Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > PÈRE AFRICAIN

PÈRE AFRICAIN (2020)

Kochami (Auteur)

Nombre de pages : 42

Cliquer sur l'image Pdf, Epub ou Mobi pour télécharger votre livre.

Les statistiques du livre


137 Lectures

4.43 /5 sur 7 votants

279 visites

Evaluer le livre


Ajouter une critique

Thème : Littérature

( Version du 18 avril 2020 )

Avertissement : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

 Le mot de Kochami pour PÈRE AFRICAIN

PÈRE AFRICAIN est un recueil de nouvelles de sept titres que sont : À la quête d’un époux, Tant de mésaventures, Père africain, Hôpital, mangeur vorace.., Sœur de sang, Tou trou n’est pas trou et enfin l’Élève fantasque.Ces différents titres ensemble mettent à nu certaines pratiques peu orthodoxes de la société africaine, des comportements qui portent atteinte à son épanouissement.Ce recueil interpelle aussi bien la jeunesse africaine,les personnes au fleur de l’âge que les dirigeants étatiques.

 Quatrième de couverture

Ce jour-là, je compris que chaque aiguille que l’on retire d’un objet laisse forcément un trou, qu’il y a une force ténébreuse qui nous juge de par nos actes, que la vie est mystérieuse.Qu’ai-je fait à Dieu pour mériter de telle offense ?Que l’ai-je fait pour qu’il me porte ce fardeau ?Pourtant, ma vie s’était siégée dans un environnement où l’air que je respirais était de la joie, de l’allégresse ;l’habit que je me mettais avait déjà l’aspect d’une femme mariée, heureuse ;l’eau que je buvais était riche de promesses.

 Analyse du sens avec l'optimisation automatisée des mots clés

Dans la thématique de ce texte, la vie collective est une notion particulière. D'une façon plus précise, l'analyse des thèmes généraux de ce texte indique une prédominance des thèmes suivants : «existence», «participation», «identité», «date et chronologie», «intelligence et mémoire», «ordre» et «image de soi».  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Kochami

Je suis Tibauth OTCHERE, originaire de la commune de Dassa-zoumé(Département des collines) .Béninois de nationalité, je suis né à soclogbo le 3 mai 1999.J’ai fait mon cursus primaire à l’OCBN, celui secondaire au Lycée Mathieu Bouké de Parakou où j’ai obtenu un bac série B(Littérature-science économique et sociale) qui m’a permis de m’inscrire à l’université d’Abomey-calavi dans la filière des Lettres-Modernes.Je suis très passionné de tout ce qui tourne autour du monde littéraire.J’aime beaucoup (...)

 Dernières parutions de l'auteur

Un mort qui juge

Cette pièce théâtrale montre le caractère méchant des Africains en ce qui concerne le partage des héritages.Des partages qu’ils imposent au héritiers en se basant sur des coutumes qui ne sont pas en conformité avec la modernité, la justesse, le bon sens.Il est (...)

2020

Un message, un commentaire ?

2 commentaires

  • 28 juin 2020, par Cokou CODJO BLIGUI

    Pas mal pour un début ! Du courage, cher collègue ! Vous en viendrez à bout !

  • 19 avril 2020, par Gilles SEGLA

    J’adresse toutes mes félicitations à l’auteur de cette œuvre. Il y a peint, dans son ensemble, les réalités des sociétés africaines. Ce qui m’a vraiment plu dans son œuvre, c’est son style de narration : il oblige le lecteur à lire la nouvelle (chaque nouvelle) jusqu’à la fin avant de comprendre son message.
    Mais, ce qui est un peu gênant, c’est qu’il y a quelques fautes qui baignent dans l’œuvre dans son ensemble : Notamment les fautes de ponctuation, de vocabulaire, de conjugaison ; et donc de grammaire en général.

 Dans le même rayon : Littérature

SOMBRES CRÉTINS (essai critique sur les relations sociales)

" Les relations sociales constituent une perversion des relations humaines. Tout ce qui de gré ou de force vous est imposé dans votre environnement et institué par le pouvoir ne vise qu’un seul et unique objectif : votre (...)

Méléna

Méléna n’est plus là pour vous dire son récit. Depuis longtemps sa voix s’est perdue dans l’oubli. Le vent l’a recherchée dans les bois frémissants, sur les dunes fuyantes et les monts réticents. Nulle part il n’a trouvé l’empreinte de ses (...)

Réflexions oisives sur le monde

Il arrive souvent que l’on se trompe sur les individus. Les gens sont rarement conformes à l’idée que l’on se fait d’eux car derrière l’apparence, il y a toujours le moi indéfinissable.