Lettre d’une mère à son fils

D. STEELAND (Auteur)

Publié le 9 février 2019

 sur une moyenne de 3 votes

Thème : Histoires courtes

 Le mot de D. STEELAND pour Lettre d’une mère à son fils

Lettre d’une mère à son fils

Nous subissons depuis des années, un fléau planétaire : la radicalisation.
La radicalisation est une "plaie" qui a détruit des vies, des couples, des familles, qui a laissé des orphelins, des individus brisés à jamais.
Dans cette sphère de souffrance, j’aimerais à travers une courte lettre, laisser parler le coeur d’une mère dont le fils s’est radicalisé.

Quatrième de couverture :

La radicalisation est malheureusement un fléau sans frontière.
Derrière des actions de destruction, il y a un drame qu’on évoque très peu, c’est la souffrance d’une famille, d’un père, d’une mère qui ont tout entrepris, mais qui ne sont pas arrivés à aider leur fils ou leur fille à revenir à la raison.
Quand votre enfant vous échappe et devient en quelques secondes, un ennemi public, présenté comme un “monstre” devant les médias, pouvons nous imaginer la souffrance d’une mère qui est confronté à deux scènes d’horreur : les massacres perpétués par son enfant et la mort de ce dernier ?
Cet ouvrage illustre dans la mesure du possible, le cœur d’une mère abattue à travers une lettre.
J’espère pouvoir sensibiliser le plus grand nombre sur la souffrance cachée de ces parents et particulièrement, ces mères dont certaines se sont activement mobilisées par la suite afin de sensibilier l’opinion publique sur les dangers de la radicalisation.

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Découvrez D. STEELAND :

La France est à l'honneur avec l'auteur francophone D. STEELAND
  • Avis (0)

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.