2693 ebooks gratuits

3450 avis

1052 auteurs

Edition999
Plateforme de lecture et publication gratuites

On capitule à l’aube (2017)

Jean Evrard (Auteur)

Nombre de pages : 124

Les statistiques du livre


132
Lectures

4.97 /5
1 votants

217
Visites

Thème : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

( Version du 26 décembre 2017 )

 Le mot de Jean Evrard pour On capitule à l’aube

On capitule à l’aube

"On capitule à l’aube" est le roman autobiographique de Jean Evrard, sergent dans l’armée belge, racontant sa seconde guerre mondiale faite principalement de la défaite face à l’armée allemande en mai 1940 et d’une longue période de captivité.

 Quatrième de couverture :

La guerre nous avait dotés de quelques héros légendaires qui nous donnaient le sentiment de vivre au temps du chevalier Roland. Nous avons alors vu ressusciter bien des journées de Roncevaux. Celle-là et beaucoup d’autres, dont se glorifiait notre mémoire enfantine. Le temps est passé des glorieuses équipées. Nos chevaliers sont devenus des politiciens. De ceux-ci je ne veux pas médire. Mais leur chanson d’à présent n’est plus une chanson de gestes. Nos héros, rentrés dans le cadre de l’habituel y ont perdu tout leur éclat. Ils sont devenus des hommes pareils aux autres. Or, mous avons, pour donner à la vie un peu de cet éclat enchanteur qu’en ce moment on appelle le dynamisme, le plus grand besoin de l’exceptionnel. Sans l’extraordinaire, on peut malaisément supporter l’ordinaire.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Jean Evrard

" On capitule à l’aube est le roman autobiographique de Jean Evrard, sergent dans l’armée belge, racontant sa seconde guerre mondiale faite principalement de la défaite face à l’armée allemande en mai 1940 et d’une longue période de captivité. "

Consultez la page Jean Evrard d'Edition999

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

 En relation avec On capitule à l’aube