Gilles Ducloux

Origine de l'auteur : La France

 Auteur ambassadeur chez Edition999


    Edition999 vous présente sa page : En attente
Edition999 rencontre Gilles Ducloux
Comment écrivez-vous ? :
Le plus vite possible pour poser la matière, peu importe le support (traitement de texte, papier, post-it, carnet) tant que je sais ce que j’ai à dire. C’est la phase la plus délicate. Puis je retravaille, je réécris, j’enlève le gras, je gratte jusqu’à l’os. C’est la phase la plus ingrate. Je pars du principe que ce qui m’ennuie ennuiera le lecteur. Ça prend le temps qu’il faut, il faut que je retrouve le plaisir de me lire. C’est la phase la plus jouissive, celle qui me projette déjà dans le projet suivant.
Pourquoi écrivez-vous ? :
Pour faire vibrer ma carcasse.
D’où vous vient votre passion d’écrire ? :
De mes lectures.
Quels sont vos écrivains préférés ? :
Mon premier livre : "Mémoire d’un âne" de la Comtesse de Ségur. Parce qu’il m’a fait pleurer à chaque fois. Le plus fondateur : "Ringolevio" d’Emmet Grogan. Parce que j’avais vingt ans et qu’il m’a rendu un peu Digger. Le plus fort : "Dalva" de John Harisson, suivi de "La route du retour". Parce qu’il m’a ouvert à la littérature américaine, son savoir-faire, ses espaces naturels et sa liberté. Suivirent d’autres auteurs américains, Russel Banks, Tim Gauthereau, etc. Le plus pourri : "50 nuances de grey" de je ne sais pas qui. Parce qu’il m’a semblé tellement convenu que, même sans l’avoir lu, il m’a donné envie de ne pas aller voir le film.
Quel est votre mot préféré :
Liberté
Quel est votre drogue favorite ? :
Je n’arrive pas à saisir le second degré de cette question.
Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? :
"Retournes-y"
Pensez-vous que les critiques apportent à l’écrivain ? :
Bien sûr puisque cela signifie qu’elles l’ont lu.
Pourquoi avez-vous choisi de publier sur Edition999 ? :
Pour lui insuffler une première vie dans l’attente d’un éditeur.
Avez-vous des projets en cours ? :
"J’irai où tu m’emmènes" est la première étape d’un projet qui pourrait entraîner d’autres auteurs à une écriture collaborative, processus difficile à décrire précisément tant que vous ne l’avez pas lu. Mais je vais essayer... Dans le cadre d’un procès évidemment fictif et évidemment se reportant au roman, je projette d’ouvrir un espace individuel à chaque personne intéressée, dans lequel elle pourrait choisir un personnage (un avatar, dans le sens d’une incarnation, par exemple : avocat, témoin, juge, membre du jury, ou public écoutant et ressentant le procès, ou chaise sur laquelle est assis le coupable, etc.)
Si vous désirez ajouter quelques mots aux lecteurs qui vont vous lire. C’est ici et maintenant. :
Bonne lecture !

Bibliographie de Gilles Ducloux