Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Poésie > Il suffisait de presque rien, juste d’un p’tit bout de sein

Il suffisait de presque rien, juste d'un p'tit bout de sein

Il suffisait de presque rien, juste d’un p’tit bout de sein

Louise CHRISTOFINI (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 32

Version publiée le 14 septembre 2018

Les statistiques du livre

244 lecteurs ont feuilleté le livre

220 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 5/5 sur 5 votants

Evaluer le livre


Thème : Poésie

ISBN : 978-2-9565787-0-3  

La quatrième de couverture

Ce livre est un recueil de lettres d’amour écrites à mon compagnon et réciproquement entre les années 2008 et 2015.

La première page

Du jour où tu as mordillé mon sein gauche,
Du jour où ton regard sur moi a changé,
Du jour où tu as dépeint avec une sensibilité rare,
Les sensations que tu éprouves en ma présence,
J’ai su que notre relation plongeait sous l’emprise d’un premier charme.
 
Ces soirées si belles, ces nuits étourdissantes,
Je m’en souviens comme d’un tourbillon,
Où le temps n’a plus sa place,
Où seuls nos corps expriment la volupté
Du désir de l’un et l’autre.

  

Biographie de Louise CHRISTOFINI

Ambassadeur Edition999

Je suis une femme de 53 ans et j’ai vécu une grande histoire d’amour pendant 7 ans. La fin de cet amour a failli me couter la vie. L’écriture de ce recueil m’a permis de surmonter ma douleur, de reprendre confiance en moi et de réapprendre à vivre seule, sans colère, sans haine mais en ne gardant...

Lire son interview

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Poésie

A quoi ça rime

A quoi ça rime

Un vent de poésie est passé dans mes cheveux : cheveux fous, vers fous, rimailleur fou ???

Poésie égarée

Poésie égarée

On ne peut faire moins, Lorsque le plus est fait ! L’intelligence s’ignore… Dès qu’elle se croit parfaite ! Que le temps passe vite ! La veille du lendemain … C’est déjà aujourd’hui !

Balade mélancolique pour un soir de cafard

Balade mélancolique pour un soir de cafard

Tu partis sans un mot, sans laisser ton regard enlever à tes pas le son lourd du départ, et donner à l’adieu la joie de l’au-revoir, mais tu n’as pas tué dans mon coeur l’espoir.