Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Chanty

Chanty

Comlan Alphonse MONTCHO (Auteur)

Nombre de pages : 14

 Remercier Comlan Alphonse MONTCHO

Les statistiques du livre


152 Lectures
1 Lectures / 31 jours


4.43 /5 sur 7 votants

220 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature

( Version du 14 novembre 2019 )

 La quatrième de couverture

L’amour est un jardin de roses
Quand la réciprocité est ce jardinier
Qui entretient les sentiments
Comme des fleurs délicates à ne pas piétiner
L’amour est rose, l’amour est aussi épine
Quand meurt ce bonheur
Dont on rêve, tout chagrine
Et tout devient terne, et noirceur

Chanty est une nouvelle littéraire d’amour et de passion parmi tant d’autres, mélant l’idylle à la joie, le bonheur aux blessures, à l’amertume.

 La première page

Ce soir-là.
La porte de la pièce exiguë dans les entrailles pourries de la vieille fabrique où je fus conduite de main forte, s’était lourdement refermée comme si elle n’allait plus jamais rouvrir. On tourna la clé. À double tour. Puis ce fut une obscurité. Qui ne dit pas son nom.
Tu n’étais pas rentré à la maison après le boulot. Tu m’avais dit de te retrouver là-bas. J’avais aussitôt quitté notre appartement. Je m’apprêtais à entrer dans le restau où tu avais prévu que nous dînions ensemble à la chandelle. Il pleuvait. J’avais une très belle mise. Je m’étais bien habillée pour toi mon chéri. Il fallait que je sois parfaite. Je n’avais pas oublié de prendre un parapluie avec moi de peur d’être au rendez-vous mouillée comme une éponge. Je devais avoir fière allure. J’avais hâte que tu me voies, vêtue de cette robe blanche comme la neige avec des dentelles couleur de miel, que tu m’avais offerte pour la Saint-Valentin de l’an dernier. Tout môme, tu avais d’abord ri quand je t’avais demandé pourquoi avoir acheté une immaculée au lieu d’une rouge comme le veut tous les ans la coutume de la fête de l’amour. Tu m’avais juste répondu avec ton éternel sourire enjôleur : << On va se démarquer des autres cette année. J’ai horreur de toujours les singer chaque fois. L’amour, c’est aussi la folie, non ? >>. Je m’étais juste contentée de te sourire aussi. Rapidement, nous avions quitté notre appartement pour Claire-la-Rose, le même restaurant où nous étions censés nous rencontrer ce soir-là. On devait encore y dîner comme on l’avait fait le jour de la Saint-Valentin. Quelle tête ils avaient fait, les gens qui étaient présents à l’intérieur, tous habillés en rouge quand nous avions débarqué comme deux colombes éperdument amoureuses !

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Comlan Alphonse MONTCHO

Comlan Alphonse MONTCHO est un jeune auteur béninois né le 1er août en 1998 en République de Côte d’Ivoire. Il est l’auteur du recueil de poèmes Mon Afrique, Leur art-fric paru en 2019 aux éditions Edilivre.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

JEREMY ou Quand monsieur le hasard s’en mèle

C’était en novembre, une pluie fine tombait sur la Canebière, et lorsqu’il pleut la ville est triste, sinistre et même lugubre. Mon D…, il ne fallait pas nous habituer au Soleil et au beau temps à Marseille… Je rentrais des courses les bras chargés de paquets. (...)

Guignolades

Cinq courtes pièces de théâtre. La putain, l’évêque et le diable. Le général innocent. Une victime. Les jouets. L’héritage.

Souffles mordus Ou Le banquet du trépas

Souffles mordus Ou Le banquet du trépas est une pièce théâtrale qui soulève les effets que peuvent avoir certaines négligences et procrastinations sur notre vie et celle de notre entourage. L’histoire du couple Abou- Adjara met en exergue ces (...)

Un pour deux

Un homme loue son appartement à deux personnes sans que l’un ou l’autre ne le sache, la cohabitation obligatoire le temps de retrouver le propriétaire s’annonce difficile. qui d’elle ou lui va garder ce bijou tant convoité ? quand l’amour s’en mêle difficile de (...)