Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Autobiographie - Témoignage - Autofiction

A cœur ouvert

Liorah (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 78

Version publiée le 18 octobre 2017

Les statistiques du livre

913 lecteurs ont feuilleté le livre

389 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "A cœur ouvert"

7 votes

Note Moyenne

4.43/5 sur 7 votants

Thème :
Autobiographie - Témoignage - Autofiction

La quatrième de couverture

Je suis cassée, brisée, détruite, abattue. Je pourrais sortir encore plusieurs autres mots décrivant l’état actuel dans lequel je me trouve. Tu connais ce sentiment douloureux qui est constamment dans la poitrine suite à un choque émotionnelle, souvent comparer à une simple tristesse qui a du mal à passer jusqu’à ce que la personne, seul, finissent par se tailler les poignets, les jambes, les bras ? Non ? Attend, je vais t’aider. C’est un mot, qui signifie enfoncement en latin. C’est une maladie psychosomatique due à un dérèglement de l’humeur. Non ? Toujours pas… T’en fait pas je vais t’expliquer, te raconter, je vais te l’écrire. T’en fait pas, tu n’auras pas à subir mon passer trop longtemps. Je vais essayer d’être brève et concise dans mes propos. Tu peux continuer de lire, ou t’arrêter c’est toi qui vois je te laisse libre choix a ton envie de suivre ou d’abandonner. Ne t’attend pas à quelques choses de détailler, je ne vais pas tout te dévoiler, je n’aurais plus de secrets sinon.

La première page

L’enfance est une période magnifique ou l’on joue avec nos camardes a la marelle, à la corde a sauté ou encore au Loup. On sourit, on a envie d’y aller pour être avec nos copains. On se fait nos premiers amis, nos premiers gouter, on se cherche sois même. Ah, quel magie de voir ces enfants sourire en rentrant de l’école. Tout le monde s’acceptent, tout le monde est égaux. Les mamans viennent nous chercher. Quelles belles années, n’est-ce pas ?
 
En vérité, c’est l’âge ou on se compare aux autres, on se trouve des défauts, on en donne à ceux qui n’en non pas. Pourquoi j’en aurais et pas lui/elle ? On en parle aux parents est si ils savent quoi te dire, à part « ça ira mieux », sinon tu entre rapidement dans l’enfoncement.
Pour ma part, le mien est arrivé à ce moment-là. Oui oui, à ce moment précis ! L’âge ou l’innocence ce ressent chez les enfants, l’âge ou on dit tout haut ce que l’on pense ET parfois même ce que notre entourage pense.
C’est à ce moment-là que j’ai remarqué mon corps et que j’ai appris à me regarder. C’est à ce moment-là que nous sommes comparés et que l’on retient ce qu’on nous raconte.
 
« Tes grosse »
« Binocle » (Oui je porte des lunettes depuis que j’ai 4 ans)
« Tes moche »

  

Biographie de Liorah

Bonjour, je m’appelle Julie est j’ai 19 ans. J’ai écrit un livre me concernant moi même, j’ai subis beaucoup de choses comme le harcèlement, la dépression, la mutilation, les envies de suicide est tant d’autre encore. Mon but est de pouvoir aider les personnes est/ou leur faire comprendre que la...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon :
Autobiographie - Témoignage - Autofiction

ORELIO "Un monde nouveau "

ORELIO "Un monde nouveau "

Je me permets de vous présenter ce petite conte...... Ce n’est pas une histoire sur le confinement mais peut être une histoire du moment !!!!!

SOLITUDE

SOLITUDE

le rapport à la solitude : Solitude quand tu nous tiens, on se demande de quoi sera fait demain. Tu nous enfermes dans un cercle vicieux : On fait rien parce qu’on est seul et on est seul parce qu’on fait rien. Pas facile alors de t’échapper.

Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle.

Maladie orpheline non reconnue : initiation à une vie inhabituelle.

Cette réflexion a pour but de sensibiliser le commun des mortels à la situation à laquelle sont confrontés les malades atteints de maladies orphelines non reconnues. Ces "laissés pour compte" vivent une double, voire, triple peine.Outre leur pathologie, (…)