là, la Princesse eût par ce moyen toutes les perfections imaginables.

La première page

2253082287

  

Biographie de Charles Perrault

Charles Perrault est né en 1628 et mort en 1703. Contrôleur général des bâtiments du roi, il est mêlé aux choses littéraires de son siècle par fameuse "querelle des Anciens et des Modernes". Jusqu’alors, la conception littéraire était dominée, depuis la Renaissance, par le sentiment de la...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Classique

Au Bonheur des Dames

Au Bonheur des Dames

Denise était venue à pied de la gare Saint-Lazare, où un train de Cherbourg l’avait débarquée avec ses deux frères, après une nuit passée sur la dure banquette d’un wagon de troisième classe.

Le Triangle d'or

Le Triangle d’or

Un peu avant que sonnât la demie de six heures, comme les ombres du soir devenaient plus épaisses, deux soldats atteignirent le petit carrefour, planté d’arbres, que forme, en face du musée Galliera, la rencontre de la rue de Chaillot et de la rue (…)

Le Scarabée d'or

Le Scarabée d’or

Il y a quelques années, je me liai intimement avec un M. William Legrand. Il était d’une ancienne famille protestante, et jadis il avait été riche ; mais une série de malheurs l’avait réduit à la misère.