Philippe b.y. KiE

Origine de l'auteur : La France

 Auteur ambassadeur chez Edition999

Retraité du transport Né en 1953 Vit dans la Drôme entre Vercors et Ardèche dont il est également amoureux Pratique régulièrement le vélo, Fan de poésie, en particulier de Mallarmé Grand lecteur de fantasy.


    Edition999 vous présente sa page : En attente

Edition999 rencontre P.B.Y.C.

Décrivez-vous en quelques mots (Si ce n’est pas encore fait) :
Né en 1953. Retraité du transport. Réside entre le Vercors et l’Ardèche, deux belles régions. Pratique du vélo et de la marche. Coin poésie, un petit faible pour Mallarmé. Éclectique en matière de lecture, ça va des auteurs classiques à la fantasy (dont je suis un gros consommateur), en passant par le polar, la B.D., la S.F. et parfois des essais. Mention pour Henri Laborit.
Comment écrivez-vous ? :
Aujourd’hui, comme le font sans doute la plupart de ceux qui écrivent, amateurs ou pros, j’utilise un traitement de texte. Mais je ne crains pas de retourner au bon vieux papier, j’éprouve à laisser le stylo évoluer sur la page blanche un plaisir que ne me procure pas le clavier et l’écran, même si ceux-ci facilitent grandement le travail de finalisation d’un texte.
Pourquoi écrivez-vous ? :
Je considère l’écriture comme un exercice, quelque chose entre le yoga, la méditation et l’autoanalyse.
D’où vous vient votre passion d’écrire ? :
C’est moins une passion qu’un besoin. Autant qu’il me souvienne, j’ai toujours lu et écrit et je serais bien incapable de dire d’où me vient ce besoin. Je dois préciser que je ne suis pas un stakhanoviste du verbe, je ne saute pas sur l’écritoire dès que j’ai un instant de libre.
Comment vous vient le sujet d’une nouvelle ou d’un roman ? :
Comme dit précédemment, je n’écris pas tant que ça et la plupart de mes productions finissent à la poubelle, ceci étant précisé, je ne cours pas après les sujets pour avoir coûte que coûte à écrire quelque chose, en réalité je dirais que j’ai plutôt l’impression que ce sont les textes qui m’appellent. C’est assez difficile de définir cela.
Quels sont vos écrivains préférés ? :
En poésie, Mallarmé et Artaud sortent du lot, mais il n’y a pas la place ici de citer vraiment ceux et celles que j’aime. Pour la littérature générale, je trouve du plaisir à fréquenter la plupart des grands auteurs classiques autant français qu’étrangers. Dans mes choix, je suis très éclectique, théâtre, Jarry, Shakespeare, Corneille, ailleurs, Rabelais, j’apprécie Dac et Desproges, Umberto Ecco, Buzzati, Poe, Lovecraft, je vais dans tous les genre, avec un goût marqué pour la fantasy, je ne dédaigne pas les essais et la philo (avec mesure), j’aime beaucoup l’esprit de Henri Laborit.
Quel est votre mot préféré :
Mot.
Quel est votre drogue favorite ? :
Je ne me drogue pas, ça me rend trop normal. Mais j’ai des vices, et je n’en parlerai pas ici.
Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? :
Je ne comprends pas cette question.
Pensez-vous que les critiques apportent à l’écrivain ? :

Oui, assurément, mais ce n’est pas une question que je me pose vraiment, j’écris pour écrire, je ne peux pas aborder ce qui n’est au fond qu’un loisir comme le ferait un professionnel.
Pourquoi avez-vous choisi de publier sur Edition999 ? :
Un peu par hasard, je dois bien le dire. En fait ce n’est pas le seul site que j’utilise et je n’ai pas encore une idée bien précise à ce sujet, mais il me semble que les personnes d’Editions999 sont plus attentives à l’auteur que d’autres endroits que j’ai visité.
Avez-vous des projets en cours ? :
Surtout pas ! Mais lorsque se présentera ce qui doit être fait alors...
Si vous désirez ajouter quelques mots aux lecteurs qui vont vous lire. C’est ici et maintenant. :
Comme j’aime à le croire, les autres, c’est moi mais en beaucoup plus nombreux, ils en savent donc plus que moi, c’est normal. Alors, de grâce, soyez indulgents, et si nous nous rencontrons à travers une certaine façon de voir les choses, j’en suis ravi.

Bibliographie de Philippe b.y. KiE