La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > L’ Hibiscus Noir

L’ Hibiscus Noir

Neidma Yllin (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 20

Version publiée le 15 juillet 2012

Les statistiques du livre


888 Lectures
0 Lectures / 31 jours


4.17 /5 sur 6 votants


1175 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

🖋️ La quatrième de couverture

Illusion. Et si la vie n’était qu’illusion ? Noérah Rorhms, seize ans va être prise d’une vision effrayante : elle voit venir à elle une petite fille décédée depuis plusieurs années. Elle s’effondre. A son réveil un mystérieux jeune homme lui explique qu’elle est une des élus qui auront la chance de sauver notre terre. Cette terre qui n’est qu’une toile blanche, et que Noérah apprendra a peindre, à créer ou à détruire. Pour cela il lui faudra faire un choix. Fatal. Entre la vie est la mort.... Couverture de Lucie Cardinaux

L’interview de Neidma Yllin

🗏 La première page

en cours de rédaction
  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Neidma Yllin

J’ai dix sept ans tout juste. j’ai écrit plusieurs petites nouvelles, et poésie. J’ai aussi écrit d’autres romans mais celui-là est mon préféré... J’étudie actuellement en première littéraire dans le but de devenir professeur de philosophie. Voilà c’est moi...

📖 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Le Chant du Village

Le Chant du Village

Il y a très longtemps, entre le village et le château du domaine de Périllos, vivait un homme dans le territoire de la Forêt Pauvres, dans un campement qu’il nomma alors le Campement Pauvres, il se nommait, (...)

Catch The Cat

Catch The Cat

Survivre après une Apocalypse. Tous trois s’arrêtent alors dans une ville fantôme, leur nouvelle étape, et c’est là que commencent les ennuis.

Le ciel

Le ciel

L ’air était froid, calme et pur. Les pavés dormaient, ils avaient quitté leur alerte quotidienne ; parce que, savaient-ils, le matin d’un jour férié ne connaissait par ici qu’une très faible affluence piétonne, si bien que sur la place, chacun d’entre eux n’avait (...)