Au Pied du mur Berlin 1965 (2019)

Claudette Gilard Fito (Auteur)

Nombre de pages : 23

Avis (4)

6 votes

Thème : Histoires courtes

( Version du 13 novembre 2019 )

 Le mot de Claudette Gilard Fito pour Au Pied du mur Berlin 1965

Au Pied du mur Berlin 1965

Nous sommes là, sans pouvoir dire un mot, estomac noué. Autour de nous silence et désolation. Des immeubles délabrés aux fenêtres murées, des barbelés rouillés qui hérissent un haut mur de parpaings gris. Tous les cinquante mètres, des miradors où campent des vopos, mitraillettes au poing.
De l’autre côté de cette frontière, en zone soviétique, des gens attendent depuis quatre ans un improbable laissez-passer qui leur permettrait de rejoindre leur famille dans la zone Ouest où règnent liberté et prospérité économique.
Le groupe de jeunes a cessé ses rires.
Le but de notre voyage, avec les M.J.C. de Toulouse : prendre conscience de ce drame, conséquence de la dernière guerre.

Quatrième de couverture :

15 août : Toulouse. Romans
Six heures.
Un brin de cafouillage pour récupérer les jeunes de la Cité Roguet, ceux d’Empalot et du Pont-des-Demoiselles. Tout le monde est en retard. Yeux ensommeillés, sacs mal ficelés, parents inquiets.
Une mère me confie personnellement son petit Christian, un gros et grand garçon de quinze ans renfrogné, l’air balourd. C’est la première fois qu’il quitte maman.
— Vous veillerez à ce qu’il se ménage et prenne ses trois comprimés par jour pour son asthme.
Il a une petite pharmacie dans sa valise bien rangée. Les recommandations n’en finissent plus.
— Tu te tiendras bien, ne prend pas froid à Berlin et ne te baigne pas n’importe où !
Le gamin fait la tête. Il s’assied devant moi dans le bus.
Nous prenons la route vers huit heures. Les jeunes somnolent et nous aussi.
Avant le départ, j’ai voulu jeter un œil sur la pharmacie de secours. Le chauffeur m’a remballée. Ce n’est pas son premier voyage et il sait comment soigner les jeunes.

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.


Découvrez Claudette Gilard Fito :
 Titre honorifique : Ambassadeur francophone d’Edition999

La France  est à l'honneur avec l'auteur francophone Claudette Gilard Fito
" Je suis l’heureuse grand-mère de quatre petits-enfants. C’est pour eux, qui vivent à l’heure d’internet que j’ai éprouvé le besoin d’évoquer le temps des porte-plume et des chemins blancs. Ma part d’enfance ne m’a jamais quittée. Par ailleurs, je fais des publications sur l’Histoire locale, principalement... "

 Lire son interview avec Edition999

Vos commentaires

  • Le 19 novembre à 12:09, par Claude Georges En réponse à : Au Pied du mur Berlin 1965

    Expérience étonnante que ce voyage en 1965 à Berlin Ouest puis Est.
    Récit très alerte et très plaisant

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre à 11:04, par Claudette Gilard Fito En réponse à : Au Pied du mur Berlin 1965

      Merci Claude,
      Nous étions jeunes et assez inconscients pour nous être lancés dans cette petite aventure avec la responsabilité de tous ces jeunes...

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 23:34, par Marc Briand En réponse à : Au Pied du mur Berlin 1965

    Je remarque pour commencer, chère Claudette, que vous avez une mémoire étonnante. Tous ces détails d’une ambiance bon enfant, de lieux si différents de notre Midi familier, de scènes vivantes rendues avec humour et un certain détachement, car je comprends l’impatience des jeunes mariés. Je ne connais pas l’Allemagne et ses rigueurs si étrangères mais j’admire la manière assez décontractée de votre expédition. Et, question nourriture, ça doit être une épreuve, qu’en est-il aujourd’hui ? Merci pour ce témoignage qui, après l’anniversaire de la chute du mur, donne un éclairage inattendu à cette histoire.

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre à 11:02, par Claudette Gilard Fito En réponse à : Au Pied du mur Berlin 1965

      Cher Marc,
      J’avais rédigé le compte rendu de ce voyage en rentrant et je viens de le taper pour que les MJC qui y ont participé puisse le garder en mémoire. C’est vrai qu’avec notre regard d’adulte ( et grands-parents) d’aujourd’hui on se rend compte qu’il fallait être un peu fada pour encadrer ces 50 jeunes dans des conditions pareilles... et que les MJC aient pu autoriser un tel voyage... Impensable aujourd’hui.
      Merci pour votre commentaire.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message



  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.