Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Accueil > Avant première > "L’Expérience" Un art de Vivre

"L’Expérience" Un art de Vivre

Françoise Cousteau (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 26

Publication le 27 mai 2016

Les statistiques du livre


250 Lectures
2 Lectures / 31 jours


3.99 /5 sur 1 votants


256 visites

Evaluer le livre


Thème : Avant première

 La quatrième de couverture

Partage de mon chemin de vie. Au travers de mes expériences, personnelles et professionnelles.

 La première page

Le Monde est d’une telle perfection que je ne peux imaginer être là sans qu’il y ait un sens à notre présence sur cette terre, et surtout je ne peux imaginer que nous ne le trouvions pas.
C’est le sens de ce livre.
Je suis poussée par une irrésistible envie de coucher sur le papier mon parcours de vie et surtout ce que j’en ai compris et que je continue à comprendre. Car nous n’avons jamais fini de cheminer.

Biographie de Françoise Cousteau

A l’âge de la maturité, riche d’expériences dans la pratique de la somatothérapie, j’ai ressenti le besoin de partager ce que mon chemin de vie a apporté de réflexion et de joie. J’aime à penser que cet apprentissage à la fois humain et spirituel pourrait être utile à d’autres. D’où mon témoignage....

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

1 discussion

  • 1er juin 2016, par Bernard Murer

    Bien chère Françoise,
    J’ai lu avec grand plaisir vos lignes, elles reflètent les expériences que j’ai eu le privilège de vivre.
    Je partage pleinement vos pensées, et vous ferais part d’une expérience qui m’a ouvert les yeux.
    Il y a 8 ans, un médecin urologue me découvrait un cancer de la prostate.
    Mon vécu spirituel ainsi que les miracles que j’avais vécu, m’interdisaient de pleurer sur mon sort, mais d’analyser tranquillement la situation.
    A 60 ans, j’avais vécu plus que mes deux parents et je me sentais favorisé (béni) car, j’ai une bonne épouse, cinq merveilleux enfants, et aujourd’hui neuf petits trésors.
    Pourquoi pleurer, se lamenter, la mort est inéluctable et qui serais-je pour ne pas l’accepter lorsque le moment sera venu ?
    J’acceptais dons mon état en remerciant le ciel de m’avoir accordé tant de bonheurs, puis, je remettais tout cela entre les mains de Dieu, en fait, dès cet instant, ce n’était plus mon affaire, mais la sienne.
    Mon fils, croyant fidèle me donna une bénédiction dans laquelle il me dit que je guérirais, mais que je devais agir.
    L’inspiration me poussa à prendre contact avec un ami, dont la femme avait survécu plus de douze ans à trois cancers et était morte, d’un infarctus, n’ayant plus de trace de cancer.
    Il me dirigea vers un naturopathe qui me donna quelques conseils nutritionnels, et six mois plus tard, toutes traces de cellules cancéreuses avaient disparu.
    Je ne sais encore combien de temps je vivrai, mais l’important est de donner courage et espoir à ceux qui doutent et craignent.
    Merci pour votre très beau message, recevez tout moon amour fraternel...
    Bernard

 Dans le même rayon : Avant première

DE L’ATELIER DE GIACOMETTI A LA SCÈNE DE MOHAMED BOUDIA

Ce livre rassemble un certain nombre d’articles parus dans la revue électronique du Département des études françaises de l’Université de Baton-Rouge (Louisiane, USA). Il fallait les mettre à la disposition de lecteurs (ces) susceptibles de s’intéresser, (...)

Justine

Janus et le professeur Stark décident d’étudier le Marquis de Sade

Croisade pour un pion

Le choix d’un prénom est-il important pour le devenir d’un enfant ? Jeunes parents soyez vigilants quant à celui que vous choisirez pour votre descendant ! Lancelot vous met en garde.

le panier et le parti

Elle s’appelait Mahjouba, c’est à dire la voilée ; elle était blonde, corpulente et charmante. L’idéal de la beauté pour une société qui était à bout de vue pour pouvoir dessiner ses rêves et confirmer son identité. Tout le monde la connaissait comme marchande de (...)