Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Autobiographie - Témoignage - Autofiction > Timidité Souffrance de mon enfance

Timidité Souffrance de mon enfance

Timidité Souffrance de mon enfance

Haissama Ahmed (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 14

Version publiée le 28 mars 2018

Les statistiques du livre

507 lecteurs ont feuilleté le livre

312 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 4.67/5 sur 12 votants

Evaluer le livre


Thème : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

La quatrième de couverture

Je garde encore en mémoire les effets de la timidité dans ma vie d’écolier. Je désire de tout mon cœur exprimer le mal-être et la souffrance qu’elle m’a provoqués et que je gardais en moi.Je pense que ce court récit a valeur de témoignage que j’ai longtemps tardé à écrire. C’est un grand pas pour moi d’exprimer, d’extérioriser ce que j’aimerais dire. S’il vous plait, je compte sur votre bienveillance et votre appui.

La première page

J’ai eu l’idée d’écrire mon autobiographie pour mes amis afin qu’ils comprennent certains traits de ma personnalité, notamment les raisons de mon asociabilité à l’école et partout, en fait !
Durant mon enfance, j’étais très timide et je ne l’oublie pas. Dans l’espoir d’en finir avec, je désire fidèlement témoigner de ma profonde souffrance. C’est mon premier essai et je vais tenter d’être moins timide avec ma plume.
Les amis d’enfance se souviennent souvent des moments passés ensemble. Ils se remémorent les fêtes organisées dans la bonne humeur, de tel ou tel enseignant, sévère, gentil ou encore drôle (on n’oublie pas un professeur sympathique). Je suis de nature peu loquace, je me contente de sourire et j’écoute les discussions avec minutie.

  

Biographie de Haissama Ahmed

je me prénomme Haissama Ahmed. j’ai 19 ans. je suis Djiboutiens et je suis étudiant en 2 eme année Droit. j’ai toujours voulu parler de ma Timidité qui avez fait ma souffrance tout ma vie d’écolier mais les mots suffisants pour dire ces maux m’étaient en manque . finalement ça m’importe beaucoup...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

2 discussions

  • 3 avril 2018, par Fanny Dumond

    Ayant vécu votre situation durant mon enfance, votre autobiographie est loin de me faire sourire. Je suis particulièrement réceptive à votre témoignage très puissant qui analyse dans les moindres détails le mal-être qu’engendre la timidité maladive. Ce cercle vicieux de votre souffrance est décortiqué au scalpel. Un grand merci à vous pour cette lecture qui m’a fortement interpellée et bravo pour votre courage à dire votre peur de toujours mal faire qui vous a empêché de vivre sereinement votre prime jeunesse. Je suis très heureuse de constater que votre infernale souffrance est maintenant loin derrière vous. Je vous souhaite une bonne continuation dans la fabuleuse aventure de l’écriture. Cordialement. Fanny

    • ^ 4 avril 2018, par haissama

      @fanny merci énormément pour votre lecture et compréhension.c’est très encourageant. j’étais gravement accablé par la souffrance de la timidité mais j’ai pu grandement me soulager en écrivant ses maux que j’avais encore sur mémoire. merci beaucoup . sincère amitié.

Dans le même rayon : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

L'Asie de mes jeunes yeux

L’Asie de mes jeunes yeux

Après huit longues années d’études, je décidais à 26 ans de prendre du recul avec mon avenir professionnel et tenter d’entrevoir une autre vie. Un long trajet d’une année était donc programmé sur le continent asiatique pour la mi-septembre 2009. Le but (…)

Cahier N°10 du journal d'Urane

Cahier N°10 du journal d’Urane

S’il vous plait, ne me demandez pas comment ça va ce soir car je serai obligé de répondre que j’ai mal partout, au cou, au dos, à la tête, au poignet de chaque main et cela aurait pu être pire, je remercie le ciel, car se retrouver par terre, allongée, une (…)

Quand j'aurai 18 ans....

Quand j’aurai 18 ans....

Mon livre raconte mes déboires familiaux mais aussi conjugaux, de mes 4 ans jusqu’à mes 53 ans....