Ma chère ennemie

Rym Merely (Auteur)

Publié le 30 mars 2018

 4 votes

Thème : Littérature

 Le mot de Rym Merely pour Ma chère ennemie

Ma chère ennemie

Midi sonna sur la vieille horloge du salon, au fond de l’étroit couloir qui menait à l’appartement des Fonssiers, personne ne l’entendit ,dans le restaurant c’était déjà la cohue, la porte d’entrée s’ouvrait et se refermait à chaque instant faisant à chaque fois cliqueter les petites barres d’aluminium qui y étaient accrochées, une jeune femme allait et venait entre les tables, c’était la fille des Fonssiers, la charmante Jeannette, élancée, souple, débordante de vitalité, tout son corps respirant la jeunesse et l’insouciance, on la demandait partout en même temps et elle arrivait avec sang-froid à faire parvenir toutes les commandes des clients avec une justesse admirable, sa mère qui s’occupait de la cuisine et son père qui était à la caisse n’avaient pas à se plaindre, grâce à Jeannette ils n’avaient recruté qu’un seul employé : Pierre ,un jeune garçon de 19 ans qui s’occupait des corvées et de la vaisselle...

Quatrième de couverture :

- Et voilà mon père ! Un pot-au-feu comme on en fait plus ailleurs, bon appétit.
- Merci mon enfant.
Le curé regardait Jeannette s’éloigner avec réprobation .Depuis son veuvage, la jeune femme menait une vie peu orthodoxe, il l’avait surpris plus d’une fois entraînant un client au fond du couloir et s’enfermer avec lui pendant une heure ou deux dans sa chambre, il en voulait tout particulièrement à ses parents, tout à fait conscients de ses pratiques et laissant faire les choses sans jamais réprimander leur fille. Mais ici le pot-au-feu était bon et lui aussi fermait les yeux sur les péchés de la serveuse pour venir le déguster.

Découvrez Rym Merely :

 Ecrivez nous si vous avez un problème avec votre ebook gratuit ?

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En relation avec Ma chère ennemie