Autobiographie d’une névrosée ou Ma vie est un conte de faits (2014)

Maylys Berger (Auteur)

Nombre de pages : 50

Avis (11)

3 votes

Notre vidéo pour lire facilement

Thème : Littérature

( Version du 30 octobre 2014 )

 Le mot de Maylys Berger pour Autobiographie d’une névrosée ou Ma vie est un conte de faits

Autobiographie d’une névrosée ou Ma vie est un conte de faits

Une mythomane décide de raconter sa vie. Elle nous entraîne dans son monde, mélange obscur de souvenirs et d’affabulations. Vous ressentirez peut-être l’envie de démêler le vrai du faux, de passer maître dans l’art de détecter l’imposture. Son humour décalé nous plonge au cœur de sa folie, vous finirez par ne plus savoir si vous devez rire ou pleurer...

Quatrième de couverture :

en cours de rédaction

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.


Découvrez Maylys Berger :

La France  est à l'honneur avec l'auteur francophone Maylys Berger
" Je suis née il y a plus d’un demi siècle... diantre que le temps passe vite ! Mon enfance m’a laissé de profondes blessures mais j’en ai fait une force. Je goûte la vie avec gourmandise, m’amuse d’un rien et aime partager ma soif d’optimisme. "

Vos commentaires

  • Le 4 juin 2013 à 12:09, par Maylys Berger En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

    Merci pour vos lectures et vos votes. J’aimerai vous lire à mon tour alors, laissez vos critiques.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juin 2013 à 14:33, par POLVER En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

    Bonjour MS,

    Lecture éprouvante par les descriptions palpables. Enfance mouvementée et soumise à l’autorité pathologique de la mère par substitution.
    Autobiographie taillée à la hache. Rien n’est lissé et tout accroche. C’est du brut non romancé.
    Chaque adulte peut revisionner sa vie et en durcir le quotidien vécu. Là, non. La jeune enfant est malmenée.

    Non pas que je me retrouve dans la trame du récit mais plutôt dans la perception que j’en ai tellement je visualise les scènes si bien décrites.

    Les dernières lignes sont bien évidemment révélatrices de la fin de vie de Marcelline dans l’anonymat d’un HP.
    Aux bons soins de sa "fille"

    Chacun est construit de son histoire et toute la vie durant on se traîne un mot, une phrase qui au fil des années peut encore résonner.
    En cela, l’absence d’amour dans une famille ne peut qu’engendrer des enfants en continuelle recherche faute d’exemple sur lequel s’appuyer.
    Ainsi, beaucoup plus tard, on se rend compte qu’on préfère vivre sans engagement.

    Sans vouloir comparer cette autobiographie à mes romans (Béatrice ...ce 9 octobre et Le Puits des Confessions) des similitudes maternelles s’y trouvent.
    Même en évitant de quantifier une valeur, je pense que la mère laisse plus fortement son empreinte dans son enfant.
    Mais, ce sujet est tellement discutable, subtil que les avis divergent.
    Evidemment, dire j’ai aimé cette lecture serait un tantinet "malsain" alors, je dirai que j’ai été dans un ressenti.
    Bien à vous et continuez
    P.V

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2013 à 15:24, par Maylys berger En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

    Quel merveilleux compliment Polver, de dire à un auteur que vous avez ressenti et visualisé
    son texte. Merci !
    J’ai amélioré mon récit depuis et je continue d’y travailler en ce moment.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin 2013 à 15:03, par LEELOO71 En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

    Une excellente "nouvelle", une histoire comme il y en a de nombreuses (hélas !) mais pas toujours "verbalisée".
    On ne peut que remarquer que plus la souffrance est forte, plus l’humour est mordant... Ne serait-ce que pour se forger un bouclier contre l’injustice et la maltraitance.
    Vous serez, vous aussi, "happés" par cette lecture qui est toujours et encore d’actualité.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2013 à 09:07, par Maylys berger En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

    Une nouvelle version totalement remaniée devrait bientôt être sur le site.
    En résumé :
    Une névrosée décide d’écrire une autobiographie en interpellant un lecteur imaginaire. Elle entraîne celui-ci dans un dédale de violences, de dérision et d’humour de façon ubuesque. Elle décrit les tortures physiques et psychologiques dont elle aurait été victime dans l’enfance, de la part d’une nourrice machiavélique. Elle raconte comment elle finira par obtenir sa revanche sur le destin d’une manière bien surprenante.
    Bonne lecture

    Répondre à ce message

    • Le 1er juillet 2014 à 10:10, par Maylys Berger En réponse à : MA VIE EST UN CONTE DE FAITS

      C’est parti pour la nouvelle version.Mon souhait est qu’elle vous touche et vous fasse sourire aussi.

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 11:07, par Jean-Paul Desverchère En réponse à : Autobiographie imaginaire d’une névrosée

      Bonjour Maylys
      Je l’ai lu. Votre témoignage est intéressant. Les premières rencontres imposées, recherchées ou endurées sont toujours les premiers pas vers la soumission ou la révolte. La visite régulière d’une rigueur que la douceur estompera pendant quelques minutes. Un comportement n’est jamais définitif, il suffit d’attendre patiemment sous les coups l’arrivée des caresses.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:30, par Jean-Michel En réponse à : Ma vie est un conte de faits

    Une nouvelle version a été livrée par l’auteur ce 03 Juillet 2014.
    Bonne lecture à tous.
    Service de Lecture Edition999

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet 2014 à 09:47, par Maylys Berger En réponse à : Ma vie est un conte de faits

    Merci aux nouveaux lecteurs et plus particulièrement à ceux qui ont mis un "j’aime" sur les réseaux sociaux. Je suis flattée de votre intérêt pour mon récit.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message



  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.