Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Saga > Chapitre 25 - La revanche d’un médecin

La revanche d’un médecin La revanche d’un médecin

Chapitre 25 - La revanche d’un médecin

Michel Cousin (Auteur)

Nombre de pages en A4 : Il était une fois Hippocrate

Version publiée le 26 janvier 2018

Les statistiques du livre

478 lecteurs ont feuilleté le livre

228 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Chapitre 25 - La revanche d’un médecin"

4 votes

Note Moyenne

5/5 sur 4 votants

Thème : Saga

  

La quatrième de couverture

12
Je suis Déborah Khan, médecin à l’hôpital d’Aix en Provence responsable du plateau chirurgical. Mon père est un très gros actionnaire de cet établissement. Il possède des actions dans divers domaines. Il est propriétaire de la villa, ainsi que trois usines informatiques et produits électroniques.
Nous venons de nous marier, j’ai un mari, Kevin délicieux.
Ma mère est décédée d’un accident d’auto. Mon père a survécu, mais il est dans un fauteuil roulant, il nécessite des soins le matin et le soir, que je lui prodigue.
Mon mari m’a fait la surprise pour notre voyage de noce, un mois et demie en Martinique, dans une villa de rêve. Un immense jardin, une piscine, un étang, et une vue imprenable sur une mer d’huile.
Au début je refusais ce voyage, je ne pouvais pas m’occuper de mon père. Mon mari eu l’idée lumineuse d’embaucher une très jeune infirmière, Léa.
Pendant quelques jours je la laissais s’occuper de mon père grincheux, toujours l’œil réprobateur.
Je surveillais le moindre de ses gestes. Au bout de quelques jours, elle était à l’écoute, et ils s’entendaient, mieux avec elle. Lucien s’humanisait.
Elle savait jouer aux cartes, belote, rami, poker, et par surcroit elle jouait aux dames et aux échecs.

La première page

en cours de rédaction

Biographie de Michel Cousin

Ambassadeur Edition999

Le sujet des nouvelles, sont écrites dans le domaine médical, policier, et énigmes. Sous le nom du recueil " Il était une fois Hippocrate " Bonne lecture. Cousin Michel.

Lire son interview

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Chapitre 25 - Mon frère

Chapitre 25 - Mon frère

Une femme entre dans l’hôpital de Créteil. Elle se dirige vers l’accueil. Bonjour dit-elle ? Je voudrai un rendez-vous avec le docteur Herman svp. Oui ! Mais lequel ?

2017

Chapitre 24 - Docteur ? Voulez-vous m'épouser

Chapitre 24 - Docteur ? Voulez-vous m’épouser

Je suis Sophie Morante, chirurgien dans un grand hôpital Parisien. Il est 6 H 30 le matin, je me dépêche je dois conduire ma fille à l’école. Souvent, et selon mon emploi du temps c’est ma mère qui me la garde. Je reçois un appel. Ce sont les urgences qui (…)

2017

Chapitre 23 - Oeil pour oeil

Chapitre 23 - Oeil pour oeil

Je suis Déborah Hermann, chirurgien dans une petite clinique de la banlieue Parisienne. Il y a des jours comme ça ! On ferait mieux de rester couchée. Ce matin-là j’opérais un patient, une opération du cœur. Je devais mettre en place plusieurs (…)

2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Saga

Evangélique AYA - Chapitre 27

Evangélique AYA - Chapitre 27

– Bonjour Yves, alors cette nuit, as-tu mis de l’ordre dans ta tête ?... Bonjour Prêtresse, oui ! Mais c’est laborieux, j’ai des difficultés à admettre les libertés que se prennent les chercheurs, lorsque tu dis... les conséquences sont d’éveiller des (…)

Evangélique AYA - Chapitre 2

Evangélique AYA - Chapitre 2

La prêtresse rejoint Yves, bonjour Yves je t’avais donné de quoi réfléchir hier, tu t’en es bien sortie ?... Bonjour Prêtresse, bien sûr j’aime et j’ai repassé tout en revue de ce que tu m’as expliqué, un moment tu parles de l’entité de la tentation,

Chapitre 18 - L'orpheline

Chapitre 18 - L’orpheline

Magali est enceinte de huit mois et demi, elle regarde la télé. Soudain un coup de sonnette la fait sursauter, il est 19 H. Qui cela peut-il être ? Elle se lève péniblement, elle va jusqu’à la porte.